Extension Factory Builder
04/03/2011 à 16:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'acteur du 'Coeur des enfants léopards'. L'acteur du "Coeur des enfants léopards". © Camille Millerand pour J.A.

Les deux frères, figures du renouveau dramatique congolais, retracent la descente aux enfers d’un jeune immigré.

Dans la famille Niangouna, il y a Dieudonné, acteur, metteur en scène et dramaturge, l’une des figures du renouveau dramatique africain. L’auteur remarqué de Attitude clando et des Inepties volantes, deux pièces qui ont fait sensation à Avignon, respectivement en 2007 et en 2009. Et il y a Criss, l’aîné, qui travaille régulièrement avec l’intransigeant « Dido ». Deux frères au caractère bien trempé.

La voix rauque envoûtante, Criss interprète le personnage principal du Cœur des enfants léopards, l’adaptation théâtrale du roman éponyme du Congolais Wilfried N’Sondé, mise en scène par Dieudonné Niangouna. Une affaire de famille « congolo-­congolaise », donc ? Pas seulement.

« Africain installé en France, ce texte me parle », explique Criss Niangouna, qui livre dans cette pièce une prestation poignante. Roman « autofictionnel », Le Cœur des enfants léopards retrace la descente aux enfers d’un jeune homme qui, un soir d’ivresse, se retrouve en prison. Né au Congo, installé en banlieue parisienne, il renoue les fils de son destin durant sa garde à vue : ses amours déçues, son ami Drissa qui a sombré dans la folie, les préjugés racistes des uns et des autres… et la voix d’un continent magnifié.

« Les mauvaises langues diront que nous sommes en présence d’un regroupement familial, les fils de Kongo se retrouveront pour faire leur numéro de texte, de mise en scène et de comédie », anticipe Wilfried N’Sondé, qui préfère évoquer plutôt « un coup de foudre artistique ». « Mes mots ont tout de suite trouvé leur place dans l’univers des Niangouna, ils se les sont appropriés pour les façonner, les tailler avec la vigueur et le talent qu’on leur connaît », explique-t-il.

« Notre univers, commente Criss, c’est l’écriture de “Dido”, qui peut sembler déconstruite dans la mesure où elle ne respecte pas nécessairement la syntaxe. Quand nous avons fondé notre compagnie en 1997, nous avions la prétention de nous démarquer de la pratique dramaturgique de l’époque, car elle ne nous suffisait pas. Nous voulions nous libérer des règles théâtrales. Avec Dido, il n’y a pas de code. » Un style dramaturgique baptisé « Big ! boum ! bah ! » en résonance à la violence et au chaos qui s’abattirent sur le Congo des années 1990. Et une liberté que les deux frères qui ont survécu à cette décennie d’horreur s’efforcent de transmettre. Criss Niangouna anime régulièrement des ateliers de théâtre à la prison de la Santé et à celle de Fresnes, en région parisienne. « Les détenus m’apprennent la spontanéité dans le jeu, que nous, comédiens, avons un peu perdue. La plupart d’entre eux ne sont jamais allés au théâtre. Apporter du théâtre en prison, c’est offrir un peu de liberté. »

__

Le Coeur des enfants léopards, d'après le roman de Wilfried N'Sondé, mise en scène de Dieudonné Niangouna, avec Criss Niangouna, du 1er au 19 mars au Tarmac de la Villette (Paris), puis du 31 mars au 2 avril à l'Espace 1789, à Saint-Ouen.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Congo : faible affluence aux élections locales

Congo : faible affluence aux élections locales

Près de 2 millions de Congolais étaient appelés dimanche 28 septembre aux urnes pour élire les conseillers départementaux et municipaux. Boycotté par une partie de l’opposition, le s[...]

Congo : une journaliste expulsée vers le Mali

Sadio Kanté, journaliste indépendante congolaise ayant notamment collaboré avec l'agence de presse Reuters, a été expulsée dans la nuit de lundi à mardi vers le Mali.[...]

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Jean, Nfumu, Lopes, L'Estrac, Buyoya... Qui sera le prochain secrétaire général de l'organisation ? Entre désaccords africains et hésitations françaises, le suspense reste entier.[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Congo - Elie Smith : "Mes agresseurs étaient au téléphone avec quelqu'un"

Elie Smith, le journaliste camerounais de la télévision congolaise MNTV, dont il est directeur des études et de la planification, a été victime d’une violente agression dans la nuit du 9[...]

Hommage à Daniel Biyaoula

Christine Denizon est traductrice. Elle fut la compagne de l'écrivain congolais Daniel Biyaoula, décédé en mai dernier. Elle lui rend ici hommage, à l'occasion de l'anniversaire de sa naissance.[...]

Congo - Claude Le Roy : "La victoire a de nombreux amis"

Le Congo, qui a battu le Soudan (2-0) après s’être imposé au Nigeria (3-2), est une des sensations du début des qualifications pour la CAN 2015. Claude Le Roy, le sélectionneur des Diables[...]

Congo : Marcel Ntsourou condamné aux travaux forcés à vie

Accusé de rébellion et atteinte à la sécurité intérieure de l'État, l'ex-numéro deux des renseignements congolais, Marcel Ntsourou, a été condamné jeudi[...]

Afrique - France : Richard Attias, de Libreville à Marbella

Le publicitaire et homme d'affaires franco-marocain Richard Attias cultive ses réseaux au Congo comme au Gabon. On l'a vu ces dernières semaines non seulement à Libreville et à Marbella, lieu de[...]

La Sape au Congo, toutes griffes dehors

Excentriques, raffinés, décalés... Les rois de la sape du Congo rivalisent de style et d'originalité. Plus qu'une mode, un art très contemporain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers