Extension Factory Builder
03/10/2011 à 16:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il y a les amis d’un parcours et les amis de toujours. Robert Ménard et nous fûmes proches, du temps où cet emmerdeur sans frontières était le cauchemar d’une cohorte d’autocrates censeurs et l’éveilleur de consciences de toute une génération de journalistes africains indépendants.

Nous ne le sommes plus – comment pourrions-nous l’être ? – depuis que le pourfendeur de Ben Ali et des assassins de Norbert Zongo, le compagnon de Pius Njawe et de Mohamed Benchicou a publié, il y a six mois, son « Vive Le Pen ! », avant de fréquenter les think-tanks de l’extrême droite. La lente dérive autocentrée de ce pied-noir iconique l’a conduit en des marécages pour nous infréquentables. Le fondateur de Reporters sans frontières défend Dieudonné à propos des Juifs, Zemmour sur les « immigrés délinquants », Péan sur les « Tutsis menteurs », la peine de mort, les néocons, les théoriciens du complot, peut-être Gbagbo et pourquoi pas Kadhafi, je ne sais pas, tout est possible tant l’éclectisme de ses combats le conduit à dessiner sa propre caricature.

IL a une ligne, Robert, une grille d’explication : il n’est ni fasciste ni raciste – jusqu’ici, on le suit –, mais il se bat pour que tous, y compris les fascistes et les racistes, puissent s’exprimer. Est-ce un mal s’il n’aime rien tant que le débat, quitte à dîner avec le diable, comme Jacques Vergès, dont il partage l’ego ingérable ? Et d’ailleurs, le diable n’a-t-il pas lui aussi le droit à la parole ? Derrière l’apparente limpidité d’un ayatollah de la liberté d’expression qui revendique la licence de discuter de tout se cache une terrible confusion des valeurs. Où se situent ses limites ? C’est parce qu’il existe un minimum de police de la pensée – l’ennemie absolue selon Ménard – que les petits Goebbels rwandais de la radio des Mille Collines ont été condamnés. Et c’est parce que nous nous appelons Jeune Afrique, avec l’ADN et les convictions qui sont les nôtres, que personne n’a lu ni ne lira dans nos colonnes d’interviews des Le Pen père ou fille.

Amis de parcours, amis de toujours… Stéphane Hessel, 94 ans le 20 octobre, est de ces derniers. Cet homme rare et droit dont l’opuscule Indignez-vous !, traduit en 34 langues, s’est vendu à plus de trois millions d’exemplaires depuis un an, dit de J.A. que c’est « le seul hebdomadaire » qu’il lit. Hessel, l’ancien résistant devenu militant des droits de l’homme, et Ménard, l’ancien militant devenu insolent professionnel : ils ont si peu de choses en commun qu’on s’excuserait presque de cette cohabitation éditoriale. Si peu, sauf, justement, la capacité d’indignation. Mais là où le premier s’indigne pour les autres, le second le fait avant tout pour lui-même. En d’autres termes : on peut perdre Robert Ménard – avec l’espoir ténu, car dans le fond on l’aime bien, de le retrouver un jour. Mais s’il arrive à Stéphane Hessel de s’éloigner de nous, c’est que nous aurons failli.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2647p006-007.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2647p006-007.xml0 from 172.16.0.100