Extension Factory Builder
18/07/2011 à 16:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
De g. à d. : Irma, Imany, Mariama et Inna Modja. De g. à d. : Irma, Imany, Mariama et Inna Modja. © Montage J.A.

Dans le sillage d’Ayo, de jeunes Africaines retournent aux sources de la soul et de la folk. Découverte.

Jambes interminables, taille étranglée dans sa ceinture, foulard vintage savamment noué dans les cheveux, visage aux traits presque trop réguliers… Imany aurait du mal à cacher son passé de mannequin, qui l’a conduite pendant sept ans à New York. Puis la Française d’origine comorienne promène le timbre grave de sa voix au grain légèrement brisé le long de l’entretien et l’on se dit que, oui, il y a derrière cette travailleuse acharnée de 31 ans, fatiguée de « faire le cintre » pour les grands couturiers, une chanteuse à la Tracy Chapman qui pourrait s’accrocher durablement aux ondes. Reste à ne pas la confondre avec d’autres perles apparues sur les scènes européennes et qui font de plus en plus parler d’elles : l’Allemande Mariama (née à Freetown, en Sierra Leone), la Camerounaise Irma, et Inna Modja, née au Mali et installée en France. Ces mousquetaires de la musique soul défendent chacune un univers singulier… mais partagent plus qu’il n’y paraît.

Il y a d’abord un goût évident pour la sape. Pain bénit pour les magazines féminins, elles impriment leurs courbes sur papier glacé entre les rubriques mode et culture. L’ancienne mannequin Inna Modja affublée de son inimitable coupe afro, égérie d’une marque de soins pour cheveux crépus, a par exemple déjà fait la couverture de Vogue. La belle tient d’ailleurs un blog fashion (rocknlovedoll.wordpress.com). Sa musique métissée est peut-être le produit de sa jeunesse nomade. Après une enfance passée entre Bamako, Accra, Lagos, Lomé, New York et Paris (pour suivre les déplacements professionnels de son père), elle est repérée par Salif Keita et chante dans le Rail Band de Bamako à peine ses 15 premières bougies soufflées. Aujourd’hui signée sur un label de Warner, elle a déjà défendu un premier album, Everyday Is a New World, au style pop-folk requinquant, sorti en 2010, sorte de compromis commercial entre Ayo et Lily Allen. Dernière actualité en date, le single French Cancan (au texte creux ou léger, selon les goûts) extrait de son prochain opus à venir à l’automne 2011.

Cocktail efficace

Populaires en peu de temps, ces « soul sisters » ont « explosé » très rapidement. Trop peut-être dans le cas d’Irma. Née à Douala et originaire de Bangangté, dans l’ouest du Cameroun, l’étudiante débarque à Paris en 2003, à l’âge de 15 ans, pour poursuivre ses études secondaires. Ce sont de simples vidéos « maison », postées en 2007 sur YouTube, dans lesquelles elle chante en s’accompagnant à la guitare, qui déclenchent un retentissant bouche à oreille et alertent My Major Company. Grâce aux dons des internautes, le label français réussit à rassembler en quarante-huit heures les 70 000 euros nécessaires à un enregistrement à New York avec Henry Hirsch, producteur de Lenny Kravitz. Mais le produit fini est selon les propres termes de la chanteuse… « une grosse désillusion ». Manque de feeling, de prise de risque… Déçue par un opus trop lisse, Irma décide, culottée, de tout réenregistrer seule ! Résultat, l’album Letter to the Lord (sorti en février), sur lequel plane l’ombre d’Eric Clapton. Sa musique dépouillée est un cocktail efficace alliant la voix soul de l’autodidacte, l’accompagnement guitare très folk, ainsi que des textes où point une inébranlable foi et des passages chorals évoquant l’univers du gospel.

