Extension Factory Builder
26/09/2011 à 07:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Silvio Berlusconi craint de finir en prison. Silvio Berlusconi craint de finir en prison. © AFP

Berlusconi refuse d’abandonner le pouvoir. Et pour cause : avec toutes ses casseroles judiciaires, le président du Conseil italien redoute de se retrouver derrière les barreaux. Les tractations en vue de son départ ont commencé.

Affaibli par la crise économique, qui l’a contraint à opter pour une politique d’austérité sans précédent, snobé par ses partenaires européens, qui rêvent tout bas de se débarrasser de lui, Silvio Berlusconi devrait – en toute logique – jeter l’éponge.

Mais le turbulent Cavaliere s’y refuse. Il a ses raisons : avec son inégalable batterie de casseroles judiciaires, il craint de finir sa carrière derrière les barreaux. D’autant que deux des magistrats qui le poursuivent pour corruption et prostitution de mineure ont juré d’avoir sa peau.

Tandis que le « vieux lion » entasse les sacs de sable autour du palais Grazioli, sa résidence romaine, il règne au-dehors une atmosphère de complot. Après avoir d’abord cherché un Brutus pour lui donner le coup de poignard fatal, sa famille politique tente désormais de lui trouver une échappatoire. C’est le sens de la proposition lancée, le 8 septembre, par Rocco Buttiglione, l’un de ses anciens ministres, dans le quotidien catholique Avvenire.

Elle consisterait à s’inspirer du pardon accordé par le président américain Gerald Ford à son prédécesseur, Richard Nixon, pour le sortir du Watergate. Déjà évoquée il y a quelques mois par des politiciens de droite comme de gauche, cette solution garantirait une immunité pénale au président du Conseil – du coup, plus de procès ! –, mais nécessiterait aussi une modification de la Constitution.Comment convaincre les juges qui attendent Silvio Berlusconi le 3 octobre pour la reprise du procès Ruby – du nom de cette mineure marocaine que le (très) vieux beau aurait séduite – d’abandonner leurs poursuites ?

Méfiance

Une solution a priori plus simple pourrait être envisagée : installer Berlusconi dans un fauteuil de sénateur à vie en échange de l’abandon de la présidence du Conseil. Mais cette proposition suscite à juste titre la méfiance de l’intéressé, les deux Chambres pouvant voter à tout moment la levée de l’immunité parlementaire d’un représentant du peuple.

Dans cette difficile partie d’échecs qui vient de commencer, les marchés pourraient bien jouer un rôle déterminant. Ils vont en effet devoir juger les effets du plan de rigueur de 54,2 milliards d’euros que le Parlement vient d’adopter et qui est censé permettre à la péninsule d’atteindre le déficit zéro d’ici à 2013. Une mauvaise note des marchés pourrait pousser les partisans de l’amnistie à s’engager par écrit pour vaincre les dernières réticences du Cavaliere.

___

Alexandra Bakchine, à Rome.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces