Extension Factory Builder
02/02/2011 à 15:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aminatou Goumar et Moussa Ag Keyna du groupe Toumast. Aminatou Goumar et Moussa Ag Keyna du groupe Toumast. © D.R.

Le groupe touareg Toumast et le bluesman malien Sorry Bamba se sont produits à Paris, le 3 février, en ouverture du festival Au fil des voix.

Échappée belle à la rencontre des musiques et chants du monde, le festival Au fil des voix, à Paris, a ouvert sa troisième édition, le 3 février dernier, avec le groupe touareg Toumast – formé, dans les années 1990, autour du guitariste et chanteur Moussa Ag Keyna – et Sorry Bamba, le chanteur malien qui a révélé à l’Occident la musique du peuple dogon. L’un et l’autre ont récemment sorti un album*, traversé chacun d’un souffle puissant et original.

Les musiques dites « du monde » sont souvent portées par des artistes à l’histoire singulière. Celle de Moussa Ag Keyna, racontée à travers ses chansons, mais aussi dans un livre (Toumast, parcours d’un combattant, coécrit avec Maguy Vautier, aux éditions Sahira) et dans un film (Toumast – Entre guitare et kalashnikov, réalisé par Dominique Margot), est à ce titre exemplaire.

Né en 1972 dans un campement situé au nord de la vallée de l’Azawagh, au Niger, Moussa quitte sa terre natale en 1987 pour des camps d’entraînement en Libye, où se prépare la rébellion touarègue. À l’instar de Tinariwen (le groupe qui, au début des années 2000, a révélé en Europe le nouveau son touareg, avec ses guitares électriques revisitant le répertoire traditionnel), Toumast mûrit dans ce milieu d’exilés, luttant pour leur culture et la défense de leur identité. Blessé au combat, Moussa Ag Keyna est évacué en France en 1994, où le rejoint Aminatou Goumar, avec qui, en compagnie de musiciens rencontrés dans l’Hexagone, il relance le groupe.

L’histoire de Sorry Bamba a, elle, commencé quelques années plus tôt. C’est un « papa », un ancien respecté au Mali. C’est lui qui fut, dit-on, le premier à faire jouer sur une scène Ali Farka Touré, alors chauffeur de camion et habile à manier le violon traditionnel. Capable de jouer de différents instruments, Bamba participe à l’effervescence musicale du Mali des indépendances, dirige l’Orchestre régional de Mopti (son lieu de naissance, en 1938), rebaptisé plus tard Kanaga, puis l’Ensemble instrumental traditionnel. Adopté par les Dogons, à qui il rendait visite, enfant, avec son maître marabout, il a été autorisé par ces derniers à reprendre et à adapter leur répertoire très longtemps gardé secret, puis à organiser des sorties de masques sacrés en Europe et au Japon. Au-delà de leur aventure personnelle, Moussa Ag Keyna et Sorry Bamba apparaissent comme deux précieux porteurs de mémoire, des passeurs de vérités.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Tchad : quand la ruée vers l'or provoque des tensions intercommunautaires

Tchad : quand la ruée vers l'or provoque des tensions intercommunautaires

Un affrontement entre orpailleurs de retour du Niger a provoqué de fortes tensions entre Zagawas et Toubous dans le Tibesti, à l’extrême nord du Tchad. Retour sur cette ruée vers l’or.[...]

Carte interactive : les mariages précoces encore trop nombreux en Afrique

La communauté internationale se mobilise de plus en plus contre les mariages précoces et forcés. Mais le pourcentage de jeunes filles mariées avant leur majorité ne recule pas suffisamment vite[...]

Nigeria : Boko Haram a fait 650 000 déplacés et réfugiés en un an

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a indiqué mardi que les attaques du groupe islamiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria ont conduit au déplacement de près de[...]

Terrorisme : les très chers otages d'Al-Qaïda

Une enquête du "New York Times" dévoile les montants des rançons encaissées depuis 2008 par Aqmi en échange de la libération de ses otages occidentaux. Édifiant.[...]

Sommet États-Unis - Afrique : demandez le programme et suivez le guide !

Le premier sommet États-Unis - Afrique s'ouvre ce lundi à Washington. Durant trois jours, Barack Obama et près de cinquante chefs d'État et de gouvernement du continent évoqueront leur[...]

États-Unis : l'Afrique au sommet, séance de rattrapage pour Barack Obama

Du 4 au 6 août, le président américain accueille le premier sommet États-Unis - Afrique des chefs d'État et de gouvernement. La Maison Blanche reconsidère-t-elle pour autant[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers