Extension Factory Builder
02/09/2011 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
El Commandante lors du conseil des ministres le 1er août, quelques semaines après son opération El Commandante lors du conseil des ministres le 1er août, quelques semaines après son opération © Reuters

Atteint d’un cancer, Hugo Chávez s’accroche au pouvoir et entend même briguer un troisième mandat présidentiel en 2012 !

La popularité d’Hugo Chávez ne faiblit pas – 50 % des Vénézuéliens le soutiennent –, mais sa santé ne cesse de se dégrader. Atteint d’un cancer, le chef de l’État est rentré à l’impromptu à Caracas, le 23 juillet, après une semaine de chimiothérapie à La Havane. Il en a profité pour annoncer qu’il briguerait un troisième mandat en 2012.

On se souvient que, le 5 juin, il avait été contraint d’être hospitalisé d’urgence à Cuba, où il avait été opéré d’un abcès pelvien, puis d’une tumeur cancéreuse. Un mois durant, les Vénézuéliens étaient restés sans nouvelles de lui. Le 5 juillet, Chávez avait fini par rentrer au pays, fatigué et amaigri. Pour tordre le cou aux rumeurs de vacance à la tête de l’État et aux spéculations sur la nature de son mal – cancer du côlon, selon certains, ce qu’il nie.

L’hyperprésident s’était alors résolu à déléguer certains de ses pouvoirs au vice-président, Elías Jaua, et à Jorge Giordani, son ministre des Finances, avant de regagner Cuba. Mais pas à lâcher les rênes. Sa dernière trouvaille ? Apposer sa "signature électronique " sur les décrets promulgués depuis La Havane.

Or la Constitution dispose que, lorsque le président quitte le pays, le Parlement doit décréter son absence temporaire (si elle est inférieure à quatre-vingt-dix jours) et le vice-président assurer la direction de l’exécutif. Mais Chávez n’en a cure : il ne veut en aucun cas revivre l’expérience du coup d’État d’avril 2002. Tandis qu’il était retenu par des putschistes, Pedro Carmona, le chef de la confédération patronale Fedecamaras, s’était en effet autoproclamé président en invoquant une "vacance du pouvoir "…

Chimiothérapie

S’il s’est hâté de regagner Caracas, le 23 juillet, c’est par crainte que le vent tourne, à nouveau. Arborant un crâne rasé – conséquence de son traitement –, il a donc confirmé sa candidature à la présidentielle, avant de procéder, le 1er août, à un remaniement ministériel. Mais Hugo Chávez est-il vraiment en état de gouverner ? Le 6 août, il a repris le chemin de La Havane pour une deuxième phase de soins.

Pour l’instant, aucune personnalité n’émerge des rangs du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) pour assurer la relève et maintenir l’unité de la formation. Forte de trois dirigeants régionaux à vocation nationale, l’opposition compte bien l’emporter dans les urnes si Chávez venait à disparaître du paysage politique. Mais Adán, le frère aîné du président, n’a pas dit son dernier mot : pour conserver le pouvoir, il n’exclut pas l’hypothèse de la lutte armée. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p070-071.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p070-071.xml1 from 172.16.0.100