Extension Factory Builder
14/02/2011 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En Centrafrique, la bataille électorale du 23 janvier se poursuit hors des urnes. En réaction à l’annonce de la victoire du président sortant, François Bozizé, au premier tour de la présidentielle, avec 66,08 % des voix, trois des cinq candidats, l’ex-chef de l’État Ange-Félix Patassé, le chef du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC), Martin Ziguélé, et le représentant du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), Émile Gros-Raymond Nakombo, ont porté plainte contre le président de la Commission électorale indépendante (CEI), le pasteur Joseph Binguimalé, pour « fraude électorale ». Respectivement crédités de 20,10 %, 6,46 % et 4,64 % des voix, ils ont également déposé un recours en annulation devant la Cour constitutionnelle. Arrivé en dernière position avec un score de 2,72 %, le cinquième candidat, Jean-Jacques Demafouth, s’est abstenu.

Affichage tardif des listes électorales, bourrage ou disparition d’urnes… Le trio dénonce une série d’irrégularités. Il souligne aussi cette anomalie : 4 618 bureaux de vote sont installés sur le territoire, mais les procès-verbaux de seulement 3 356 d’entre eux ont été pris en compte pour le calcul des résultats de la présidentielle. « Seuls les procès-verbaux conformes sont pris en compte pour la compilation des résultats », explique Rigobert Vondo, porte-parole de la CEI.

Leurs accusations portent aussi sur les législatives, également organisées le 23 janvier, dont les résultats ont été annoncés le 6 février. Trente-cinq députés – pour un total de 105 circonscriptions – l’ont emporté au premier tour. Parmi eux, 26 sont membres du Kwa na Kwa (KNK), le parti au pouvoir. Réagissant aux accusations de fraude, Elie Oueifio, son secrétaire général, répond : « Nous n’aurions pas eu besoin de frauder pour gagner les élections. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : après la mort d'un musulman à Bangui, une fillette a été tuée en représailles

Centrafrique : après la mort d'un musulman à Bangui, une fillette a été tuée en représailles

Une fillette a été tuée jeudi à Bangui en représailles après la mort d'un commerçant musulman quelques heures plus tôt. De quoi raviver les tensions entre chrétiens et [...]

Élections en Centrafrique : au moins 17 millions de dollars manquent à l'appel

À l'ouverture d'une conférence sur l'aide à la Centrafrique à Bruxelles, la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a exhorté mardi la communauté[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris[...]

Centrafrique : un neveu de François Bozizé porte plainte contre Michel Sapin

Ange Ouefio Goningai, un neveu de l'ex-président de la République centrafricaine François Bozizé, a porté plainte contre le ministre français des Finances, à qui il reproche le gel[...]

Centrafrique : plus de 350 enfants-soldats relâchés par des groupes armés

Plus de 350 enfants-soldats, dont plusieurs âgés de moins de 12 ans, ont été libérés jeudi par des groupes armés centrafricains, à la suite d'un accord signé avec[...]

Centrafrique : ce qu'il faut retenir du forum de Bangui

Le forum de Bangui s'est achevé lundi par une cérémonie solennelle organisée à l'Assemblée nationale. Pendant une semaine, près de 600 participants venus des quatre coins du pays[...]

Centrafrique : CSP, son ministre et les "grandes oreilles"

Après l'affaire du prêt angolais dont les modalités et la répartition ont beaucoup fait jaser à Bangui, le gouvernement de transition que préside Catherine Samba-Panza (CSP)[...]

Centrafrique : la justice française va enquêter sur l'affaire des viols sur mineurs

Le procureur de la République de Paris a annoncé jeudi que des juges français vont enquêter sur les accusations de viols commis par des militaires de l’opération Sangaris sur des mineurs[...]

Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

L'État centrafricain va engager des poursuites contre les militaires français accusés de viol d'enfants à Bangui.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers