Extension Factory Builder
12/09/2011 à 15:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Malgré la répression, les rassemblements d'opposants se poursuivent en Syrie. Malgré la répression, les rassemblements d'opposants se poursuivent en Syrie. © AFP

Alors que les manifestations contre le régime et la répression se poursuivent, l’opposition tente de s’organiser. Mais ces mouvements hétéroclites et dispersés en sont-ils capables ?

Après cinq mois de révolte, l’opposition présenterait-elle enfin une voix et un front unis ? C’est ce qu’a laissé espérer l’annonce, le 29 août, sur Al-Jazira, de la formation d’un Conseil national de transition (CNT) rassemblant quatre-vingt-douze personnalités de tous bords. « Ce “Conseil de la précipitation” est mort-né », assène Haytham Manna, Syrien exilé en France et porte-parole de la Commission arabe des droits humains, une ONG indépendante.

« Personne ne connaît l’origine de cette annonce et qui se cache derrière. Certains y voient l’œuvre des services de renseignements pour semer la confusion », s’inquiète Samir Aïta, lui aussi syrien et rédacteur en chef des éditions arabes du Monde diplomatique.

Désert politique

Alors qu’à Paris le sociologue Burhan Ghalioun tombe des nues en apprenant qu’il a été désigné président de ce conseil mais en salue l’initiative, en Syrie, Michel Kilo, autre figure éminente de l’opposition, prend ses distances. Cette affaire en dit long sur la difficulté de ces mouvements à s’organiser et à se coordonner… Partis traditionnels et nouvelles formations, opposition de l’intérieur et de l’extérieur, militants et intellectuels indépendants, idéologues et apolitiques : le mouvement est hétérogène et sa ligne, peu cohérente. Seuls points communs, la volonté d’en finir avec le régime, et les « trois non » : non à la violence, au confessionnalisme et à l’intervention militaire étrangère.

Près d’un demi-siècle de monopartisme du Baas a transformé le paysage politique en désert et condamné les opposants au ralliement, à l’exil, à la clandestinité ou à la prison. En 2000, lorsque Bachar al-Assad succède à son père et ouvre une ère de dialogue qualifiée de « printemps de Damas », de timides espoirs se font jour. Mais, sous la houlette d’un aréopage de faucons, le jeune héritier revient vite aux bonnes vieilles méthodes paternelles. En 2005, nouvelle tentative des opposants : la Déclaration de Damas pour une transition démocratique vise à engager un processus de réformes en accord avec le régime. Elle ne provoque que l’arrestation de ses initiateurs.

Méfiance réciproque

À partir de mars 2011, pourtant, la donne change. L’engagement intrépide d’une jeunesse largement apolitique ranime les ardeurs des militants et des intellectuels qui, jusque-là, doutaient que la vague de contestation atteigne la Syrie. À l’instar des autres manifestants du Printemps arabe, ils rejoignent le mouvement, forts de leur détermination, mais faibles de leurs divergences. Comme le déplore Ghalioun, leurs chefs se méfient les uns des autres.

Les conservateurs perçoivent le discours laïc comme antireligieux ; pour la raison inverse, leurs projets sont tenus en suspicion par les partisans d’un État neutre. Les Kurdes (10 % de la population) exigent que la Syrie se définisse comme une nation arabe et kurde, ce que la majorité leur refuse. Les opposants en exil, à qui leurs compatriotes de l’intérieur reprochent de s’être trop longtemps tenus à l’écart et de n’avoir pris aucun risque, craignent de se voir écartés des postes à responsabilité dans la Syrie de demain. Enfin, si tous veulent la chute du régime, certains souhaitent son renversement immédiat tandis que d’autres préfèrent une transition progressive.

Face à ces difficultés, les tentatives de fédérer les oppositions se multiplient. Le 2 juin, à Antalya (Turquie), un premier congrès rassemblant plus de trois cents opposants aboutit à la formation d’un Conseil national multipartite. Suivent les réunions de Damas, de Doha, d’Istanbul et d’Ankara, qui débouchent sur des déclarations de principe vite caduques et voient se multiplier des comités aussi fragiles qu’éphémères.

« L’unité n’a jamais été mécaniquement un élément de progrès et de victoire. Elle doit se réaliser sur la base d’un programme », souligne Haytham Manna. C’est justement ce qu’ambitionne un grand rassemblement prévu à Damas le 16 septembre avec toutes les tendances politiques, de l’intérieur et de l’extérieur. Plus de trois cents militants et intellectuels tenteront de se retrouver pour élaborer un programme de transition et une déclaration de principes supraconstitutionnels posant les bases d’un futur régime.

Bien plus préoccupants que la dispersion de l’opposition, l’islamisation croissante de la rue et le recours aux armes, que certains groupes envisagent désormais, menacent de faire basculer une situation jusque-là sous contrôle. L’échec de cinq mois de résistance pacifique, la rage suscitée par les massacres et l’exemple libyen incitent à la radicalisation du mouvement et à faire appel à une intervention étrangère. Un tel basculement de la révolte viendrait appuyer la théorie assadienne d’un complot ourdi de l’étranger, fournissant un argument supplémentaire au pouvoir et amenant la majorité silencieuse du pays à rejeter le mouvement.

« Maintenant, tout le monde sait que le régime est perdu, souligne Samir Aïta. Il faut une transition pacifique organisée par le pouvoir. Des gens pressés veulent le renverser tout de suite. Mais qui assurera l’ordre ? Et puis, il y a ceux qui défendent l’option armée, très coûteuse en vies et très néfaste pour la souveraineté de la future Syrie. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Documentaire : 'Eau argentée', contre la guerre

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre réquisitoir[...]

État palestinien : comment la France a (presque) dit oui...

Après leurs homologues britanniques, irlandais et espagnols, les députés français ont à leur tour invité leur gouvernement  à reconnaître l'État de[...]

Le pétrole sera moins cher

L'année 2014 ne s'achève que dans trois semaines, mais 2015 occupe déjà tous les esprits. Je vous propose donc de commencer à nous interroger sur ce que promet de nous apporter[...]

Cisjordanie : un ministre de l'Autorité palestinienne meurt dans des heurts avec des soldats israéliens

Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d'un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou[...]

Migration clandestine : la Méditerranée, "route la plus mortelle du monde" en 2014

En 2014, 3 419 migrants en quête d’un avenir meilleur ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée, selon un rapport rendu public mercredi par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les[...]

Sous pression, le Qatar officialise son rapprochement avec l'Égypte

La crise ouverte au sein des monarchies pétro-gazières du Golfe par le soutien du Qatar aux Frères musulmans persécutés en Égypte est désormais officiellement refermée. Dans[...]

Islam : le cheikh d'Al-Azhar condamne la "barbarie" de l'État islamique

Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar, a condamné mercredi les "crimes barbares commis par le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie" lors d'une conférence internationale.[...]

Les députés français adoptent une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien

Les députés français ont adopté mardi une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien. Ce texte n'est toutefois pas contraignant pour l'État français.[...]

Iran : Soleimani le magnifique

Coordinateur de la résistance chiite irakienne contre l'État islamique, le chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution a été élevé au rang de[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers