Extension Factory Builder
25/05/2011 à 15:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vimbayi Kajese a su profiter des ponts jetés entre la Chine et l'Afrique. Vimbayi Kajese a su profiter des ponts jetés entre la Chine et l'Afrique. © Christina Lionnet pour J.A.

Du jamais vu : une Zimbabwéenne à la télévision chinoise ! Embauchée par la chaîne publique CCTV 9, la jeune femme a dû s’adapter au "chinoisement correct".

À la voir ainsi emmitouflée sous trois couches de vêtements par une matinée plutôt tempérée de Pékin, on se dit que la belle Zimbabwéenne a du mal à se faire au climat chinois. Pourtant, la raison de cet accoutrement soigné n’est pas celle que l’on croit. « Cela vous est déjà arrivé d’avoir une extinction de voix alors que vous passez en direct à la télé ? Ou bien de devoir vous moucher pendant un flash de pub et de vous retrouver avec un nez noir au milieu d’un visage poudré ? Moi, oui ! »

Depuis un an, quatre fois par semaine, Vimbayi Kajese traverse Pékin avant l’aube pour venir présenter le premier journal de CCTV 9, la principale chaîne publique chinoise en anglais. Comme plusieurs étrangers avant elle, Vimbayi égrène des nouvelles très « chinoisement correctes ». À deux différences près : elle est la première femme chargée de la nouvelle tranche matinale et elle est africaine !

« Certains m’ont dit que, la première fois qu’ils m’avaient vue à la télé, ils avaient pensé que le réglage des couleurs déraillait ! plaisante-t-elle. Pour les Chinois, un étranger, c’est blond aux yeux bleus. Mais ceux qui m’en parlent ont l’air de trouver ça très bien. C’est pour eux le symbole que leur pays s’ouvre. »

Née à Harare en 1981, venue en 2006 suivre un master en relations internationales et diplomatie à l’Université des affaires étrangères de Pékin, Vimbayi Kajese a su profiter des nouveaux ponts jetés entre la Chine et le continent africain. Un parcours « logique » pour cette fille made in Africa et « élevée par le monde ».

Issus d’une famille de diplomates, Vimbayi, sa sœur et ses deux frères ont partagé leur enfance entre l’Angleterre, le Malawi, la Belgique et les États-Unis. À l’Université du Kansas, elle fait des études en administration des affaires. « J’adorais les États-Unis, mais je ne voulais pas y vivre. Au début, je voulais m’installer à Shanghai ou Hong Kong, mais j’ai été envoyée à Pékin. En fait, j’en suis ravie. C’est le nœud de tout, le cœur historique de la Chine, c’est là que toute la politique se joue. »

La politique, comme les « news », Vimbayi en raffole, au point de s’endormir en écoutant la BBC. En 2009, profitant du buzz africain à la veille du sommet Chine-Afrique, elle commence à travailler pour une agence de presse internationale. C’est de là que lui vient l’envie de devenir présentatrice. Elle inonde les chaînes de CV : le 3 août 2009, elle présente son premier journal.

Les premiers mois, elle a l’impression de marcher sur des œufs. « Je ne savais pas si je serais à la hauteur, alors je n’en ai pas parlé à mes amis. J’ai un copain qui fait du footing en salle tous les matins. La première fois que je suis passée aux news, il a été tellement surpris qu’il est tombé du tapis ! » Au même moment, à Harare, d’autres fans étaient rivés à leur télé : ses parents. « Ils me regardent tous les jours. Du coup, ils apprennent de drôles de trucs, comme le classement des plus grands fleuves de Chine… »

À Pékin, Vimbayi Kajese s’amuse de voir son visage s’inscrire chaque jour un peu plus dans le paysage quotidien chinois. « Dans une échoppe, j’ai trouvé une veste qui me plaisait alors j’ai dit à la vendeuse : « Si tu me donnes un bon prix, je t’en prendrai beaucoup. » À ce moment, une autre vendeuse s’est écriée : « Je la reconnais, c’est la fille de la télé ! Si elle te dit qu’elle va t’en acheter plein, ça veut dire vraiment plein ! » Du coup, toutes les vendeuses ont accouru avec des centaines de vestes. C’était vraiment drôle ! »

Bien que fêtarde, Vimbayi Kajese accepte de bonne grâce les sacrifices d’une vie en décalé. « C’est une vraie fierté d’être la première à savoir et à raconter ce qui se passe dans le monde. » Même vu à travers le prisme du régime ? « Ça ne me pose aucun problème de travailler pour la presse officielle. Mon rôle est de faire état des positions du gouvernement. Que je sois d’accord ou non n’a rien à voir avec ça. »

Du côté des affaires africaines, Vimbayi a parfois un rôle de conseillère. Elle cultive le lien avec le continent en participant à des cercles de réflexion sur les relations sino-africaines, comme le Yaps, le club des jeunes entrepreneurs et étudiants africains de Pékin, dont elle est la conseillère « médias ». « À plus long terme, je veux me consacrer aux relations entre les deux continents, dans la diplomatie ou en créant une émission de télévision. »

« De toute façon, affirme un ami congolais, le DJ Franck Baelongandi, Vimbayi va laisser une empreinte. Elle est de la trempe des femmes dont on parle dans les livres d’histoire. Quand je le lui dis, elle rigole, mais un jour, elle s’en rendra compte. »

Coïncidence ? Le jour de la naissance de Vimbayi, la clinique de Harare a troqué son nom, issu de la période coloniale, pour prendre celui de Mbuya Nehanda, une résistante à la domination britannique. « Elle a été pendue dans une rue pour avoir osé se rebeller. C’est une de mes héroïnes », souligne Vimbayi Kajese, qui ne cache pas son envie de ressembler un peu à sa « bonne étoile ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Union européenne : Brexit* or not Brexit ?

Après son succès aux législatives du 7 mai, David Cameron va devoir organiser l'an prochain un référendum sur l'éventuel retrait de son pays de l'Union européenne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers