Extension Factory Builder
21/07/2011 à 12:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Luanda serait la ville la plus chère du monde pour les expatriés. Luanda serait la ville la plus chère du monde pour les expatriés. © Reuters

Luanda, N’Djamena, Libreville ou Dakar figurent parmi les villes où le coût de la vie est le plus élevé au monde pour les expatriés.

Luanda, ville la plus chère du monde pour les expatriés, devant Tokyo ? On a peine à le croire, et pourtant, l’enquête réalisée par Mercer, un cabinet américain de conseil en investissement, en atteste. L’étude, qui a porté sur 214 villes, s’est fondée sur le prix de quelque 200 biens et services (produits alimentaires, habillement, appareils électroménagers, logement, transports et loisirs). Résultat : dix métropoles africaines apparaissent dans le top 50. N’Djamena (3e) dépasse Moscou (4e), Libreville (7e) est plus chère que Zurich (8e), Niamey (23e) devance Sydney ou Shanghai (24e et 25e).

Étonnant ? Pas vraiment, dans la mesure où l’objectif de Mercer est de fournir aux multinationales une base pour calculer les primes d’expatriation de leurs salariés. Elle se fonde donc sur le prix de produits et de prestations de marques et de normes occidentales. Difficile, en effet, de trouver un fromage français AOC à Luanda au même prix qu’à Paris, ou un logement tout équipé et sécurisé pour le même loyer à N’Djamena, au Tchad, qu’à Amsterdam, aux Pays-Bas.

Pâte à tartiner

« Tous les produits ne sont pas forcément beaucoup plus chers qu’en France, témoigne Cécile Fabre, expatriée en Afrique avec son mari depuis 2005. On note une différence importante sur les produits importés, comme par exemple la pâte à tartiner, les céréales, les produits laitiers, la charcuterie. » Efficacité de la logistique, qualité des infrastructures, taxes et coûts de transport pèsent sur le prix final des produits dès lors qu’ils ne sont pas fabriqués sur place.

« En ce qui concerne le logement, les loyers de Dakar, à prestations équivalentes, avoisinent souvent ceux de Paris », explique Cécile, qui a aussi vécu à Abidjan (classée 45e), à Cotonou, et s’apprête à emménager à Port-Gentil. Internet et télévision satellite, essentiels pour garder le contact avec son pays d’origine, sont aussi des postes de dépense qui peuvent être jusqu’à cinq fois plus élevés, faute d’offres concurrentielles.

Ce que l’étude occulte cependant, c’est l’adaptation des travailleurs étrangers aux réalités locales, et les économies réalisées sur certains produits de consommation courante comme les fruits et les légumes. « Au bout d’un certain temps, nous avons réduit l’achat de produits importés, raconte Cécile. À Abidjan, par exemple, les fruits – ananas, bananes… – ne coûtent presque rien. » Les modes de vie changent également. S’il est difficile de déjeuner correctement dans un restaurant parisien pour moins de 15 euros, il est aisé de trouver de bonnes tables pour trois fois moins en Afrique. « Nous sortons beaucoup plus », assure la jeune femme.

Enfin, le premier réflexe en arrivant dans une ville inconnue est de se rapprocher des quartiers où se regroupent les expatriés, comme les Almadies ou Fann Résidence à Dakar, Marcory ou Zone 4 à Abidjan. Là, les loyers sont élevés. Avec le temps, un couple peut trouver un logement meilleur marché, en rognant aussi un peu sur la surface : 700 000 F CFA par mois (1 000 euros) à Dakar pour un 50 m2 neuf et meublé, contre 2 millions de F CFA (3 000 euros) pour un 100 m2. Et le fromage devient un plaisir rare, mais bien plus intense, lors des retours en France.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Côte d'Ivoire : le FPI est prêt à reprendre le dialogue... sous conditions

Les joutes verbales continuent entre le Front populaire ivoirien et le gouvernement en Côte d'Ivoire. Mardi, le parti de Laurent Gbagbo s'est déclaré prêt à reprendre le dialogue. Sous[...]

Le Nigeria, champion d'Afrique

Le 6 avril, le pays est devenu la première économie du continent, devant l'Afrique du Sud. Par la magie d'un nouveau calcul de son Produit intérieur brut, mais aussi grâce à de[...]

Les sons de la semaine : les Lijadu Sisters, Nas, Bibi Tanga, "Ghana Mixtape"...

Un peu de musique pour accompagner votre journée ? Voici de quoi se détendre avec notre sélection de sons à écouter cette semaine. Au programme : le retour des Lijadu Sisters, le XXe anniversaire[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Côte d'Ivoire : Yaya Touré sera présent au Mondial

Blessé dimanche, l'international ivoirien Yaya Touré ne sera indisponible qu'environ deux grosses semaines, à en croire le manager de son club. Une bonne nouvelle pour la Côte d'Ivoire qui pourra compter[...]

Nigeria : plus de 100 écolières enlevées par Boko Haram à Borno

Les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont attaqué lundi soir une école du nord-est du Nigeria. Une attaque au cours de laquelle plus de 100 jeunes filles ont été kidnappées. Les soldats[...]

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du[...]

Football : Séwé Sport de San Pedro, le club ivoirien qui monte

Champion de Côte d’Ivoire en 2012 et 2013 et sans gros moyens, le club de la ville portuaire de San Pedro commence à se faire une petite réputation en Afrique. Au point de faire de l’ombre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers