Extension Factory Builder
25/08/2011 à 15:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un bar de la 'rue Princesse', le 14 mai 2011 dans le quartier de Yopougon, à Abidjan. Un bar de la "rue Princesse", le 14 mai 2011 dans le quartier de Yopougon, à Abidjan. © Sia Kambou/AFP/Archives

En rasant les maquis et les boîtes de nuit de la rue Princesse, le gouvernement d’Alassane Ouattara a pris le risque de s’attaquer à un mythe qui a traversé les époques et les régimes.

Des gravats entassés dans un coin, des tôles froissées, des hommes qui enlèvent des planches jonchant l’entrée du Métropolis… Ce 10 août, la rue Princesse ressemble à un champ de bataille. Seul vestige du passé : l’enseigne lumineuse du night-club. Devant le Cyclone Bar, une ex-serveuse pleure bruyamment son emploi perdu. Cinq jours plus tôt, dans le cadre de l’opération « Pays propre », lancée par le gouvernement et qui vise à démolir toute construction « anarchique » aux abords des routes, un bulldozer furieux a mis brutalement fin à un mythe vieux de deux décennies.

L’histoire de la rue Princesse commence en 1990. Doukouré Moustapha, alors maire de Yopougon, veut créer un lieu de rassemblement pour les noceurs de la « commune de la joie ». Il choisit une vallée de 2 km, située entre les carrefours Keneya et Bel Air, et baptise cette rue… Princesse. Les atours de la belle ? Boissons à gogo, mets locaux en abondance, musiques à déchirer les tympans, ambiance de fête permanente, mais aussi drogue, insalubrité et prostitution dans les maquis, les bars et les night-clubs. « Dans les années 1990, se souvient Serge-Alex Bléhiri, un journaliste culturel, c’était le passage obligé des artistes zouglou, surtout après la sortie, en 1993, du film Rue Princesse, d’Henri Duparc. » Certains maquis (le Pouvoir, la Nouvelle Écriture) deviennent des lieux de rendez-vous incontournables. Très courtisée à la tombée de la nuit, la Princesse est fréquentée par des milliers d’Abidjanais et de touristes.

Un petit tour

En 2002, en plein conflit armé, de nouvelles attractions font leur apparition. Disc-jockeys également chanteurs de coupé-décalé, bars VIP avec salons privés, écrans plasma… la rue acquiert une renommée internationale qui pousse l’ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire à y faire un petit tour. En mars 2008, le président Laurent Gbagbo et Jack Lang, l’ancien ministre français de la Culture, s’offrent une virée nocturne controversée au Queens ; la rue Princesse, qui fait pourtant partie du patrimoine culturel ivoirien, tombe alors sous le feu des critiques. Le 5 août, le mythe a volé en éclats. Mais les travaux de réfection de certains bars qui commencent portent déjà à croire que la légende n’est pas terminée. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Abidjan remporte le premier round dans son différend maritime avec le Ghana

Abidjan remporte le premier round dans son différend maritime avec le Ghana

En attendant de se prononcer définitivement, la chambre spéciale qui arbitre le désaccord entre la Côte d'Ivoire et le Ghana sur leur frontière maritime a rendu des mesures conservatoires, le 25 a[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara investi candidat de la coalition au pouvoir pour la présidentielle

Le président sortant Alassane Ouattara a été investi samedi à Abidjan "candidat unique" de la coalition au pouvoir en Côte d'Ivoire pour l'élection présidentielle[...]

Côte d'Ivoire : Ouattara va demander la levée totale de l'embargo sur les armes

Le président ivoirien Alassane Ouattara demandera, au lendemain de la présidentielle d'octobre prochain, la levée totale de l'embargo de l'ONU sur les armes que subit son pays depuis 2004, a-t-on appris[...]

Journée mondiale contre le paludisme : la Côte d'Ivoire à l'heure de la moustiquaire

Au bout d'une longue file d'attente, la distribution de moustiquaires se déroule dans le calme à Abidjan: la Côte d'Ivoire, l'un des pays les plus touchés par le paludisme, tente de combler son retard[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Côte d'Ivoire - Hervé Renard : "Personnellement, il me manque deux primes"

L’affaire des primes non versées aux champions d’Afrique ivoiriens prend de grosses proportions en Côte d’Ivoire. Hervé Renard, le sélectionneur des Éléphants qui est[...]

Côte d'Ivoire : où sont passées les primes de la CAN 2015 ?

Gros malaise entre la FIF, le gouvernement et le Trésor public ivoiriens. Une grande partie des primes des Éléphants victorieux de la CAN 2015 se serait volatilisée : plus de 700 millions de F CFA sont[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Kaaris, un rappeur sur le ring

Kaaris, Français d'origine ivoirienne, entend bien sonner le rap français à coup de punchlines dévastatrices.[...]

La Chine "offre" un stade olympique de 50 milliards de F CFA à la Côte d'Ivoire

Payé et construit par la Chine, le futur stade de la CAN 2021 sera bâti à Ebimpé dans la banlieue nord d'Abidjan. Mais on ne connaît pas les contreparties obtenues par le partenaire financier de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p016.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p016.xml0 from 172.16.0.100