Extension Factory Builder
03/05/2011 à 09:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Afrique est absente de la sélection officielle du Festival de Cannes 2011. L'Afrique est absente de la sélection officielle du Festival de Cannes 2011. © AFP

Contrairement à l'édition 2010 qui avait fait honneur au cinéma continental, l'Afrique semble être la grande oubliée dans la sélection officielle du prochain Festival de Cannes.

Très présent l’an dernier sur la Croisette, le continent ne confirme pas en 2011 ce retour au premier plan. Au vu de la sélection officielle, annoncée le 14 avril, aucun de ses réalisateurs ne peut prétendre suivre la trace du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, dont Un homme qui crie, premier film africain en compétition pour la Palme d’or depuis 1997, avait remporté le prestigieux prix du jury. Tout au plus le Maroc apparaîtra-t-il sur l’immense écran du Palais des festivals grâce à La Source des femmes, de Radu Mihaileanu, un réalisateur français d’origine roumaine. Entièrement tourné dans l’Atlas, ce long-métrage raconte comment, lasses d’accomplir des tâches éreintantes, des femmes décident de faire la « grève du sexe » jusqu’à ce que les hommes amènent enfin l’eau au village.

Dans la sélection officielle non compétitive Un certain regard, l’Afrique du Sud représentera le continent pour la deuxième année consécutive, avec Skoonheid, du jeune Oliver Hermanus, déjà remarqué en 2009 avec Shirley Adams. La Libanaise Nadine Labaki, auteure du film à succès Caramel, sera également présente dans cette section avec sa comédie dramatique Et maintenant on va où ?

À l’honneur cette année, l’Égypte est le pays invité du Festival. Une façon, disent les organisateurs, de « saluer le printemps arabe ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé mercr[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Maroc : Kamal Hachkar, 37 ans, l'héritage judéo-berbère

Lorsque son film documentaire sur les Juifs de Tinghir (un village du Sud-Est) est sorti, Kamal Hachkar ne s'attendait pas à ce qu'il suscite l'ire des islamistes. Fils d'émigrés, il ne mesurait pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex