Extension Factory Builder
19/07/2011 à 16:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue de la place Tahrir du Caire. Vue de la place Tahrir du Caire. © Pedro Ugarte/AFP

Depuis le début de l’année, les investisseurs étrangers se détournent de l'Afrique du Nord, au détriment des gestionnaires de fonds locaux. C’est le contrecoup du "printemps arabe".

Les révolutions passent, et les sous se font rares. Des investisseurs étrangers avaient promis de placer leur argent auprès de gestionnaires de fonds au Caire et à Tunis ? Ils se sont rétractés face aux événements. Et même Stephen Murphy, directeur général de Citadel Capital, le premier capital-investisseur égyptien (il gère près de 3 milliards d’euros d’actifs dans le nord et l’est de l’Afrique), les comprend : « Tant que la situation ne s’améliore pas en Égypte, nous ne pouvons pas demander aux investisseurs de s’engager sur le long terme. »

Cela ressemble à de la résignation, surtout que Citadel est dans une mauvaise passe. Ahmed Heikal, le patron, s’est vu interdire de quitter le territoire pour une affaire de corruption dans l’achat d’une entreprise de ciment. Le gestionnaire de fonds, coté en Bourse depuis 2009, dément. Mais le cours de l’action s’est effondré, quatre investisseurs ont reporté leur voyage au Caire, et Citadel a déjà repoussé par deux fois le closing, désormais prévu pour la fin de l’année, d’une levée de fonds de 350 millions d’euros à investir au Moyen-Orient, au Maghreb et en Afrique subsaharienne. « Tous ces retards paralysent l’investissement direct à l’étranger et, de façon générale, l’Égypte », souligne Stephen Murphy.

De son côté, le fonds panafricain Emerging Capital Partners (ECP), qui a misé 22 % de ses capitaux en Afrique du Nord, a suspendu un investissement de 350 millions d’euros dans une société égyptienne. « Si vous ne pouvez pas céder votre participation à des acteurs internationaux, vous réduisez fortement votre spectre d’opportunités », explique Vincent Le Guennou, président d’ECP. Des introductions en Bourse ont aussi été repoussées : Citadel a reporté à la fin de l’année la cotation sur la place du Caire de sa filiale énergétique Taqa Arabia.

Les bouleversements politiques en Afrique du Nord ne font en fait qu’accentuer un essoufflement né avec la crise financière mondiale : les placements des sociétés de capital-investissement dans la région ont ainsi chuté de 2,4 milliards d’euros en 2008 à 0,6 milliard en 2010, selon l’Emerging Markets Private Equity Association (EMPEA).

Émissaires

Pour l’instant, le Maroc s’en tire bien. Les fonds locaux, qui avaient levé 7,3 millions d’euros en 2009, ont attiré 51,5 millions d’euros en 2010, d’après un rapport de Grant Thornton pour l’Association marocaine des investisseurs en capital. En 2000, une vingtaine d’entreprises du royaume avaient fait appel au capital-investissement ; dix ans plus tard, elles sont près de 140. Avec des success-stories, comme la vente à l’américain International Paper, en 2005, des 14 % du capital de la Compagnie marocaine des cartons et des papiers (CMCP) détenus par trois fonds, Accès Capital (filiale de la Caisse de dépôt et de gestion), Marocinvest (groupe Tuninvest) et Capital Invest (groupe BMCE).

Mais désormais les fonds se tournent davantage vers les investisseurs du Golfe. Tuninvest-Africinvest a ainsi envoyé deux émisssaires à Bahreïn et au Koweït pour lever 200 millions de dollars pour son fonds Maghreb III. Aziz Mebarek, le cofondateur, espère réaliser un premier closing de près de 80 millions d’euros d’ici à la fin juin. « Les investisseurs institutionnels locaux ne vont pas arrêter d’investir parce qu’il y a une guerre en Libye ou parce qu’il y a des troubles dans la région. Ils investissent car c’est une alternative », assure son confrère marocain Omar Chikhaoui, directeur général de Capital Invest.

Mais si la situation tardait à se débloquer au Nord, l’ensemble du continent servirait alors de terrain de chasse. Capital Invest prépare le closing d’un troisième fonds de 85 millions d’euros pour la fin de l’année. Le premier à intégrer l’Afrique de l’Ouest.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, Moncef Marzouki reconnaît sa défaite

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, Moncef Marzouki reconnaît sa défaite

Selon des résultats partiels officiels, Béji Caïd Essebsi remporte l'élection présidentielle tunisienne. Il devance le président sortant Moncef Marzouki avec 55,68 % des suffrages.[...]

Présidentielle en Tunisie : un grand pas pour une démocratie en herbe

Manifestations de joie, déclarations politiques et commentaires se sont succédés toute la nuit en Tunisie, après le vote de dimanche pour le second tour de la présidentielle. Si les[...]

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la[...]

SOS Fifa

Fifa : un sigle qui sent de plus en plus le soufre. Principale institution sportive mondiale, avec le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de football association[...]

Maroc : Baha, l'irremplaçable stratège de Benkirane

La mort accidentelle de son bras droit Abdellah Baha prive le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, d'un confident, d'un conseiller et d'un stratège. Amputé de son éminence grise, il[...]

Tunisie : Essebsi revendique la victoire à la présidentielle, Marzouki conteste

Béji Caïd Essebsi a revendiqué dimanche soir la "victoire" à l'élection présidentielle tunisienne. Son annonce a été immédiatement contestée par le [...]

Égypte : 26 hommes accusés d'homosexualité jugés pour "débauche"

Vingt-six hommes accusés d'avoir organisé ou participé à des "orgies homosexuelles" en Egypte ont comparu dimanche pour "débauche" quinze jours après leur[...]

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un[...]

Égypte : première rencontre entre le président Sissi et un émissaire qatari

Le Caire a affirmé samedi vouloir mettre un terme à ses différends avec le Qatar à l'issue de la première rencontre entre un émissaire qatari et le président Abdel Fattah[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers