Extension Factory Builder
11/10/2011 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le pays est entré depuis le 29 septembre dans le cercle restreint des producteurs de pétrole. Le pays est entré depuis le 29 septembre dans le cercle restreint des producteurs de pétrole. © AFP

Le 29 septembre, Niamey est entré dans le cercle restreint des producteurs d’or noir. Avec la mise en route de projets miniers, cela devrait assurer au Niger l’une des plus fortes croissances d’Afrique en 2012.

Les bonnes nouvelles s’accumulent à Niamey. Elles sont économiques, après avoir été politiques. À l’élection présidentielle de mars, qualifiée d’exemplaire et qui a vu le sacre de Mahamadou Issoufou, ont succédé les bonnes perspectives du Fonds monétaire international (FMI). Le Niger, pays aux 15,5 millions d’habitants, devrait connaître en 2012 la deuxième plus forte croissance africaine, avec 12,5 % (5,5 % en 2011), derrière la Sierra Leone (51,4 %) et devant l’Angola (10,8 %). « L’expansion en cours des secteurs du pétrole et des mines améliore les perspectives à moyen terme, estime le FMI. Les exportations pétrolières et minières devraient tripler entre 2011 et 2016. »

En ce qui concerne l’uranium, première ressource du pays, le démarrage en 2013 de l’exploitation de la mine d’Imouraren par le français Areva fera passer Niamey de la sixième à la deuxième place mondiale : la production devrait atteindre 5 000 tonnes/an et aura nécessité 1,3 milliard d’euros d’investissements. Le minerai radioactif devrait rapporter au pays plus de 100 millions d’euros en 2012, soit 15 millions de plus que cette année. La production d’or doit aussi connaître un nouveau souffle (la Société des mines du Liptako, détenue à 80 % par le canadien Semafo et à 20 % par l’État, produit moins de 2 t/an), avec cinq permis attribués à des sociétés canadienne, australienne et ghanéenne.

L'aubaine d'Agadem

Surtout, le pays est entré, depuis le 29 septembre, dans le cercle restreint des producteurs de pétrole. Si son sous-sol est exploré depuis plus de trente ans, il aura fallu attendre l’arrivée de China National Petroleum Company (CNPC) pour mettre au jour des réserves exploitables. Entré dans le pays avec deux permis (Ténéré et Bilma) en 2003, c’est sur un troisième, Agadem, que CNPC a révélé un gisement de 350 millions de barils.

Le contrat signé entre CNPC et l’État en juin 2008, pour 3,2 milliards d’euros, comprend l’exploration et le développement d’Agadem, la construction à Zinder d’une raffinerie de 20 000 barils/jour (b/j), exploitée par la Société de raffinage de Zinder (Soraz, détenue à 40 % par l’État et à 60 % par CNPC), ainsi que la réalisation d’un pipeline pour relier les deux sites, distants de 350 km (voir carte). « L’entreprise a dépassé ses engagements en creusant une soixantaine de puits, contre une quinzaine prévus initialement », explique le ministre du Pétrole et de l’Énergie, Foumakoye Gado.

De 12 000 b/j aujourd’hui, CNPC entend monter la production d’Agadem à 20 000 b/j d’ici à quatre six mois et atteindre les 100 000 b/j en 2018. Après cette date, la production décroîtra jusqu’en 2030. Au-delà de 20 000 b/j, le pétrole sera exporté via un pipeline à construire qui rejoindra un oléoduc tchadien menant jusqu’au port de Kribi, au Cameroun.

Indépendance énergétique

Foumakoye Gado aux commandes

Le portefeuille des Mines et de l’Énergie a été scindé en deux : Pétrole et Énergie d’un côté, Mines et Développement industriel de l’autre. Nommé ministre du Pétrole le 16 septembre, Foumakoye Gado, 50 ans, finalise tout juste son équipe. Chimiste de formation, c’est à l’université de Liège (Belgique) qu’il a obtenu son doctorat en 1985, avant d’être enseignant-chercheur à l’université de Niamey. Il s’engage très tôt en politique, aux côtés de Mahamadou Issoufou, au sein du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS). Secrétaire général du PNDS jusqu’à aujourd’hui, il était aux premières loges lors du sacre de son ami « Zaki » (« le lion » en haoussa), le 12 mars. M.P.

Selon Foumakoye Gado, les hydrocarbures (production, raffinage, distribution), qui génèrent 26 millions d’euros de recettes par an, sont appelés à devenir le premier secteur économique du pays, avec des revenus annuels estimés à 115 millions d’euros (environ 2,7 % du PIB). À la clé : 350 emplois directs (sur la raffinerie) et 500 indirects (sur toute la filière). Et ce n’est pas fini : « Le démarrage d’Agadem va attirer les investisseurs », estime le ministre. Sipex, filiale de l’algérien Sonatrach, explore déjà dans le Nord, et d’autres opérateurs se sont dits intéressés par des permis. Des américains opérant au Nigeria auraient approché les autorités.

Déjà, CNPC offre au Niger, enclavé et soumis aux fluctuations des prix du pétrole, la perspective de l’indépendance énergétique. Environ un tiers des 20 000 b/j produits à Zinder alimenteront le pays à travers la Société nigérienne des produits pétroliers (Sonidep). Pour le reste, Foumakoye Gado assure être en discussion avec des clients au Nigeria.

Subventionné, le litre d’essence à la pompe à Niamey coûte aujourd’hui environ 679 F CFA (1,04 euro). « En 2010, les subventions ont coûté quelque 30 milliards de F CFA à l’État, explique le ministre. Nous avons mis en place un programme progressif de réduction, sans quoi cela nous aurait coûté encore 40 milliards cette année. » Selon les premières projections, le litre d’essence raffiné à Zinder sera vendu, à partir du 29 novembre, aux alentours de 550 F CFA. Encore une bonne nouvelle. Pour les consommateurs, cette fois.  

Quand le chinois CNPC enchaîne les couacs

À N’Djamena, le groupe demande à l’État d’augmenter les tarifs à la pompe. À Niamey, il revient sur le deal passé en 2008. Lésé ou trop gourmand ?

Une stratégie bien rodée. En proposant au Tchad, en 2007, et au Niger, en 2008, un package comprenant la production de brut et la construction d’une raffinerie de petite taille (20 000 barils/jour) et d’un pipeline, China National Petroleum Company (CNPC) leur a fait miroiter la perspective de gagner leur indépendance énergétique.

Mais si le projet est séduisant sur le papier, il l’est moins dans les faits. La tension est à son comble au Tchad. Au cœur du conflit : les prix des produits de la Société de raffinage de N’Djamena (SRN), détenue à 60 % par CNPC et à 40 % par l’État. Alors que ce dernier a fixé le prix du litre d’essence à 330 F CFA (0,50 euro), les Chinois estiment que, avec un baril à 60 euros, le prix de revient du litre de carburant se situe à 470 F CFA. Conséquence ? CNPC évalue la perte de la SRN, entre son démarrage, le 29 juin, et fin septembre, à plus de 65 millions d’euros.

Dans un communiqué, le groupe chinois estime que cette situation « ne permet pas à la SRN de poursuivre son exploitation normale ni de rembourser son prêt », la raffinerie ayant coûté 450 millions d’euros. CNPC réclame l’application des prix du marché, tandis que le Tchad reste sur sa position : N’Djamena a confirmé, le 3 octobre, les prix à la pompe. Cependant, l’État pourrait lâcher du lest pour ne pas compromettre un projet de cimenterie, dans l’ouest du pays, porté par une autre entreprise chinoise, CAMCE.

Facture gonflée

Frictions identiques au Niger. La raffinerie de Zinder, qui produira son premier litre d’essence le 28 novembre, est déjà contestée. D’un montant initial de 450 millions d’euros, la facture présentée par CNPC pour la construction de Zinder – dont l’État doit régler 40 % – a dérapé à 740 millions d’euros… Or une étude du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) doute sérieusement du bien-fondé d’une telle augmentation. Au moment du deal signé en 2008, aucune étude de faisabilité n’avait été faite – elle ne sera présentée que un an plus tard…

Pour justifier le surcoût, CNPC invoque un chantier plus complexe que prévu (site « physiquement » difficile, beaucoup de terrassements, difficultés d’approvisionnement en eau…). L’étude du Pnud n’a pu chiffrer avec exactitude le coût de l’installation, mais elle recommande à Niamey de ne pas régler une facture dépassant le tarif initial de plus de 30 %. À vouloir aller trop vite, CNPC risque de se discréditer. Stéphane Ballong et Michael Pauron

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Niger : Mohamed Bazoum quitte la diplomatie pour se rapprocher d'Issoufou

Mohamed Bazoum, le ministre nigérien des Affaires étrangères, a été promu mercredi ministre d'État à la présidence. Il est remplacé à la tête de la[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Pour Fabius, le Nigeria doit s'engager "pleinement" contre Boko Haram

Le Nigeria doit s'engager "pleinement" dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram, qui contrôlent de vastes territoires dans le nord-est du pays, a déclaré le ministre français des[...]

Attaque de Boko Haram au Niger : 7 soldats nigériens et 14 islamistes tués

Sept soldats nigériens et 14 combattants de Boko Haram sont morts vendredi soir lors de combats survenus dans un village du sud-est du Niger attaqué par le groupe islamiste armé, a-t-on appris samedi[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2648p064-065.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2648p064-065.xml0 from 172.16.0.100