Extension Factory Builder
28/06/2011 à 17:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Marines américains en Afghanistan. Des Marines américains en Afghanistan. © AFP

Mission accomplie. C’est ce qu’a déclaré en substance le président américain le 22 juin dans une brève allocution pour justifier le retour de 33 000 soldats d’ici à 2012.

Barack Obama l’avait promis. Il a tenu parole. Et l’a annoncé lors d’une courte adresse à la nation, le 22 juin : le désengagement des troupes américaines d’Afghanistan commencera en juillet. Plus rapide et plus ample que prévu, il se fera en deux temps : 10 000 soldats en 2011, 23 000 d’ici à la fin de l’été 2012. Resteront environ 70 000 soldats américains jusqu’au passage de relais aux forces de sécurité afghanes, prévu en 2014.

Pour Washington, les 30 000 soldats supplémentaires dits du surge – envoyés par Obama, en décembre 2009, à l’issue d’une longue phase de réflexion – ont atteint leurs objectifs dans la lutte contre les talibans et les réseaux d’Al-Qaïda. Avec en point d’orgue, bien sûr, la mort d’Oussama Ben Laden.

« Nous sommes en position de force. Al-Qaïda est aux abois. Il est temps de finir la guerre en Afghanistan, de manière responsable. » Soit un changement stratégique majeur, sonnant comme un désaveu pour le général David Petraeus, commandant actuel des forces alliées en Afghanistan (il prendra début juillet la tête de la CIA, à la place de Leon Panetta, nommé secrétaire à la Défense). Petraeus défendait un retrait de 10 000 soldats, afin de ne pas saper la stratégie dite « contre-insurrectionnelle » poursuivie depuis 2009 et axée sur le nation-building, c’est-à-dire la stabilisation du pays par la construction d’un État afghan fort.

Guerre impopulaire. Ce nation-building n’est plus de mise. Pour une raison simple – au-delà bien sûr du bilan en vies humaines : l’Amérique n’en a plus les moyens. Mille milliards de dollars. C’est le coût avancé par Obama pour les dix ans de guerre en Afghanistan. Trop pour un pays dont la crise économique – déficit record et taux chômage de 9 % – sera au cœur de la présidentielle de 2012. « Je trouve stupéfiant que l’on construise des ponts à Kandahar et non à Baltimore ou Kansas City », a déclaré Antonio R. Villaraigosa, le maire de Los Angeles, qui, lors du 79e Congrès des maires américains, le 18 juin, a appelé au retrait accéléré d’Afghanistan.

Message reçu par Obama. Avec cette phrase, dans un discours confit de l’habituel exceptionnalisme américain : « Il est temps de se consacrer au nation-building de l’Amérique. »

__

Par Jean-Éric Boulin, à New York

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Diaporama : il y a dix ans, disparaissait le pape Jean-Paul II

Diaporama : il y a dix ans, disparaissait le pape Jean-Paul II

De Robert Mugabe à Eduardo Dos Santos, nombreux étaient les dirigeants africains à rendre hommage à Jean-Paul II, six jours après son décès, lors de ses obsèques cél&e[...]

Rodney King : "La ségrégation raciale perdure, même si les choses s'améliorent" (Juin 2012)

Le 17 juin 2012, jour où "Jeune Afrique" (n° 2684) publiait dans ses colonnes un entretien exclusif avec Rodney King, ce dernier était retrouvé sans vie dans sa piscine. Après avoir[...]

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Grèce - Allemagne : dette contre dette

Alexis Tsipras accepte de régler ce qu'il doit. À condition que des réparations lui soient versées pour les exactions nazies. Angela Merkel s'y refuse par crainte d'ouvrir une boîte de[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2633p058-059.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2633p058-059.xml1 from 172.16.0.100