Extension Factory Builder
05/09/2011 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Navin Ramgoolam, son refus d'intervenir dans l'affaire Medpoint lui a fait gagner des points. Navin Ramgoolam, son refus d'intervenir dans l'affaire Medpoint lui a fait gagner des points. © AFP

Le premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, ne dispose plus que d'une courte majorité, mais conserve ses atouts.

Depuis un peu plus d'un mois, la bête noire de Navin Ramgoolam a changé de tête. Ce ne sont plus la moustache et la chevelure blanches de son meilleur ennemi, Paul Bérenger, chef de file de l’opposition et leader du Mouvement militant mauricien (MMM), qui hantent ses nuits, mais la crinière brune de celle qui fut, ces quinze derniers mois, sa ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee.

Issue des rangs du Mouvement socialiste militant (MSM), Hanoomanjee est au cœur d’un scandale politico-financier – « l’affaire MedPoint » – qui fait la une des journaux depuis le début de l’année. Elle est soupçonnée d’avoir favorisé la surévaluation du prix d’une clinique privée rachetée par l’État. Son arrestation, le 22 juillet, a détruit le fragile château de cartes que le Premier ministre avait méticuleusement mis en place en 2010.

En guise de protestation, les six ministres issus du MSM ont en effet démissionné le 26 juillet. Deux semaines plus tard, le 6 août, Ramgoolam officialisait ce que tout le monde pressentait : la fin de l’Alliance de l’avenir. Pravind Jugnauth, leader du MSM, confirmait quant à lui que son parti rejoignait l’opposition.

Populaire

A priori, Ramgoolam sort amoindri de cette crise politique. « Il a perdu le numéro deux de son gouvernement [le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, NDLR], et sa marge de manœuvre est réduite », analyse un diplomate. Constituée autour du Parti travailliste (PTr), du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) et du MSM, l’Alliance de l’avenir bénéficiait depuis les dernières élections, en mai 2010, d’une confortable majorité à l’Assemblée. Mais aujourd’hui, le Premier ministre ne dispose plus que d’une courte majorité (36 sièges, contre 33 pour l’opposition).

Ce n’est cependant pas la première tempête qu’il traverse. À 64 ans, le fils du « père de l’indépendance », Seewoosagur Ramgoolam, en a vu d’autres. En 1997 déjà, lors de sa première expérience à la primature, il avait dû faire face à la défection du MMM deux ans après leur victoire commune. Ramgoolam pourrait même tirer profit de cette crise. En refusant d’intervenir auprès de l’instance chargée d’enquêter sur « l’affaire MedPoint », comme l’exigeaient les membres du MSM, il a marqué des points auprès de l’opinion et satisfait les cadres de son parti. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Océan Indien

Madagascar : le Français kidnappé par erreur a été libéré après versement d'une rançon

Madagascar : le Français kidnappé par erreur a été libéré après versement d'une rançon

Un Français, directeur général d'une grosse entreprise, enlevé par erreur, le 15 avril à Madagascar, a été libéré trois jours plus tard, après paiement d'une ra[...]

Madagascar : Andry Rajoelina renonce à la présidentielle

Le président de la Transition, Andry Rajoelina, a annoncé mardi 15 janvier qu'il ne présenterait pas sa candidature à l'élection présidentielle, dont le premier tour est prévu le 8[...]

Océan indien : si tu veux la paix, prépare la guerre...

Stratégique, idéalement située et très convoitée... La région est devenue en quelques années un paradis pour les états-majors, les vendeurs d'armes et les agences de[...]

Présidentielle française : François Hollande vainqueur en Afrique

Comme au premier tour, les électeurs français d’Afrique ont apporté majoritairement leur suffrage à François Hollande le 6 mai 2012. Le candidat socialiste termine en effet en tête[...]

Air Madagascar, le retour ?

Moins de an après son inscription sur l'annexe B de la liste noire des compagnies interdites de vol en Europe - deux Boeing 767 ne répondaient plus aux normes -, Air Madagascar tente de remonter la pente.[...]

Thierry Lauriol : "Les États veulent de plus en plus avoir accès à la ressource minière"

Thierry Lauriol, avocat spécialiste des industries extractives, analyse les grandes évolutions de la législation du secteur minier. Malgré les tensions, autorités et concessionnaires peuvent,[...]

Comores : il faut sauver le soldat Amiri

Depuis plus de six mois, le général Salimou Mohamed Amiri attend son procès dans l'affaire de l'assassinat du lieutenant-colonel Combo Ayouba.[...]

Côte d'Ivoire : Honoré Dainhi, pur produit de Shell

L’Ivoirien a pris la tête de Vivo Energy, l’entité née du rachat des activités aval du pétrolier dans quatorze pays du continent. Le choix de la continuité : il a[...]

Madagascar : qui est le nouveau premier ministre, Omer Beriziky ?

Nommé le 28 octobre, le nouveau Premier ministre, Omer Beriziky, est un illustre inconnu pour la plupart de ses concitoyens. Son gouvernement devrait être connu très prochainement.[...]

Madagascar : à quoi joue la SADC ?

La crise malgache s'est embourbée dans la médiation de la SADC, qui souhaite le retour de Ravalomana. Une situation qui ne favorise pas l'organisation rapide d'élections. Et qui exaspère Rajoelina.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers