Extension Factory Builder
02/02/2011 à 15:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aminatou Goumar et Moussa Ag Keyna du groupe Toumast. Aminatou Goumar et Moussa Ag Keyna du groupe Toumast. © D.R.

Le groupe touareg Toumast et le bluesman malien Sorry Bamba se sont produits à Paris, le 3 février, en ouverture du festival Au fil des voix.

Échappée belle à la rencontre des musiques et chants du monde, le festival Au fil des voix, à Paris, a ouvert sa troisième édition, le 3 février dernier, avec le groupe touareg Toumast – formé, dans les années 1990, autour du guitariste et chanteur Moussa Ag Keyna – et Sorry Bamba, le chanteur malien qui a révélé à l’Occident la musique du peuple dogon. L’un et l’autre ont récemment sorti un album*, traversé chacun d’un souffle puissant et original.

Les musiques dites « du monde » sont souvent portées par des artistes à l’histoire singulière. Celle de Moussa Ag Keyna, racontée à travers ses chansons, mais aussi dans un livre (Toumast, parcours d’un combattant, coécrit avec Maguy Vautier, aux éditions Sahira) et dans un film (Toumast – Entre guitare et kalashnikov, réalisé par Dominique Margot), est à ce titre exemplaire.

Né en 1972 dans un campement situé au nord de la vallée de l’Azawagh, au Niger, Moussa quitte sa terre natale en 1987 pour des camps d’entraînement en Libye, où se prépare la rébellion touarègue. À l’instar de Tinariwen (le groupe qui, au début des années 2000, a révélé en Europe le nouveau son touareg, avec ses guitares électriques revisitant le répertoire traditionnel), Toumast mûrit dans ce milieu d’exilés, luttant pour leur culture et la défense de leur identité. Blessé au combat, Moussa Ag Keyna est évacué en France en 1994, où le rejoint Aminatou Goumar, avec qui, en compagnie de musiciens rencontrés dans l’Hexagone, il relance le groupe.

L’histoire de Sorry Bamba a, elle, commencé quelques années plus tôt. C’est un « papa », un ancien respecté au Mali. C’est lui qui fut, dit-on, le premier à faire jouer sur une scène Ali Farka Touré, alors chauffeur de camion et habile à manier le violon traditionnel. Capable de jouer de différents instruments, Bamba participe à l’effervescence musicale du Mali des indépendances, dirige l’Orchestre régional de Mopti (son lieu de naissance, en 1938), rebaptisé plus tard Kanaga, puis l’Ensemble instrumental traditionnel. Adopté par les Dogons, à qui il rendait visite, enfant, avec son maître marabout, il a été autorisé par ces derniers à reprendre et à adapter leur répertoire très longtemps gardé secret, puis à organiser des sorties de masques sacrés en Europe et au Japon. Au-delà de leur aventure personnelle, Moussa Ag Keyna et Sorry Bamba apparaissent comme deux précieux porteurs de mémoire, des passeurs de vérités.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités lun[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Niger, Bénin, Nigeria... : usines à bébés, le trafic de la honte

On a d'abord cru que le scandale, révélé fin juin, n'éclabousserait que Niamey. Mais l'enquête a mis au jour un vaste réseau présumé de commerce de nouveau-nés[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Niger : les dirigeants d'ONG interpellés avant la venue de Hollande ont été libérés

Les dix dirigeants d'un collectif d'ONG interpellés vendredi matin à Niamey avant l'arrivée au Niger du président français François Hollande, qui a depuis lors quitté le pays, ont[...]

Niger : des figures de la société civile arrêtées en marge de la visite de François Hollande

Des manifestants et des figures de la société civiles, dont Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, ont été arrêtés à l'occasion de la visite de François Hollande au Niger,[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

France - Niger : petits cadeaux entre amis

Dans le cadre de sa minitournée africaine, François Hollande se rend au Niger vendredi. Et il ne vient pas les mains vides.[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers