Extension Factory Builder
21/05/2011 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Après la réunion du bureau de Guidance, le 30 avril au Caire. Après la réunion du bureau de Guidance, le 30 avril au Caire. © Sipa

On connaissait l'influente confrérie égyptienne des Frères musulmans. Il faudra maintenant compter avec son émanation politique : le Parti de la liberté et de la justice (PLJ).

Si, sous Hosni Moubarak, les Frères musulmans étaient des habitués des tribunaux égyptiens, l’audience de mercredi dernier à la cours de cassation, où siège le comité en charge des partis politiques, était totalement inédite pour eux. Mohamed Saad el-Katatni, figure influente de la confrérie, venait officiellement présenter les documents nécessaires à la reconnaissance du nouveau Parti de la liberté et de la justice (PLJ).

Lors de la conférence de presse qui a suivi la remise des documents, Mohamed Saad el-Katatni a fait savoir que le tout jeune parti comprenait 8 821 membres, dont 978 femmes et 93 coptes. Il a également annoncé que le vice-président du parti serait Rafiq Habib, un intellectuel chrétien. « Nous n’avons pas choisi Rafiq Habib juste parce qu’il est chrétien, mais surtout pour sa qualité d’intellectuel et de figure publique qui peut apporter beaucoup au parti », a expliqué el-Katani avant d’ajouter qu’il allait de soi que leurs « frères chrétiens étaient des partenaires dans la patrie ».

"Les partis religieux appartiennent au Moyen Âge"

Le 30 avril, sur le perron de leurs nouveaux locaux, dans le quartier populaire cairote de Muqattam, les Frères musulmans avaient déjà annoncé, à l’issue de la première réunion non clandestine de leur Bureau de guidance depuis seize ans, la naissance de leur formation politique : le Parti de la liberté et de la justice (PLJ). « Un parti civil aux fondements musulmans », puisque « les partis religieux appartiennent au Moyen Âge », a affirmé son président, Mohamed Morsy, et qu’ils sont toujours interdits.

Bien qu’historique, la création du parti a immédiatement suscité des réserves au sein de ses propres rangs. Beaucoup craignent qu’il ne soit pas assez indépendant de la confrérie. Presque 80 % de ses 8 000 fondateurs sont des Frères, et c’est leur Bureau de guidance qui a choisi, parmi ses membres, le président, le vice-président et le secrétaire général. Pourtant, le trio était censé être élu. Le processus aurait pris des semaines, a-t-on répondu aux jeunes.

Ces critiques risquent-elles d’affecter la popularité du mouvement ? Selon un sondage réalisé par le Pew Research Center entre le 24 mars et le 7 avril, 75 % des Égyptiens ont une opinion favorable ou très favorable des Frères. Lesquels ont encore joué la carte de la modération en renvoyant dos-à-dos les salafistes et les coptes impliqués dans les affrontements confessionnels du 7 mai (quinze morts). Tout en les qualifiant de contre-révolutionnaires.

La décision du PLJ de ne pas présenter de candidat à la présidentielle de septembre accroît ses chances aux législativ

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : double attentat au Caire, cinq blessés dont deux policiers

Égypte : double attentat au Caire, cinq blessés dont deux policiers

Deux bombes ont explosé mardi au Caire. Cinq personnes, dont au moins deux policiers, ont été blessées.[...]

La danse orientale, à corps perdus

Tantôt vénérée tantôt méprisée, la danse orientale peine aujourd'hui à se produire sur les scènes du monde arabe. Retour sur un art populaire à la[...]

Égypte : une bombe explose au Caire, trois blessés dont deux policiers

L'explosion d'une bombe posée entre deux voitures, près d'un point sécurité dans le centre du Caire, a blessé deux policiers et un civil, selon des sources au sein des services de secours et[...]

La présidentielle égyptienne sera supervisée par l'Union européenne

L'Union européenne va, pour la première fois, superviser l'élection présidentielle prévue fin mai en Égypte. L'ex-homme fort de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, en est le grand[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Égypte : dans les mâchoires d'Al-Qaïda

Quasi démilitarisé par l'accord de paix israélo-égyptien de 1979, le Sinaï est devenu le sanctuaire d'une demi-douzaine de groupes jihadistes dont les attentats vont se multipliant.[...]

Égypte : trois figures de la révolte de 2011 condamnées à de la prison ferme

Les peines de trois ans de prison ferme infligées à trois figures de la révolte de 2011 contre Hosni Moubarak ont été confirmées, lundi, par un tribunal égyptien. Ce dernier a[...]

Égypte : la justice confirme les peines de prison de trois figures de la révolution

Les peines de trois ans de prison ferme infligées à trois figures de la révolte de 2011 ont été confirmées lundi par la justice égyptienne. Ils étaient accusés[...]

Égypte : le procès de Mohamed Morsi pour incitation au meurtre ajourné à dimanche

Le procès du président destitué Mohamed Morsi pour "incitation au meurtre" de manifestants a été ajourné à dimanche pour entendre les témoignages de hauts[...]

Égypte : 23 morts dans le Sud dans des heurts tribaux

Au moins 23 personnes ont été tuées samedi dans des affrontements entre tribus dans le sud de l'Egypte, a indiqué un média officiel, tandis que le ministère de l'Intérieur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers