Extension Factory Builder
08/06/2011 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Dmitri Medvedev à Moscou le 18 mai 2011. Le président Dmitri Medvedev à Moscou le 18 mai 2011. © AFP/Dmitry Kostyukov

Après avoir lâché Kadhafi, leur "ami de quarante ans", les Russes proposent leur médiation en Libye. L’objectif est clair : préparer l’avenir.

De la part des Russes, c’est plutôt bien joué. Depuis le début du « printemps arabe », ils semblaient hors-jeu. On ne les entendait pas. On les avait presque oubliés. Pourtant, le 27 mai, au G8 de Deauville, en France, Dmitri Medvedev a réussi un joli come-back. Le président russe a lâché publiquement le colonel Kadhafi : « La communauté internationale ne le considère plus comme le leader libyen. » Puis, il a offert ses services comme médiateur dans la crise. Son homologue français, Nicolas Sarkozy, a tiqué : « Il n’y a pas de médiation possible avec M. Kadhafi ; il doit partir. » Mais comment dire non aux Russes, surtout s’ils laissent tomber leur vieil allié libyen ? Obama, Cameron et Sarkozy ont donné leur accord. Les Russes sont médiateurs. C'est un homme du Kremlin - l'arabisant Mikhaïl Marguelov, le haut représentant pour l'Afrique - qui se rendra à Benghazi quelques jours plus tard.

C’est début mars, quand le « Guide » a fait tirer à la mitrailleuse sur son peuple, que Moscou a pris ses distances avec l’ami de quarante ans. De bonne source, au Kremlin, le camp Medvedev a été tenté de dire oui à la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, c’est-à-dire de voter pour des frappes aériennes. Mais le camp de Vladimir Poutine, l’actuel Premier ministre, s’y est vivement opposé.

Clash public

Côté Poutine, Vladimir Tchamov, l’ambassadeur à Tripoli, n’a pas hésité à envoyer un télégramme de désapprobation au Kremlin. Finalement, Medvedev a choisi le compromis. Le 17 mars, lors du vote à New York, le représentant de la Russie s’est abstenu. Quant à l’ambassadeur qui aimait trop Kadhafi, il a été aussitôt limogé pour « incompétence ».

Si le leader de la Jamahiriya est en chute libre, il peut au moins se vanter d’une chose. Il a provoqué un clash public entre les deux chefs de l’exécutif russe. Le 21 mars, Vladimir Poutine a comparé ironiquement le vote de l’ONU à « ces appels médiévaux en faveur des croisades » – une rhétorique chère au numéro un libyen. Le même jour, Dmitri Medvedev a répliqué que ces propos étaient « inacceptables ».

Querelle préélectorale ? Bien sûr. En Russie, la présidentielle est prévue en mars 2012. Si Poutine se porte candidat, Medvedev affirme qu’il ne se représentera pas… Les Russes en doutent. Querelle politique, donc, mais pas seulement. Poutine est logique avec lui-même. Non à l’ingérence internationale, aujourd’hui en Libye comme hier dans le Caucase russe. Surtout, il joue habilement sur le réflexe antioccidental de son opinion. Medvedev n’est pas moins cohérent. Trois ans après son arrivée au Kremlin, il poursuit sa politique de rapprochement avec l’Occident : « reset » avec les Américains, achat de navires de guerre Mistral aux Français… Et il se veut pragmatique. Si Kadhafi tombe, mieux vaut être du bon côté de l’Histoire afin de conserver le marché libyen des armes et du pétrole. Confidence d’un conseiller du Kremlin : « À quoi bon défendre un cadavre politique ? »

Pour le médiateur Medvedev, la marge de manœuvre est étroite. Le Conseil national de transition (CNT) de Benghazi ne veut rien négocier d’autre que les conditions du départ de Kadhafi. Or celui-ci refuse de partir. Mais, dans le camp du « Guide », les défections se multiplient. Dernière en date : celle de Chokri Ghanem, le ministre du Pétrole, le 1er juin. Et l’arrivée sur le front d’hélicoptères de combat français et britanniques est une très mauvaise nouvelle pour l’armée libyenne. D’autant que l’Otan vient d’annoncer qu’elle prolongeait ses opérations militaires jusqu’à la fin de septembre. Sans doute Medvedev (comme Zuma, le président sud-africain) se met-il en position de cueillir, un jour, le « fruit Kadhafi »… quand il sera mûr.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2630p014.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2630p014.xml0 from 172.16.0.100