« Enfants, ces nouveaux talents ont été influencés par Michael Jackson, Prince, Marvin Gaye… », souligne Chet Samoy, directeur artistique chez Cinq 7, le label qui s’occupe de Mariama. À cette liste, la jeune chanteuse ajoute Ella Fitzgerald, Miriam Makeba, Bob Dylan ou, plus récemment, son compatriote allemand Patrice, né d’un père originaire comme elle de Sierra Leone. Mariama a grandi à Cologne (Allemagne). C’est là-bas que ses parents se sont rencontrés, se sont plu… mais n’ont pas pu s’y marier. « Les autorités publiques ont refusé, pensant qu’il s’agissait d’un mariage blanc », précise-t-elle. Le couple part donc en Sierra Leone avant de se rendre compte que la situation sur place n’est pas tenable et de retourner en Allemagne. Entre-temps, une petite fille s’est jointe à eux. Ses racines africaines sont peu flagrantes dans le CD 4 titres sorti en mars : émaillé de ballades rythmées et efficaces mixant soul, reggae et country, il n’est pas sans évoquer l’univers de Ben Harper. Pourtant, elle se tient activement informée de ce qui se passe dans son pays d’origine depuis l’éclatement de la guerre civile au début des années 1990. « Ce qui me choque le plus, explique-t-elle, c’est le peu d’intérêt des médias occidentaux pour couvrir cet horrible conflit et pour l’ensemble des événements qui se déroulent dans les pays africains, considérés comme moins importants d’un point de vue eurocentré. »

Cœur brisé

Pour Imany, les origines remontent plus naturellement à la surface de la musique. Le nom même de son album, The Shape of a Broken Heart (ThinkZik !), renvoie à l’Afrique et à sa forme de cœur brisé. Fille d’un pompier de l’armée de l’air française qui s’est installé dans l’Hexagone au moment de l’indépendance des Comores, elle retourne régulièrement « au pays ». Elle dédicace d’ailleurs une chanson à sa grand-mère, mariée à l’âge de 9 ans, qui a perdu la plupart de ses enfants et est restée sur l’archipel. Repérée par le producteur d’origine sénégalaise Malick Ndiaye (celui-là même qui a découvert Ayo), elle a enregistré ses percussions au Sénégal. Sur le dernier morceau de l’album, l’ex-mannequin, qui chante habituellement en anglais, a choisi le comorien. Elle est accompagnée de ses sœurs, de ses nièces et de ses cousines. « Mes parents me tannaient depuis tellement longtemps pour faire un titre dans leur langue d’origine…, reconnaît-elle. C’est mon père, érudit, qui m’a aidée à traduire. C’est une belle langue, qui se prête parfaitement à la chanson, et le résultat sonne plutôt bien. » Jusque dans ses costumes de scène, signés Sakina M’sa, créatrice de mode comorienne, le continent filtre partout. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Ebola : pourquoi l'armée américaine entre en scène au Liberia

Ebola : pourquoi l'armée américaine entre en scène au Liberia

Le chef des troupes américaines en Afrique (Africom) va diriger en personne depuis Monrovia le déploiement de 3 000 soldats pour lutter contre l'épidémie d'Ebola. Les raisons d'une intervention spectacu[...]

Matraques électriques, bâtons cloutés... : quand la Chine fournit l'Afrique en instruments de torture

Les relations Chine-Afrique sont de plus en plus intenses, y compris dans le secteur des instruments de torture. L'Empire du Milieu fournirait notamment, selon Amnesty international, à divers pays du continent des[...]

Côte d'Ivoire : Yacou le Chinois, le voyou qui fait trembler la Maca

La Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan est tenue d'une main de fer par... un prisonnier. Derrière les barreaux, Yacou le Chinois fait la loi. Et est devenu célèbre dans tout le pays.[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Effondrement d'une église à Lagos : 5 questions sur un drame

Un nouveau bilan a porté à 115 le nombre de victimes de l’effondrement d'un immeuble appartenant à l'église évangélique Church of All Nations. La tragédie est entourée[...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Conflit sud-soudanais : reprise des négociations de paix à Addis-Abeba

Le gouvernement de Djouba et les rebelles sud-soudanais, qui s'affrontent depuis neuf mois dans une sanglante guerre civile, ont repris lundi les négociations de paix en Éthiopie. Sur le terrain, les combats se[...]

Ebola : le Sierra Leone juge que le confinement général a été un succès

Le confinement général de trois jours ordonné pour lutter contre l'épidémie d'Ebola a permis aux autorité de Sierra Leone de visiter 80 % des habitations sur l'ensemble du pays, a[...]

Moussa Dadis Camara sur le grill

L'enquête sur le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry reprend. Des magistrats guinéens devraient prochainement interroger à nouveau, à Ouagadougou, l'ancien chef de la junte Moussa Dadis[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces