Extension Factory Builder
29/05/2011 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Réélu confortablement dès le premier tour, le président seychellois a d’ores et déjà marqué de son empreinte l’archipel de l’océan Indien.

Qu’elles semblent loin les années 1970 et 1980, quand les Seychelles étaient régulièrement agitées par des tentatives de coup d’État et des intrusions de mercenaires. Aujourd’hui, le paysage politique de l’archipel aux 115 îles ressemble à un long fleuve tranquille. Le 21 mai, le président sortant, James Michel, a été confortablement réélu à l’issue d’une campagne sans relief et d’un scrutin sans remous. Le candidat du parti au pouvoir depuis 1977, le Lepep (ex-SPPF), l’a emporté dès le premier tour avec 55,4 % des suffrages. Son principal opposant, Wavel Ramkalawan (Seychelles National Party), a recueilli 41,4 % des voix.

« Ensemble, nous allons créer ces Nouvelles Seychelles [« En nouvo Sesel » était le slogan de sa campagne, NDLR] dans la paix et l’harmonie, respectueuses de la diversité des opinions », a déclaré le vainqueur, avant d’assurer qu’il poursuivrait les réformes engagées ces dernières années, lesquelles, si elles ont permis au pays d’éviter la banqueroute, en ont laissé quelques-uns sur le carreau. « Elles étaient devenues indispensables, plaide Victor, un partisan de Michel. Nous lui faisons confiance. »

« So british »

C’est peu dire que les Seychellois connaissent leur président. Depuis le coup d’État de France-Albert René, en 1977, James Michel, 66 ans, cordial et mesuré, qui affiche un flegme « so british » et un fort patriotisme, fait partie des meubles du régime d’obédience socialiste. En trente-quatre ans, cet enseignant de formation n’a jamais quitté le pouvoir. Plusieurs fois ministre (Éducation, Intérieur, Défense, Finances), il devient vice-président en 1996. En 2004, c’est naturellement vers son dauphin que René, démissionnaire en raison de son âge avancé, se tourne.

« Les Seychelles d’aujourd’hui ont été façonnées par James Michel, sans accroc, tout en souplesse », explique un collaborateur du président. C’est lui qui, dans les années 1990, a négocié le virage de la démocratisation ; lui qui, en 2008, a entrepris de libéraliser l’économie de l’archipel. Depuis trois ans, Michel s’est donné deux nouveaux objectifs : anéantir la piraterie dans les eaux seychelloises et faire de son pays un précurseur en matière d’écologie. Il lui reste cinq ans pour y parvenir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Seychelles

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Quinze ans, c'est assez !

La gouvernance en Afrique. L'indice Mo-Ibrahim, qui en observe l'évolution depuis plus de dix ans, a donc présenté, le 13 octobre, son diagnostic pour 2013. Il constate que le niveau global de [...]

La Tunisie demande l'extradition de Sakhr el-Materi, coincé aux Seychelles pour un problème de passeport

Les Seychelles laisseront-elles un arrière-goût de paradis perdu à Sakhr el-Materi, gendre de l’ancien président tunisien ? Selon le ministre tunisien de la Justice, celui-ci voulait entrer[...]

Océan indien : si tu veux la paix, prépare la guerre...

Stratégique, idéalement située et très convoitée... La région est devenue en quelques années un paradis pour les états-majors, les vendeurs d'armes et les agences de[...]

États-Unis : leur guerre secrète en Afrique

De la Mauritanie aux Seychelles, les Américains tissent en toute discrétion un vaste réseau de bases militaires. Objectif : surveiller les organisations terroristes, lutter contre la piraterie et assurer la[...]

Présidentielle française : François Hollande vainqueur en Afrique

Comme au premier tour, les électeurs français d’Afrique ont apporté majoritairement leur suffrage à François Hollande le 6 mai 2012. Le candidat socialiste termine en effet en tête[...]

Union africaine : l'OPA de Jacob Zuma

Après avoir défendu, envers et contre tous, Gbagbo et Kadhafi, Pretoria avance ses pions au sein de l’Union africaine avec une candidature contre Jean Ping. Une ambition assumée, un volontarisme[...]

Prix Mo Ibrahim : "Pedro Pires personnifie le type de gouvernance que nous entendons distinguer"

L'ancien président du Cap-Vert Pedro Pires a reçu le prix de la fondation du milliardaire soudanais Mo Ibrahim, qui récompense un chef d'État africain ayant quitté le pouvoir[...]

Télécoms : avec la 3G, le secteur arrive à maturité en Afrique

Le salon Africa Telecom People, qui s’est tenu les 5 et 6 octobre derniers à Abidjan, a fêté les 25 ans de la téléphonie mobile sur le continent. Une occasion pour les opérateurs,[...]

Seychelles : Michel malgré la crise

Le scrutin présidentiel devra être organisé d'ici au mois de juillet.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers