Extension Factory Builder
05/09/2011 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Navin Ramgoolam, son refus d'intervenir dans l'affaire Medpoint lui a fait gagner des points. Navin Ramgoolam, son refus d'intervenir dans l'affaire Medpoint lui a fait gagner des points. © AFP

Le premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, ne dispose plus que d'une courte majorité, mais conserve ses atouts.

Depuis un peu plus d'un mois, la bête noire de Navin Ramgoolam a changé de tête. Ce ne sont plus la moustache et la chevelure blanches de son meilleur ennemi, Paul Bérenger, chef de file de l’opposition et leader du Mouvement militant mauricien (MMM), qui hantent ses nuits, mais la crinière brune de celle qui fut, ces quinze derniers mois, sa ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee.

Issue des rangs du Mouvement socialiste militant (MSM), Hanoomanjee est au cœur d’un scandale politico-financier – « l’affaire MedPoint » – qui fait la une des journaux depuis le début de l’année. Elle est soupçonnée d’avoir favorisé la surévaluation du prix d’une clinique privée rachetée par l’État. Son arrestation, le 22 juillet, a détruit le fragile château de cartes que le Premier ministre avait méticuleusement mis en place en 2010.

En guise de protestation, les six ministres issus du MSM ont en effet démissionné le 26 juillet. Deux semaines plus tard, le 6 août, Ramgoolam officialisait ce que tout le monde pressentait : la fin de l’Alliance de l’avenir. Pravind Jugnauth, leader du MSM, confirmait quant à lui que son parti rejoignait l’opposition.

Populaire

A priori, Ramgoolam sort amoindri de cette crise politique. « Il a perdu le numéro deux de son gouvernement [le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, NDLR], et sa marge de manœuvre est réduite », analyse un diplomate. Constituée autour du Parti travailliste (PTr), du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) et du MSM, l’Alliance de l’avenir bénéficiait depuis les dernières élections, en mai 2010, d’une confortable majorité à l’Assemblée. Mais aujourd’hui, le Premier ministre ne dispose plus que d’une courte majorité (36 sièges, contre 33 pour l’opposition).

Ce n’est cependant pas la première tempête qu’il traverse. À 64 ans, le fils du « père de l’indépendance », Seewoosagur Ramgoolam, en a vu d’autres. En 1997 déjà, lors de sa première expérience à la primature, il avait dû faire face à la défection du MMM deux ans après leur victoire commune. Ramgoolam pourrait même tirer profit de cette crise. En refusant d’intervenir auprès de l’instance chargée d’enquêter sur « l’affaire MedPoint », comme l’exigeaient les membres du MSM, il a marqué des points auprès de l’opinion et satisfait les cadres de son parti. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Océan Indien

Législatives aux Comores : face-à-face tendu entre pro et anti-Sambi

Législatives aux Comores : face-à-face tendu entre pro et anti-Sambi

Les Comores votent dimanche pour le deuxième tour des législatives dans un face-à-face tendu entre le camp de l'ex-président Ahmed Abdallah Sambi, partisan d'un rapprochement avec le monde musulman, et [...]

Comores : des législatives plombées par les pénuries d'eau et d'électricité

Les Comores retournent dimanche aux urnes pour le second tour des législatives, un scrutin clé pour la stabilité de cet archipel musulman francophone où le manque chronique d'eau et[...]

France : Yemenia condamnée à verser 30 millions d'euros aux familles des victimes du crash de 2009

Le 30 juin 2009, un avion de la Yemenia s’abîmait en mer au large des Comores. Cinq ans plus tard et après la mise en examen de la compagnie en 2013, les proches des victimes ont été[...]

Maurice : arrestation de Ramgoolam, ancien Premier ministre

Selon des sources locales, Navinchandra Ramgoolam, ancien Premier ministre mauricien, a été arrêté puis emprisonné vendredi, provoquant la colère de ses partisans dans le pays.[...]

Maurice, destination palace

Avec ses paysages à couper le souffle, ses plages de sable fin et ses hôtels haut de gamme, l'île attire de plus en plus la clientèle aisée et exigeante des pays africains.[...]

Madagascar : le groupe audiovisuel StarTimes perd ses fréquences

L'Office malagasy d'études et de régulation des télécommunications (Omert) a procédé à l'annulation des autorisations accordées en décembre au groupe audiovisuel[...]

Jackpot pour le melting-pot mauricien

Autochtones, descendants de colons ou expatriés, ils reflètent la diversité de l'île. Leur point commun : ils portent l'expérience et les investissements du pays sur les marchés[...]

Madagascar réintégré parmi les pays bénéficiaires de l'AGOA

Madagascar vient de réintégrer la liste des pays bénéficiaires de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), un régime commercial préférentiel accordé par les[...]

Madagascar : le Français kidnappé par erreur a été libéré après versement d'une rançon

Un Français, directeur général d'une grosse entreprise, enlevé par erreur, le 15 avril à Madagascar, a été libéré trois jours plus tard, après paiement d'une[...]

Madagascar : Andry Rajoelina renonce à la présidentielle

Le président de la Transition, Andry Rajoelina, a annoncé mardi 15 janvier qu'il ne présenterait pas sa candidature à l'élection présidentielle, dont le premier tour est prévu le 8[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p022-023.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p022-023.xml2 from 172.16.0.100