Extension Factory Builder
21/07/2011 à 12:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Luanda serait la ville la plus chère du monde pour les expatriés. Luanda serait la ville la plus chère du monde pour les expatriés. © Reuters

Luanda, N’Djamena, Libreville ou Dakar figurent parmi les villes où le coût de la vie est le plus élevé au monde pour les expatriés.

Luanda, ville la plus chère du monde pour les expatriés, devant Tokyo ? On a peine à le croire, et pourtant, l’enquête réalisée par Mercer, un cabinet américain de conseil en investissement, en atteste. L’étude, qui a porté sur 214 villes, s’est fondée sur le prix de quelque 200 biens et services (produits alimentaires, habillement, appareils électroménagers, logement, transports et loisirs). Résultat : dix métropoles africaines apparaissent dans le top 50. N’Djamena (3e) dépasse Moscou (4e), Libreville (7e) est plus chère que Zurich (8e), Niamey (23e) devance Sydney ou Shanghai (24e et 25e).

Étonnant ? Pas vraiment, dans la mesure où l’objectif de Mercer est de fournir aux multinationales une base pour calculer les primes d’expatriation de leurs salariés. Elle se fonde donc sur le prix de produits et de prestations de marques et de normes occidentales. Difficile, en effet, de trouver un fromage français AOC à Luanda au même prix qu’à Paris, ou un logement tout équipé et sécurisé pour le même loyer à N’Djamena, au Tchad, qu’à Amsterdam, aux Pays-Bas.

Pâte à tartiner

« Tous les produits ne sont pas forcément beaucoup plus chers qu’en France, témoigne Cécile Fabre, expatriée en Afrique avec son mari depuis 2005. On note une différence importante sur les produits importés, comme par exemple la pâte à tartiner, les céréales, les produits laitiers, la charcuterie. » Efficacité de la logistique, qualité des infrastructures, taxes et coûts de transport pèsent sur le prix final des produits dès lors qu’ils ne sont pas fabriqués sur place.

« En ce qui concerne le logement, les loyers de Dakar, à prestations équivalentes, avoisinent souvent ceux de Paris », explique Cécile, qui a aussi vécu à Abidjan (classée 45e), à Cotonou, et s’apprête à emménager à Port-Gentil. Internet et télévision satellite, essentiels pour garder le contact avec son pays d’origine, sont aussi des postes de dépense qui peuvent être jusqu’à cinq fois plus élevés, faute d’offres concurrentielles.

Ce que l’étude occulte cependant, c’est l’adaptation des travailleurs étrangers aux réalités locales, et les économies réalisées sur certains produits de consommation courante comme les fruits et les légumes. « Au bout d’un certain temps, nous avons réduit l’achat de produits importés, raconte Cécile. À Abidjan, par exemple, les fruits – ananas, bananes… – ne coûtent presque rien. » Les modes de vie changent également. S’il est difficile de déjeuner correctement dans un restaurant parisien pour moins de 15 euros, il est aisé de trouver de bonnes tables pour trois fois moins en Afrique. « Nous sortons beaucoup plus », assure la jeune femme.

Enfin, le premier réflexe en arrivant dans une ville inconnue est de se rapprocher des quartiers où se regroupent les expatriés, comme les Almadies ou Fann Résidence à Dakar, Marcory ou Zone 4 à Abidjan. Là, les loyers sont élevés. Avec le temps, un couple peut trouver un logement meilleur marché, en rognant aussi un peu sur la surface : 700 000 F CFA par mois (1 000 euros) à Dakar pour un 50 m2 neuf et meublé, contre 2 millions de F CFA (3 000 euros) pour un 100 m2. Et le fromage devient un plaisir rare, mais bien plus intense, lors des retours en France.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Une commission d'enquête rwandaise accuse la BBC de négationnisme

Une commission d'enquête rwandaise accuse la BBC de négationnisme

Dans un rapport rendu public le 28 février, la commission rwandaise chargée d'évaluer le documentaire controversé de la BBC "Rwanda's Untold Story" recommande notamment d'engager des poursu[...]

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait[...]

Présidentielle nigériane : Attahiru Jega sera-t-il l'homme de la situation ?

Pour Attahiru Jega, le patron de la Commission électorale, veiller au bon déroulement de la présidentielle sera une gageure.[...]

Burundi : Hussein Radjabu, ex-chef du parti au pouvoir, s'est évadé de prison

La nouvelle risque de ne pas plaire au président burundais, Pierre Nkurunziza. L'ex-chef du parti au pouvoir, Hussein Radjabu, son ennemi juré, s'est évadé de prison dans la nuit de dimanche à[...]

Togo : cinq candidats à la conquête du fauteuil présidentiel

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a clôturé dimanche le dépôt de candidatures pour l’élection présidentielle. Quatre candidats, dont le leader[...]

Gouvernance : le président namibien Pohamba remporte le prix de la Fondation Mo Ibrahim

Le président namibien Hifikepunye Pohamba, qui doit céder sa place d'ici la fin du mois à son successeur, a remporté jeudi le prix de la Fondation Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance en[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Casimir Oyé Mba : "Seule solution pour sortir de l'impasse politique au Gabon, le dialogue"

Casimir Oyé Mba, opposant gabonais et ancien Premier ministre d'Omar Bongo Ondimba, appelle une nouvelle fois le chef de l'État au dialogue national.[...]

RDC - R. Tshibanda : "La Monusco a décidé de ne pas lutter contre les FDLR pour des raisons fallacieuses"

La Mission onusienne en RDC (Monusco) a suspendu son appui à l'armée congolaise dans les opérations contre les FDLR. En réponse, Kinshasa a décidé de traquer seul ces rebelles rwandais. De[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2636p017.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2636p017.xml0 from 172.16.0.100