Extension Factory Builder
02/02/2011 à 15:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aminatou Goumar et Moussa Ag Keyna du groupe Toumast. Aminatou Goumar et Moussa Ag Keyna du groupe Toumast. © D.R.

Le groupe touareg Toumast et le bluesman malien Sorry Bamba se sont produits à Paris, le 3 février, en ouverture du festival Au fil des voix.

Échappée belle à la rencontre des musiques et chants du monde, le festival Au fil des voix, à Paris, a ouvert sa troisième édition, le 3 février dernier, avec le groupe touareg Toumast – formé, dans les années 1990, autour du guitariste et chanteur Moussa Ag Keyna – et Sorry Bamba, le chanteur malien qui a révélé à l’Occident la musique du peuple dogon. L’un et l’autre ont récemment sorti un album*, traversé chacun d’un souffle puissant et original.

Les musiques dites « du monde » sont souvent portées par des artistes à l’histoire singulière. Celle de Moussa Ag Keyna, racontée à travers ses chansons, mais aussi dans un livre (Toumast, parcours d’un combattant, coécrit avec Maguy Vautier, aux éditions Sahira) et dans un film (Toumast – Entre guitare et kalashnikov, réalisé par Dominique Margot), est à ce titre exemplaire.

Né en 1972 dans un campement situé au nord de la vallée de l’Azawagh, au Niger, Moussa quitte sa terre natale en 1987 pour des camps d’entraînement en Libye, où se prépare la rébellion touarègue. À l’instar de Tinariwen (le groupe qui, au début des années 2000, a révélé en Europe le nouveau son touareg, avec ses guitares électriques revisitant le répertoire traditionnel), Toumast mûrit dans ce milieu d’exilés, luttant pour leur culture et la défense de leur identité. Blessé au combat, Moussa Ag Keyna est évacué en France en 1994, où le rejoint Aminatou Goumar, avec qui, en compagnie de musiciens rencontrés dans l’Hexagone, il relance le groupe.

L’histoire de Sorry Bamba a, elle, commencé quelques années plus tôt. C’est un « papa », un ancien respecté au Mali. C’est lui qui fut, dit-on, le premier à faire jouer sur une scène Ali Farka Touré, alors chauffeur de camion et habile à manier le violon traditionnel. Capable de jouer de différents instruments, Bamba participe à l’effervescence musicale du Mali des indépendances, dirige l’Orchestre régional de Mopti (son lieu de naissance, en 1938), rebaptisé plus tard Kanaga, puis l’Ensemble instrumental traditionnel. Adopté par les Dogons, à qui il rendait visite, enfant, avec son maître marabout, il a été autorisé par ces derniers à reprendre et à adapter leur répertoire très longtemps gardé secret, puis à organiser des sorties de masques sacrés en Europe et au Japon. Au-delà de leur aventure personnelle, Moussa Ag Keyna et Sorry Bamba apparaissent comme deux précieux porteurs de mémoire, des passeurs de vérités.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Niger : quand la lutte contre Boko Haram menace la liberté d'expression

Niger : quand la lutte contre Boko Haram menace la liberté d'expression

Moussa Tchangari, l'un des leaders de la société civile, a été libéré mercredi 27 mai après dix jours de détention. Son tort : avoir critiqué l'évacuation par l[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Le groupe Al-Mourabitoune de Belmokhtar annonce son allégeance à l'EI

"Le mouvement Al-Mourabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Baqr al-Baghdadi", a affirmé jeudi dans un enregistrement audio un responsable du mouvement armé terroriste.[...]

Nouvelle frontière Burkina Faso-Niger : 18 communes changeront de pays

Après des années de litige, le tracé de la frontière entre le Burkina Faso et le Niger, issu de la colonisation, va être modifié d'ici 2016. La justice internationale a tranché, et[...]

Photographie : radioscopie nigérienne

Une exposition de jeunes photographes nigériens se tient au Centre culturel franco-nigérien de Niamey du 9 au 20 juin, sous la houlette de Philippe Guionie et en hommage à Philippe Koudjina Ayi.[...]

Boko Haram : au moins 25 000 réfugiés du lac Tchad tentent de survivre au Niger

Au moins 25 000 habitants des îles nigériennes du lac Tchad, évacués par crainte de nouvelles attaques de Boko Haram, vivent dans des conditions dramatiques dans plusieurs sites du sud-est du Niger.[...]

Rien n'arrête la locomotive Bolloré

Deux ans après avoir raflé le deuxième terminal à conteneurs du port d'Abidjan, le groupe français double la concurrence et décroche le futur chemin de fer reliant Lomé[...]

Célibataires africaines et fières de l'être !

Rencontre avec des femmes qui, malgré la pression de sociétés globalement conservatrices, ont décidé que mieux valait être seule que mal accompagnée.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers