Extension Factory Builder
23/08/2011 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha Abdeljalil, président du Conseil national de transition. Mustapha Abdeljalil, président du Conseil national de transition. © Gianluigi Guercia/AFP

Mis en cause après l’assassinat du général Abdelfattah Younès, le chef de la rébellion libyenne continue de jouir d’une certaine légitimité, du moins aux yeux des Occidentaux.

Président du Conseil national de transition (CNT, organe politique de l’insurrection libyenne), Mustapha Abdeljalil, 59 ans, a dissous, le 8 août, le bureau exécutif, qui faisait office de gouvernement provisoire. Conséquence de l’assassinat, le 28 juillet, du général Abdelfattah Younès, chef d’état-major de la rébellion – une mystérieuse opération dans laquelle plusieurs cadres du CNT auraient trempé –, le limogeage de l’exécutif a confirmé les divisions qui minent le CNT, lequel, paradoxalement, accumule les succès : reconnaissance par une trentaine de pays, récupération des sièges de chancelleries libyennes dans les plus grandes capitales occidentales et dégel à son profit de centaines de millions de dollars déposés dans ces mêmes capitales occidentales. Sans compter la spectaculaire percée sur Tripoli.

La mort du général Younès hypothèque cependant l'unité de la rébellion pour l'après-Kadhafi, car elle provoque le courroux de la puissante tribu des Obeïdi, à laquelle appartenait le défunt. Au fil des jours, les partisans de Younès ne décolèrent pas, d’autant que la commission d’enquête diligentée par Abdeljalil tarde à communiquer ses premières conclusions. Les Obeïdi dénoncent des manœuvres dilatoires, d’autres reprochent à Abdeljalil de ne pas tenir ses troupes. Pis : certaines voix à Benghazi accusent ce dernier d’être le commanditaire du meurtre de la seule personnalité capable de rivaliser avec lui pour le leadership de la Libye post-Kadhafi. Mais, mis à part les récents succès militaires, d’où Abdeljalil tire-t-il justement cette légitimité qui lui assure aujourd’hui d’être le seul patron de la rébellion, du moins aux yeux des alliés occidentaux ?

Coup d’éclat

Si le chef du CNT a vu le jour, en 1952, à El-Beïda, fief de la confrérie des Senoussi, à équidistance de Benghazi et de Tobrouk, il n’est pas pour autant un sympathisant monarchiste. Son cursus – école coranique, études de droit islamique et séjour à Al-Azhar, au Caire – l’incline plutôt vers les thèses des Frères musulmans, mais il se garde bien d’afficher son obédience. Il entame une brillante mais discrète carrière de magistrat. Au milieu des années 2000, il préside la cour d’appel de Tripoli, plus haute juridiction de la Jamahiriya. C’est à ce titre qu’il confirme, à deux reprises, la peine capitale infligée aux cinq infirmières bulgares et au médecin palestinien accusés d’avoir volontairement inoculé le VIH/sida à des centaines d’enfants libyens. Mais ce n’est bien sûr pas cette décision qui lui vaut sa notoriété.

Promu ministre de la Justice en 2007, il proteste auprès de Kadhafi contre la non-exécution des jugements des tribunaux, en particulier les libérations d’islamistes. Plus grave : il accuse les services d’un certain Abdelfattah Younès, alors ministre de la Sécurité publique, de pratiquer la torture sur des détenus dont la justice a ordonné la libération. Le « Guide » fait la sourde oreille. En 2010, profitant d’une cérémonie retransmise en direct à la télévision, il annonce avec fracas sa démission. Bien que celle-ci ait été rejetée par Kadhafi, Abdeljalil a marqué les esprits et apparaît désormais comme l’homme qui a dit non au « Guide ». Cette réputation de cadi (magistrat de droit musulman) sans peur et sans reproche lui vaudra, quelques mois plus tard, de prendre la tête de l’organe politique de l’insurrection. Seulement voilà, la mort suspecte d’un général, fût-il un ancien tortionnaire, pourrait compromettre son avenir politique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pous but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

L'Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d'Afrique par la mer

Le nombre de migrants clandestins qui a traversé la Méditerranée entre l’Afrique et l’Italie a explosé au début de l'année 2015 : une hausse de 43 % par rapport à[...]

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p022-023.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p022-023.xml0 from 172.16.0.100