Extension Factory Builder
23/08/2011 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha Abdeljalil, président du Conseil national de transition. Mustapha Abdeljalil, président du Conseil national de transition. © Gianluigi Guercia/AFP

Mis en cause après l’assassinat du général Abdelfattah Younès, le chef de la rébellion libyenne continue de jouir d’une certaine légitimité, du moins aux yeux des Occidentaux.

Président du Conseil national de transition (CNT, organe politique de l’insurrection libyenne), Mustapha Abdeljalil, 59 ans, a dissous, le 8 août, le bureau exécutif, qui faisait office de gouvernement provisoire. Conséquence de l’assassinat, le 28 juillet, du général Abdelfattah Younès, chef d’état-major de la rébellion – une mystérieuse opération dans laquelle plusieurs cadres du CNT auraient trempé –, le limogeage de l’exécutif a confirmé les divisions qui minent le CNT, lequel, paradoxalement, accumule les succès : reconnaissance par une trentaine de pays, récupération des sièges de chancelleries libyennes dans les plus grandes capitales occidentales et dégel à son profit de centaines de millions de dollars déposés dans ces mêmes capitales occidentales. Sans compter la spectaculaire percée sur Tripoli.

La mort du général Younès hypothèque cependant l'unité de la rébellion pour l'après-Kadhafi, car elle provoque le courroux de la puissante tribu des Obeïdi, à laquelle appartenait le défunt. Au fil des jours, les partisans de Younès ne décolèrent pas, d’autant que la commission d’enquête diligentée par Abdeljalil tarde à communiquer ses premières conclusions. Les Obeïdi dénoncent des manœuvres dilatoires, d’autres reprochent à Abdeljalil de ne pas tenir ses troupes. Pis : certaines voix à Benghazi accusent ce dernier d’être le commanditaire du meurtre de la seule personnalité capable de rivaliser avec lui pour le leadership de la Libye post-Kadhafi. Mais, mis à part les récents succès militaires, d’où Abdeljalil tire-t-il justement cette légitimité qui lui assure aujourd’hui d’être le seul patron de la rébellion, du moins aux yeux des alliés occidentaux ?

Coup d’éclat

Si le chef du CNT a vu le jour, en 1952, à El-Beïda, fief de la confrérie des Senoussi, à équidistance de Benghazi et de Tobrouk, il n’est pas pour autant un sympathisant monarchiste. Son cursus – école coranique, études de droit islamique et séjour à Al-Azhar, au Caire – l’incline plutôt vers les thèses des Frères musulmans, mais il se garde bien d’afficher son obédience. Il entame une brillante mais discrète carrière de magistrat. Au milieu des années 2000, il préside la cour d’appel de Tripoli, plus haute juridiction de la Jamahiriya. C’est à ce titre qu’il confirme, à deux reprises, la peine capitale infligée aux cinq infirmières bulgares et au médecin palestinien accusés d’avoir volontairement inoculé le VIH/sida à des centaines d’enfants libyens. Mais ce n’est bien sûr pas cette décision qui lui vaut sa notoriété.

Promu ministre de la Justice en 2007, il proteste auprès de Kadhafi contre la non-exécution des jugements des tribunaux, en particulier les libérations d’islamistes. Plus grave : il accuse les services d’un certain Abdelfattah Younès, alors ministre de la Sécurité publique, de pratiquer la torture sur des détenus dont la justice a ordonné la libération. Le « Guide » fait la sourde oreille. En 2010, profitant d’une cérémonie retransmise en direct à la télévision, il annonce avec fracas sa démission. Bien que celle-ci ait été rejetée par Kadhafi, Abdeljalil a marqué les esprits et apparaît désormais comme l’homme qui a dit non au « Guide ». Cette réputation de cadi (magistrat de droit musulman) sans peur et sans reproche lui vaudra, quelques mois plus tard, de prendre la tête de l’organe politique de l’insurrection. Seulement voilà, la mort suspecte d’un général, fût-il un ancien tortionnaire, pourrait compromettre son avenir politique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar (suite)

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce troisième billet de blog, Laurent[...]

Attaque du consulat américain de Benghazi : Ahmed Abou Khattala encourt la peine de mort

Un jury américain a prononcé mardi une nouvelle série d'inculpations à l'encontre d'Ahmed Abou Khattala, le cerveau présumé de l'attaque du consulat américain de Benghazi, en [...]

En Libye, à quoi joue le Soudan ?

À Tobrouk, les autorités libyennes regardent toujours Karthoum de travers...[...]

En Libye, Ban Ki-moon appelle à un cessez le feu et incite au dialogue

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi à la fin des hostilités en Libye, au cours d'une visite éclair destinée à donner un coup de pouce au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers