Extension Factory Builder
19/05/2011 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismaïl Omar Guelleh a renouvelé 11 ministres du gouvernement. Ismaïl Omar Guelleh a renouvelé 11 ministres du gouvernement. © AFP

Le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh a mis sur pied une équipe gouvernementale rajeunie, chargée de conduire les chantiers prioritaires : lutte contre le chômage et amélioration des performances économiques.

Le président Ismaïl Omar Guelleh, réélu le 8 avril pour un troisième et « ultime mandat » – selon sa formule – avait promis du changement. Le 12 mai, quatre jours après son investiture, il a rendu publique la composition de son nouveau gouvernement.

Ceux qui spéculaient sur la fin de son binôme avec Dileita Mohamed Dileita en ont été pour leurs frais. Ce dernier, Premier ministre depuis mars 2001, est reconduit. Commentaire d’un familier du sérail : « Pas question de se priver d’un ticket gagnant. »

Si Guelleh a gardé la tête de son exécutif, il en a changé de nombreux membres. Pas moins de onze ministres, pour la plupart des dinosaures en place depuis plus d’une décennie, sont remplacés par des quadras bardés de diplômes acquis dans de prestigieuses universités étrangères. Une équipe aux allures de gouvernement de combat en vue de concrétiser les priorités du président : l’eau et l’énergie, la lutte contre le chômage, l’industrialisation et la décentralisation. Conséquence : les deux premiers chantiers (hydraulique et énergie) ont été rassemblés dans le même portefeuille et confiés au Dr Fouad Ahmed Aye, un spécialiste de la géothermie. Le nouveau ministre de l’Économie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh (qui fut directeur de campagne du candidat Guelleh), hérite également de l’Industrie. Parmi les ministres de premier plan non reconduits figurent Ali Abdi Farah (Communication), Osmane Ahmed Moussa (Affaires présidentielles et Investissements) et Abdallah Abdillahi Miguil (Santé, ex-Intérieur). Mais le départ le plus remarqué est celui du ministre de la Défense, Ougoureh Kifleh Ahmed, un ancien chef militaire de la rébellion du Front pour la restauration de l’unité et la démocratie (Frud), signataire des accords de paix en 1994.

L'interview vidéo d' Ismaïl Omar Guelleh à Jeune Afrique :

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Trois précurseurs

Article précédent :
Les outsiders africains marquent des points

Réagir à cet article

Djibouti

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Djibouti : petit écran, jeunes talents

Pour ses 60 ans, la radio-télévision nationale djiboutienne bouscule sa grille. Place au divertissement et à la téléréalité. Avec, en vedette, des programmes[...]

À Djibouti, le français tire la langue

Depuis quinze ans, l'arabe prend de plus en plus d'importance. L'anglais, lui aussi, frappe à la porte. Un rééquilibrage culturel d'un côté, un virage commercial de l'autre. Et la fin[...]

Djibouti : l'assurance maladie universelle, c'est pour la fin de l'année

L'assurance maladie universelle, c'est pour la fin de l'année. Les principaux bénéficiaires ? Les catégories les plus vulnérables de la population. Mais gare à la dépense.[...]

Djibouti : entre l'opposition et le pouvoir, le dialogue est rompu

Des élus d'opposition qui refusent de siéger à l'Assemblée, un président qui leur tend la main, puis réprime leurs manifestations... Au secours, le dialogue est en panne ![...]

Terrorisme, piraterie : Djibouti, en première ligne

Sa position stratégique le met au centre de la lutte contre la piraterie et le terrorisme dans la Corne de l'Afrique. Résultat : le pays est courtisé par les Occidentaux, qui y déploient leurs[...]

Djibouti : les monts Goda, un monde à l'agonie

Rongée par un champignon et par la sécheresse, l'une des dernières forêts primaires du continent se meurt. Des habitants se mobilisent pour la sauver.[...]

Djibouti : carrefour dangereux

Comment peut-on être Djiboutien ? Lors de la proclamation de l'indépendance, il y a tout juste trente-sept ans, la question pouvait légitimement se poser : aux yeux de ses voisins éthiopien et[...]

Djibouti - Mahmoud Ali Youssouf : "Avec l'Éthiopie, nous sommes la locomotive de la région"

Présence militaire étrangère, émergence de la Chine, tiédeur des relations avec la France, refus de légaliser les partis islamistes, axe géostratégique avec[...]

Les liaisons parisiennes de Kenya Airways

Alors que les attentats terroristes n'augurent rien de bon pour le tourisme kényan, la compagnie espère beaucoup de son alliance avec Air France. La preuve : elle vient de renforcer ses vols à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers