Extension Factory Builder
28/06/2011 à 17:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amin Maalouf a été élu le 23 juin à l'Académie française. Amin Maalouf a été élu le 23 juin à l'Académie française. © Vincent Fournier/J.A.

L’écrivain d’origine libanaise Amin Maalouf a été élu, le 23 juin, à la prestigieuse Académie française. Jeune Afrique a recueilli ses premières impressions à chaud, quelques heures après cette consécration.

Une élection de sénateur ! C’est au premier tour, avec dix-sept voix contre trois à son seul véritable concurrent, le philosophe Yves Michaud, que l’écrivain d’origine libanaise Amin Maalouf, un ancien de Jeune Afrique, a été élu le 23 juin à l’Académie française. Au fauteuil – s’il vous plaît ! – de l’illustre ethnologue Claude Lévi-Strauss. Ainsi, après avoir reçu le prix Goncourt en 1993 pour son roman Le Rocher de Tanios, l’auteur des Croisades vues par les Arabes (1983) et de Léon l’Africain (1986) rejoint-il le petit cercle prestigieux des quarante immortels.

Voici ses premières impressions, recueillies à chaud quelques heures seulement après cette consécration qu’il a vécue dans les locaux des éditions Grasset. Et qui, manifestement, l’a ravi, l’emportant, selon ses propres termes, dans « un tourbillon de lumière ».

Jeune Afrique : Pourquoi avoir voulu rejoindre l’Académie ?

Amin Maalouf : Cela fait sens, évidemment, pour quelqu’un qui consacre sa vie à l’écriture ! Et c’est une institution sans équivalent. J’aime sa pérennité, sa tradition, sa longue histoire. Et ses rituels. Les rituels sont importants à mes yeux. C’est surtout un lieu qui maintient la solennité de la culture. Laquelle, surtout aujourd’hui et particulièrement en France, a besoin d’être défendue.

L’Académie, disent ses critiques, c’est un repaire de vieux…

Mais je n’ai rien contre les vieux  ! Jacqueline de Romilly, une grande amie, qui aurait été très contente, je le sais, de me voir la rejoindre à l’Académie, avait 97 ans quand elle a disparu tout récemment. Et elle me paraissait très jeune.

Qu’est-ce qui vous rattache à l’histoire de l’Académie ou aux académiciens ?

Il y a beaucoup de moments très beaux dans l’histoire de l’Académie. En particulier quand elle n’a pas manqué de courage à des moments importants face au pouvoir, à sa façon subtile. Que ce soit face à Louis XIV, à Colbert, à Napoléon III et même sous l’occupation allemande. Et il y a beaucoup de noms prestigieux parmi les académiciens. Me vient facilement à l’esprit celui d’Ernest Renan, qui a été une grande figure au Liban et qui a occupé le siège qui m’est destiné. Ou de Senghor, bien sûr, que j’ai pu connaître personnellement et dont l’entrée à l’Académie avait eu de l’importance à mes yeux.

Occuper le fauteuil de Lévi-Strauss, cela revêt-il une signification particulière ?

C’est très stimulant. Et très intimidant. Quand je faisais mes études, en sociologie, il était au programme dès la première année ! Pour préparer mon discours de réception, je vais devoir passer un long moment avec ses livres et essayer de tenir un certain niveau. Et puis, maintenant que je me prépare à occuper son siège, je compte bien défendre sa mémoire et son œuvre. Mais ses travaux me parlent immédiatement car j’en partage l’inspiration profonde, celle qui consiste à défendre l’égale dignité de toutes les civilisations.

Cette élection va changer votre vie, votre travail… Cela met-il en danger vos projets d’écriture, comme l’ouvrage sur les changements actuels dans le monde arabe que vous aviez en projet ?

Je vais sûrement devoir m’organiser autrement, être plus souvent à Paris, quasiment toute l’année, puisque j’ai bien l’intention de participer sérieusement aux travaux de l’Académie. Mais je ne vais pas renoncer à écrire. Surtout ce livre dont vous parlez et que je compte bien finir de rédiger cet été.

______

Propos recueillis par Renaud de Rochebrune.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers