Extension Factory Builder
05/08/2011 à 07:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le collectif Y'en a marre en Janvier. Le collectif Y'en a marre en Janvier. © Émilie Régnier pour J.A.

Chef de file de l’agitation sociale au Sénégal, le collectif Y’en a marre a acquis une notoriété internationale. Notamment grâce à Facebook.

Dakar, le 23 juillet. Cinquante mille manifestants, selon les organisateurs – environ 8 000 selon la police –, sont descendus dans la rue afin de pousser Abdoulaye Wade à renoncer à se présenter à l’élection présidentielle de février 2012. Leur slogan : « Y’en a marre ! » Un mot d’ordre qui témoigne de la place prise par les deux rappeurs du groupe Keur Gui de Kaolack et par leur ami journaliste, Fadel Barro, fondateurs du mouvement citoyen éponyme destiné à protester contre « le rationnement systématique imposé à nos foyers dans l’alimentation en électricité ».

Lors de la manifestation, les trois compères ont eu droit à une véritable ovation, signe d’un engouement populaire. Ils doivent pourtant beaucoup à une autre consécration : celle des réseaux sociaux. Outre les manifestants qui les acclament, quelque 5 000 « amis » les accompagnent sur leur profil Facebook, environ 9 000 internautes ont adhéré à leur page et 17 000 autres se retrouvent sur un groupe fermé. Un succès virtuel qui s’est construit à l’étranger, où le mouvement fait des émules, comme au Gabon ou en Italie.

Reconnaissance numérique

Si le groupe est devenu le symbole de la contestation citoyenne sénégalaise, c’est ainsi avant tout grâce à une reconnaissance numérique, laquelle vient en particulier de la diaspora et de la presse étrangère. La page Facebook du groupe est devenue un véritable « portail d’information » et Y’en a marre l’a bien compris : les conférences de presse sont relayées via le fil d’actualités, et les manifestations, notamment celle du 23 juin, sont couvertes en direct.

En s’appuyant sur les réseaux sociaux, très fréquentés par les Européens et les Américains, le mouvement s’offre ainsi une visibilité qu’il aurait été difficile d’acquérir par la communication traditionnelle. Chaque média étranger, de plus en plus attentif aux agitations de la sphère internet depuis la mobilisation en Tunisie, peut accéder aux informations. Et, bien que 450 000 Sénégalais environ utilisent Facebook, ce sont surtout les journalistes et la diaspora qui s’y informent, comme Ismaïl. Ce jeune Sénégalais d’une vingtaine d’années, installé à Paris, avoue se connecter « chaque soir » afin de se « tenir au courant ».

SMS relais

En revanche, au pays, la faiblesse des infrastructures empêche le réseau social d’être pleinement efficace. « On ne comptait pas vraiment sur Facebook comme premier outil de mobilisation, avoue Fadel Barro. Il y a des coupures d’électricité tout le temps et la couverture internet n’est pas assez développée. » Ainsi, seuls 0,54 % des Sénégalais disposent d’un accès internet haut débit contre, par exemple, 4,87 % des Tunisiens*. Les appels à la mobilisation postés sur le réseau social perdent donc de leur efficacité : ils peuvent parfois être vus par l’utilisateur sénégalais avec une semaine de retard. « On utilise surtout les SMS avec des relais dans tout le pays. Je suis moi-même en lien avec 207 ­groupes d’une cinquantaine de personnes. On transmet au chef de file et l’information passe », explique le cofondateur du collectif.

Parler du mouvement sénégalais comme on l’a fait de la contestation tunisienne, qui trouvait dans les réseaux sociaux un moyen de contourner la censure, serait donc une erreur. « Nous n’avons pas les moyens [d’une révolution à la tunisienne, NDLR] », avoue Fadel Barro. « Ni en termes d’infrastructures numériques, explique-t-il, ni même au-delà. L’économie du pays ne supporterait pas une révolution. » Et de conclure, d’un ton grave : « C’est simple, si cela s’embrase, les gens vont mourir de faim. »

 __

* Chiffres de l'université canadienne de Sherbrooke.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2638p072.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2638p072.xml0 from 172.16.0.100