Extension Factory Builder
09/06/2011 à 10:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Depuis de longs mois, il était déjà numéro deux dans l'ordre protocolaire. Depuis de longs mois, il était déjà numéro deux dans l'ordre protocolaire. © Fiacre Vidjingninou/AFP

La création du poste de chef du gouvernement était une promesse de campagne du candidat Boni Yayi, réélu en mars à la tête de l’État béninois.

« En pratique, il en assumait les fonctions depuis longtemps, commente un observateur de la vie politique béninoise. Maintenant, il en a le titre. » Depuis le 28 mai, Pascal Irénée Koupaki, 60 ans, est Premier ministre du Bénin. Pas sûr que cela change grand-chose dans le fonctionnement du pays : l’ex-ministre d’État chargé de la Prospective, du Développement, de l’Évaluation des politiques publiques et de la Coordination de l’action gouvernementale était déjà numéro deux dans l’ordre protocolaire béninois. « “Monsieur la Rigueur”, comme le surnomment certains de ses concitoyens, est un homme respecté de tous pour sa probité », témoigne Zachari Baba Body, ex-ministre chargé des Relations avec le Parlement. Même dans l’opposition, on salue son côté « structuré, organisé et réfléchi ».

Récompense

Ce poste de Premier ministre est une promesse de campagne du candidat Boni Yayi, mais aussi un moyen de respecter les équilibres régionaux : Pascal Koupaki est originaire de la ville côtière de Ouidah. De quoi satisfaire l’électorat sudiste, qui s’est prononcé pour le président sortant lors de l’élection du mois de mars. Cette nomination est aussi une récompense pour ce technocrate, fidèle parmi les fidèles de Boni Yayi depuis 2006. Les gouvernements se sont succédé, mais lui est resté. Ministre de l’Économie et des Finances (2006), ministre de la Prospective et du Développement (2007), ministre d’État (2009)… Les intitulés se sont allongés, sans que jamais Koupaki ne tente de faire de l’ombre à son mentor, délaissant même la présidence de son parti, l’Union pour le développement du Bénin nouveau (UDBN).

Rompu à l’art de la négociation, c’est lui que l’on envoie au charbon. Qu’il s’agisse de discuter avec les partenaires sociaux ou les bailleurs de fonds. C’est encore lui qui préside les Conseils des ministres, enchaîne les réunions avec les directeurs centraux et vérifie les dossiers.

Premier ministre donc. Mais en pratique, les choses sont plus compliquées. Jamais la possibilité d’inscrire le poste dans la Constitution n’a été évoquée. C’est Boni Yayi lui-même qui a choisi les vingt-cinq autres membres du nouveau gouvernement. Ce qui ne manque pas de provoquer des remarques acerbes. « Ce sera comme avant : Boni Yayi prendra des décisions, et Pascal Koupaki devra se mettre en quatre pour les exécuter. Ou, comme par le passé, prendre les coups à sa place », analyse un journaliste local. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2630p038.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2630p038.xml0 from 172.16.0.100