Extension Factory Builder
26/09/2011 à 14:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre Carlos Gomes Junior se propose d'accueillir Mouammar Kaddafi. Le Premier ministre Carlos Gomes Junior se propose d'accueillir Mouammar Kaddafi. © AFP

Le Premier ministre de Guinée-Bissau, Carlos Gomes Junior, offre l’asile à l’ancien dictateur. Au grand dam des Européens, mais avec la bénédiction de ses concitoyens.

Ni assassinat politique ni spectaculaire saisie de drogue. Si, début septembre, la Guinée-Bissau a fait parler d’elle, c’est pour son sens de l’hospitalité. Le 9, le Premier ministre Carlos Gomes Junior a déclaré que Mouammar Kadhafi, s’il le souhaitait, serait le bienvenu dans son pays.

Cette invitation, bien qu’elle n’ait pas été confirmée par la présidence, préférant garder ses distances avec cet « ami » devenu infréquentable, n’est pas passée inaperçue. Elle a suscité en coulisses l’irritation de quelques partenaires occidentaux. On se souvient que, fin 2010, l’Union européenne avait réduit la dette extérieure de la Guinée-Bissau de 1,2 milliard de dollars (905 millions d’euros) et que, en mai dernier, le Club de Paris a annulé une dette de 256 millions de dollars (178 millions d’euros) en valeur nominale.

Kadhafi, le bienfaiteur

Selon un officiel bissau-guinéen, la position du Premier ministre est néanmoins compréhensible, car « la population admire Kadhafi ». « Elle voit en lui un panafricaniste et un ami », dit-il. « Il a apporté la lumière », témoigne un habitant de la capitale qui se souvient qu’un don de gasoil à la centrale électrique alimentant Bissau avait mis fin, pour un moment, aux délestages. Le « Guide » a également financé la construction de deux unités de décorticage de noix de cajou, dans ce petit pays pauvre où 95 % de la population rurale vit de leur culture. Tripoli a en outre entrepris la construction et la réfection d’hôtels ainsi que d’infra-structures militaires.

En 2009, peu après l’assassinat du président João Bernardo Vieira, Mouammar Kadhafi avait même effectué une visite éclair à Bissau. « Il est arrivé à bord d’un jet. Il y avait aussi deux Hercule C-130 chargés de dizaines de berlines françaises destinées aux officiers de l’armée. Il n’est pas sorti de l’aéroport, mais tout le gouvernement s’était déplacé », raconte un diplomate en poste dans la capitale à l’époque.

Après la proclamation officielle de l’indépendance de la Guinée-Bissau, en 1974, la Libye fut l’un des premiers États à y ouvrir une ambassade, ainsi qu’un centre culturel, rapidement fermé. Les autorités reprochaient à ce dernier de verser dans le prosélytisme avec la distribution massive du fameux Livre vert écrit par le chef de la Jamahiriya.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Sénégal - Guinée : je t'aime, moi non plus

Article précédent :
Lettre de Tunis

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée Bissau

Un minibus saute sur une mine oubliée en Guinée-Bissau, 21 morts

Un minibus saute sur une mine oubliée en Guinée-Bissau, 21 morts

Vingt et un passagers d'un minibus ont été tués par l'explosion d'une mine abandonnée dans le nord de la Guinée-Bissau, selon un nouveau bilan communiqué dimanche à l'AFP par des so[...]

Guinée Bissau : António Indjai, la chute d'un parrain

Putschiste récidiviste recherché par la justice américaine pour complicité de narcotrafic, le chef d'état-major de l'armée bissau-guinéenne était devenu trop[...]

Guinée-Bissau : le général Indjai démis de ses fonctions à la tête de l'armée

Le chef de l'armée, le général Antonio Indjai, meneur du coup d'État d'avril 2012 et recherché par les États-Unis pour trafic de drogue, a été limogé lundi par le[...]

Ebola : la Guinée-Bissau ferme ses frontières avec la Guinée

Les fermetures de frontière s'enchaînent en Afrique de l'Ouest. Mardi, c'est la Guinée-Bissau qui annonce fermer jusqu'à nouvel ses frontières Sud et Est avec la Guinée.[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Guinée-Bissau : formation du premier gouvernement du régime de José Mario Vaz

La Guinée-Bissau s'est dotée vendredi d'un gouvernement sous la direction du Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, une équipe dominée par le parti du président José Mario Vaz investi[...]

Sommet États-Unis-Afrique : qui en sera ?

Quels chefs d'État du continent se rendront à Washington pour le sommet États-Unis-Afrique des 5 et 6 août prochain et quel en sera le programme ? Éléménts de réponse.[...]

L'Égypte et la Guinée-Bissau réintègrent l'Union africaine, la Centrafrique reste suspendue

L'Égypte et la Guinée-Bissau sont à nouveau admises dans l'Union africaine. Mercredi, l'UA a annoncé mettre fin à la suspension touchant les deux pays.[...]

Allen Yéro Embalo, enfant-soldat devenu journaliste en lutte contre la corruption

Sur son passé d'enfant-soldat, Allen Yéro Embalo a tiré un trait. Devenu journaliste, il veut porter la plume dans la plaie. Pas facile dans un pays où les trafics gangrènent jusqu'au[...]

Guinée-Bissau : José Mario Vaz sous l'oeil de l'armée

On craignait que la victoire de José Mario Vaz à la présidentielle bissau-guinéenne ne provoque des remous. Or un gouvernement d'union avec l'opposition est en vue, et l'état-major[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces