Extension Factory Builder
26/09/2011 à 07:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Silvio Berlusconi craint de finir en prison. Silvio Berlusconi craint de finir en prison. © AFP

Berlusconi refuse d’abandonner le pouvoir. Et pour cause : avec toutes ses casseroles judiciaires, le président du Conseil italien redoute de se retrouver derrière les barreaux. Les tractations en vue de son départ ont commencé.

Affaibli par la crise économique, qui l’a contraint à opter pour une politique d’austérité sans précédent, snobé par ses partenaires européens, qui rêvent tout bas de se débarrasser de lui, Silvio Berlusconi devrait – en toute logique – jeter l’éponge.

Mais le turbulent Cavaliere s’y refuse. Il a ses raisons : avec son inégalable batterie de casseroles judiciaires, il craint de finir sa carrière derrière les barreaux. D’autant que deux des magistrats qui le poursuivent pour corruption et prostitution de mineure ont juré d’avoir sa peau.

Tandis que le « vieux lion » entasse les sacs de sable autour du palais Grazioli, sa résidence romaine, il règne au-dehors une atmosphère de complot. Après avoir d’abord cherché un Brutus pour lui donner le coup de poignard fatal, sa famille politique tente désormais de lui trouver une échappatoire. C’est le sens de la proposition lancée, le 8 septembre, par Rocco Buttiglione, l’un de ses anciens ministres, dans le quotidien catholique Avvenire.

Elle consisterait à s’inspirer du pardon accordé par le président américain Gerald Ford à son prédécesseur, Richard Nixon, pour le sortir du Watergate. Déjà évoquée il y a quelques mois par des politiciens de droite comme de gauche, cette solution garantirait une immunité pénale au président du Conseil – du coup, plus de procès ! –, mais nécessiterait aussi une modification de la Constitution.Comment convaincre les juges qui attendent Silvio Berlusconi le 3 octobre pour la reprise du procès Ruby – du nom de cette mineure marocaine que le (très) vieux beau aurait séduite – d’abandonner leurs poursuites ?

Méfiance

Une solution a priori plus simple pourrait être envisagée : installer Berlusconi dans un fauteuil de sénateur à vie en échange de l’abandon de la présidence du Conseil. Mais cette proposition suscite à juste titre la méfiance de l’intéressé, les deux Chambres pouvant voter à tout moment la levée de l’immunité parlementaire d’un représentant du peuple.

Dans cette difficile partie d’échecs qui vient de commencer, les marchés pourraient bien jouer un rôle déterminant. Ils vont en effet devoir juger les effets du plan de rigueur de 54,2 milliards d’euros que le Parlement vient d’adopter et qui est censé permettre à la péninsule d’atteindre le déficit zéro d’ici à 2013. Une mauvaise note des marchés pourrait pousser les partisans de l’amnistie à s’engager par écrit pour vaincre les dernières réticences du Cavaliere.

___

Alexandra Bakchine, à Rome.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers