Extension Factory Builder
17/10/2011 à 14:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation de demandeur d'emploi devant le Capitole, le 5 octobre. Manifestation de demandeur d'emploi devant le Capitole, le 5 octobre. © Jason Reed/Reuters

L’élection historique de 2008 aux États-Unis semblait de bon augure pour les Africains-Américains. Or, non seulement leur sort ne s’est pas amélioré, mais ils sont les premières victimes de la crise.

Le triomphe, et puis… plus rien. S’il y a une communauté pour laquelle la « révolution Obama » a fait long feu, c’est bien celle des Africains-Américains. Depuis l’élection du premier président noir de l’histoire des États-Unis, rien n’a changé. Et les perdants sont toujours les mêmes.

Pas une journée qui n’apporte son lot de mauvaises nouvelles ou de faits navrants, comme cette initiative des étudiants républicains de Berkeley qui ont vendu des muffins à des prix variant en fonction de l’appartenance ethnique de l’acheteur. Là où un Blanc payait 1,25 dollar, un Noir ne payait que 75 cents…

Taux de pauvreté de 27 %, en hausse de deux points depuis 2009 (contre 10 % pour les Blancs), taux de chômage de 16 %, en augmentation constante (la moyenne nationale est de 9 %)… Obama ou pas, les voyants socioéconomiques des Noirs sont dans le rouge. À New York, la situation est si préoccupante que Michael Bloomberg, son richissime maire, a sorti 30 millions de dollars (22,3 millions d’euros) de sa poche pour financer un programme d’urgence de retour à l’emploi, destiné aux jeunes Noirs et Latinos.

À Washington, en revanche, ce n’est pas la priorité de l’administration Obama. L’heure de la politique d’Affirmative Action semble passée. Désormais jugée ringarde, elle se heurte de surcroît aux réticences de la Cour suprême.

Des faits divers récents ont également ramené l’Amérique à des heures bien sombres. En juin, dans le Mississippi, un quadragénaire noir agressé par une bande d’adolescents blancs aux cris de « white power! » est mort écrasé par la voiture de l’un d’eux. Le principal suspect, 19 ans, encourt la peine capitale. L’exécution de Troy Davis, le 21 septembre, a rappelé le racisme latent du système judiciaire américain, quand il n’est pas assumé, comme lors de cette condamnation à mort d’un Noir au Texas, en 1997, où un psychologue avait affirmé à la barre que « la race de l’accusé » était « un facteur de dangerosité ».

Menteur

Dénonçant la proportion record des Noirs parmi les 2,3 millions de détenus, l’historienne Michelle Alexander, dans un livre polémique*, n’hésite pas à y voir le résultat « de nouvelles lois Jim Crow » – du nom des lois ségrégationnistes en vigueur jusque dans les années 1960 – empêchant toujours l’accès des Noirs à la citoyenneté. Avec, à l’appui, ce constat qui fait froid dans le dos : il y a aujourd’hui davantage de Noirs sous contrôle judiciaire – avec un statut de quasi-parias, puisqu’ils sont notamment privés du droit de vote – qu’il n’y avait d’esclaves en 1850…

L’Amérique postraciale que promettait l’élection historique d’Obama apparaît comme un mirage. Certes, cette fiction a permis son accession à la Maison Blanche, mais aujourd’hui plus personne ne s’y trompe, la color line n’est pas près de s’effacer. Pour beaucoup d’observateurs, elle expliquerait la férocité de l’opposition au Congrès, nombre de républicains nourrissant une animosité viscérale, mâtinée de racisme, à l’égard d’Obama. Le parlementaire qui, en 2009, l’a interrompu en plein discours en le traitant de menteur aurait-il agi de même avec un président blanc ? Probablement pas.

Qu’en pense le principal intéressé ? Pas grand-chose, à vrai dire. Soucieux d’apparaître comme le président de tous les Américains, échaudé par la polémique qui avait précédé son élection – son amitié avec Jeremiah Wright, un révérend noir aux positions radicales –, Obama reste quasi muet sur la question. Il ne s’est départi de cette neutralité qu’une seule fois, lors de la polémique opposant Henry Louis Gates, un éminent professeur noir de Harvard, à un policier blanc qui l’avait arrêté sur le seuil de sa propre maison, le prenant pour un cambrioleur… Le président avait alors souligné la persistante surreprésentation des Noirs dans les arrestations (86 % des cas à New York), avant de réunir les deux hommes à la Maison Blanche pour clore l’incident autour d’une bière.

Bonne fille

Les rares fois où il s’est exprimé à ce sujet, Obama a exhorté la communauté noire à se prendre en charge. En juillet 2009, il incitait les parents « à ranger les consoles de jeu, à coucher les enfants à une heure raisonnable et à prendre leur destin en main ». Même discours le 24 septembre dernier devant le Black Caucus, l’association des élus noirs au Congrès : « Ôtez vos pantoufles, s’est-il exclamé, mettez vos chaussures de marche. Secouez-vous. Arrêtez de vous plaindre, de ronchonner, de pleurer. Nous allons faire avancer les choses… »

Jusque-là bonne fille, la communauté noire donne de sérieux signes de lassitude : selon un sondage ABC-Washington Post du 18 septembre, 58 % de ses membres disent avoir une opinion favorable du président, contre 83 % au mois d’avril dernier. À Bedford-Stuyvesant, le quartier noir historique de Brooklyn, les affiches de la campagne de 2008 trônent pourtant toujours dans les devantures des barber shops et des supermarchés, au côté des portraits de Malcolm X et de Martin Luther King. Peu expriment ouvertement de la déception. « Que pouvait faire Obama avec le fardeau dont il a hérité ? Moi, je suis toujours fier qu’il y ait un Noir à la Maison Blanche », explique un homme croisé dans une librairie communautaire.

Il n’empêche : des voix discordantes se font entendre. Comme celle de Cornel West, grande figure intellectuelle noire, qui dans un cinglant éditorial du New York Times écrit que Martin Luther King se retournerait dans sa tombe s’il voyait l’Amérique d’Obama.

Le président a tenté de répondre à ces attaques le 16 octobre, en prenant la parole lors de l’inauguration du mémorial Martin Luther King à Washington. « Notre travail, le travail du Dr King, n'est pas terminé (...) aujourd'hui, tirons notre force des combats passés », a-t-il clamé.

* The New Jim Crow : Mass Incarceration in the Age of Colorblindness, The New Press, 2010.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers