Extension Factory Builder
25/10/2011 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le corps sans vie de Kaddafi, filmé par un téléphone portable. Le corps sans vie de Kaddafi, filmé par un téléphone portable. © Philippe Desmazes/AFP

L’aventure se termine là où elle avait commencé. C’est à Syrte, sa ville natale, que le "Guide" est mort, le 20 octobre. La fin de quarante-deux années de dictature. Et l’acte de naissance de la nouvelle Libye.

Il aura eu, au moins, ce courage, cet honneur et cette folie. Être débusqué mais ne pas se laisser déterrer comme Saddam Hussein, après huit mois de cavale. Ne pas fuir comme Ben Ali. Ne pas être exhibé comme Moubarak. Mourir, sous les shrapnels de l’Otan ou les balles de son peuple, mais mourir, finalement, au combat. L’image de Mouammar Kadhafi le visage ensanglanté reposant entre le bras et le genou de ce qui semble être un infirmier, captée le jeudi 20 octobre 2011 à 12 h 23 par l’objectif d’un ex-rebelle, n’est pas de celles dont il convient de se réjouir – même si nombreux sont les Libyens à l’avoir fait. Mais elle arrange, dans le fond, chacun des protagonistes d’une guerre qui aura duré huit mois.

Mouammar Kadhafi : bio express

19 juin 1942 : Naissance sous une tente bédouine, dans le désert de Syrte.

1er septembre 1969 : Prend la tête d’un groupe d’officiers, renverse sans violence le roi Idriss Ier, puis abolit la monarchie.

Mars 1970 : Après treize années de présence, l’armée britannique quitte la Libye, suivie, quelques mois plus tard, par les troupes américaines.

Juin 1973 : Occupe puis annexe la bande d’Aouzou, au Tchad, et compromet durablement ses relations avec la France.

1975 : Première publication du Livre vert, qui servira de Constitution et de référence absolue au régime de Kadhafi.

2 mars 1977 : Proclamation de la Jamahiriya, « l’État des masses ». Il n’y a plus de gouvernement ni de partis politiques, mais des comités populaires élus. Kadhafi se rapproche de Moscou et adopte une politique violemment antiaméricaine.

1979 : Il renonce au poste officiel de chef de l’État pour devenir le « Guide de la révolution ». La même année, il apporte son soutien à la révolution islamique en Iran et à Idi Amin Dada en Ouganda.

8 mai 1984 : Victime d’une tentative d’assassinat.

14 avril 1986 : Les États-Unis bombardent la Libye en représailles à un attentat antiaméricain perpétré quelques jours plus tôt dans une discothèque berlinoise (3 morts). Kadhafi devient la « bête noire » des Occidentaux.

21 décembre 1988 : Attentat contre un appareil de la compagnie américaine PanAm au-dessus de Lockerbie, en Écosse (270 morts).

19 septembre 1989 : Attentat contre un DC10 de la compagnie française UTA au-dessus du Niger (170 morts).

1992 : L’ONU vote un embargo militaire, aérien et diplomatique.

1996 : Tentative d’assassinat des services secrets britanniques contre Kadhafi.

2003 : Tripoli reconnaît sa responsabilité dans les deux attentats aériens, accepte d’indemniser les familles des victimes et annonce le démantèlement de ses programmes secrets d’armement.

Mars 2004 : Signature du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

15 mai 2006 : Rétablissement des relations diplomatiques avec les États-Unis.

24 juillet 2007 : Emprisonnés depuis plusieurs années, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien, accusés d’avoir inoculé le virus du sida à des enfants libyens, sont finalement libérés.

2008 : Kadhafi se fait nommer « roi des rois d’Afrique ».

2009 : Le « Guide » prend pour un an la présidence de l’Union africaine.

15 février 2011 : Début de l’insurrection contre le régime, à Benghazi et Al-Baïda (Est).

16 mai 2011 : La CPI émet un mandat d’arrêt international contre Kadhafi.

23 août 2011 : Les rebelles prennent le contrôle de Bab el-Azizia, la résidence de Kadhafi à Tripoli.

Qui, en effet, hormis les victimes du dictateur et leurs familles, avait réellement intérêt à le prendre vif plutôt que mort ? Qui voulait de cette catharsis dévastatrice, de ce déballage auquel inévitablement aurait donné lieu le procès public de quarante-deux années de règne ? Ni les dirigeants du Conseil national de transition (CNT), pressés de tourner la page du présent et – pour certains – de leur propre passé de collaboration. Ni les alliés de l’Otan, qui tous, à un degré ou à un autre, se sont compromis avec un homme que sa richesse rendait fréquentable. Ni les révolutionnaires de la vingt-cinquième heure, serviteurs zélés du « maître de la grande tente », aujourd’hui planqués à Doha, Beyrouth, Le Caire ou Londres. Et encore moins, sans doute, Mouammar Kadhafi lui-même.

Pas de pitié pour les bourreaux

Nul ne craint plus l’humiliation que celui dont le pouvoir repose sur l’abaissement systématique et organisé de ses concitoyens. Kadhafi, à qui il restait quelque chose de la fierté bédouine, redoutait d’être traîné comme une bête de foire avant de finir au bout d’une corde comme Saddam, dont la chute l’avait tant traumatisé. Il n’aura pas connu ce destin abject, préservant ainsi un semblant de mythe dans le cœur de ceux qui, en Afrique et au sein de sa tribu, le considèrent déjà comme un martyr. C’est à son corps inerte, piétiné, profané que la foule déchaînée a réservé les derniers outrages de la vengeance. À Bagdad, il y a cinq ans, la dépouille d’un autre tyran avait subi le même sort : il n’y a jamais de pitié pour les bourreaux.

Le 20 octobre 2011, date de la mort de Mouammar Kadhafi, annoncée, programmée depuis que, tout à son refus halluciné de reconnaître sa défaite, le despote avait choisi l’option du pire, est désormais l’acte de naissance de la nouvelle Libye. Il fallait en passer par ces images indécentes pour que cesse enfin une guerre fratricide et de plus en plus sanglante puisque ainsi avance l’Histoire, entre drame et tragédie.

Regard fièvreux

Kadhafi n’est plus, et bien rares sont ceux qui retiendront de lui la beauté sombre et le regard fiévreux du jeune officier libre qui prit le pouvoir un 1er septembre 1969 sur les ruines d’une monarchie avachie, suscitant en Libye et au-delà une vague de ferveur.

L’idole déchue est morte à 69 ans, prise dans la nasse de Syrte, sa ville, qu’il n’a jamais voulu quitter, bouffie, les joues botoxées, les yeux à demi clos, la bouche tordue de haine contre les « rats », les « cloportes », les « chiens errants », et tout le bestiaire de ses pires cauchemars.

Les opposants assassinés, les islamistes pendus, les démocrates disparus, les Berbères napalmisés, les prisonniers torturés, les Misratis bombardés et tous les grains anonymes de cet interminable chapelet de douleurs que fut pour nombre de Libyens le règne de ce « Guide » dévoyé peuvent désormais reposer en paix.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de finance[...]

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

L'Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d'Afrique par la mer

Le nombre de migrants clandestins qui ont traversé la Méditerranée entre l’Afrique et l’Italie a explosé au début de l'année 2015 : une hausse de 43 % par rapport à[...]

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2650p010-013.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2650p010-013.xml0 from 172.16.0.100