Extension Factory Builder
02/03/2011 à 12:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Vous vous souvenez de Ruud Gullit ? Hein ? Mais si, Gullit ! Ce grand footballeur qui fit le bonheur de plusieurs clubs européens dont l’AC Milan de la grande époque… Gullit, voyons ! Deux fois sacré meilleur joueur du monde ! Gullit le Hollandais noir et sa chevelure rasta, politiquement engagé puisqu’il alla offrir son ballon d’or de je ne sais plus quelle année à Nelson Mandela, qui le reçut chaleureusement… Les deux hommes s’affirmèrent fans l’un de l’autre et la photo fut réussie. Ça y est, vous le remettez ? OK ? Eh ben, vous en avez mis du temps…

Donc, Gullit. Si on parle ici de ce monsieur talentueux, c’est qu’il est récemment devenu entraîneur d’une équipe de foute. Vous me dites : « Et alors ? C’est banal. Tout le monde devient entraîneur. » Certes. Mais ce qui est insolite, c’est que l’ami Ruud n’est pas devenu entraîneur d’une équipe belge, slovène ou danoise à mugir d’ennui, mais de l’infâme Terek, le club de la capitale tchétchène. Terek Grozny, qui évolue dans le championnat russe, appartient au président Ramzan Kadyrov, grand copain de Poutine et responsable, à ses heures perdues, de force enlèvements, meurtres, passages à tabac et éviscérations. Un grand humaniste, quoi.

Que diable Gullit va-t-il faire dans cette galère ? Je ne le sais pas plus que vous. Et qui paie son salaire ? Mystère et boule d’oligarque. En tout cas, le dénommé Kadyrov se frotte les mains. La présence du grand Ruud à ses côtés lui donne un prestige et une légitimité dont il ne pouvait que rêver il y a quelques semaines. Et tout cela est bon pour les affaires. Certains Néerlandais sont déjà en train de s’enquérir du tourisme en Tchétchénie, de la gastronomie locale (borchtch aux pruneaux et claque dans la gu…) et de Grozny by night : si Gullit y entraîne l’équipe de foot, tout n’est pas perdu, y a peut-être même des pépées after hours.

En tout cas, cette affaire agite le pays : les Pays-Bas se sont toujours considérés comme un pays exemplaire et qui peut donc donner des leçons aux autres, l’œil réprobateur et l’index dressé. Mais aujourd’hui que l’extrême droite est quasiment au pouvoir à La Haye, avec le sinistre Wilders, et que Gullit s’est vendu à un tyranneau du Caucase, cette époque de rectitude morale semble bien révolue. Si seulement on avait gardé le footballeur et offert tous les fascistes à Kadyrov… On peut rêver. C’est même tout ce qui reste, quand tout est footu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces