Extension Factory Builder
01/02/2011 à 15:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les opérations de rachat d’entreprises africaines ont atteint un total de 50 milliards de dollars. Grâce, notamment, au regain d’activité dans les secteurs des ressources naturelles et des télécommunications.

Un total de 50 milliards de dollars (36,5 milliards d’euros) : c’est le montant des fusions-acquisitions africaines pour 2010 – soit le double de l’année précédente. En 2009, les grands deals avaient été rares. À l’inverse, l’année écoulée n’aura pas été avare en opérations majeures : treize – selon le recensement de Jeune Afrique – ont dépassé le milliard de dollars et une autre au moins aurait pu s’ajouter à la liste si HSBC n’avait pas renoncé à prendre le contrôle de la banque sud-africaine Nedbank.

Outre l’acquisition des activités africaines de l’opérateur Zain par l’indien Bharti, une autre annonce de taille aura touché le secteur des télécoms : le rapprochement entre le russe VimpelCom et Wind Telecom, qui détient 51,7 % du capital de l’égyptien Orascom Telecom. La valorisation de cette opération, initialement de 6,6 milliards de dollars, pourrait évoluer, en fonction notamment de l’issue du conflit entre Orascom Telecom et l’État algérien autour de l’opérateur mobile Djezzy.

Dominé par les opérations dans le pétrole et les mines, le panorama des fusions-acquisitions de 2010 laisse pourtant entrevoir quelques nouveautés sectorielles. La principale – outre la progression des accords dans l’agro-industrie – est la multiplication des cessions d’infrastructures de télécoms (stations relais), pour un total de 800 millions de dollars. La vente annoncée des tours de télécommunication de Bharti (ex-Zain) devrait d’ailleurs constituer l’une des plus importantes opérations de l’année 2011.

Au Maghreb, les télécoms et les banques en vedette

Au Maroc comme en Tunisie, les télécoms ont encore marqué l’actualité. France Telecom-Orange a acquis, au prix de 837 millions de dollars, 40 % du capital de Méditel ; une part qui sera portée à 49 % au 1er janvier 2015. Orascom Telecom a cédé l’intégralité de sa participation dans l’opérateur mobile Tunisiana (50 %), pour 1,2 milliard de dollars. Le repreneur Qatar Telecom détient ainsi 75 % du capital, au côté d’un actionnaire local aujourd’hui bien encombrant, Sakhr el-Materi. Le secteur financier a aussi animé le marché, avec plusieurs opérations au capital de BMCE Bank (la montée de la CDG et du français CM-CIC pour un total de 700 millions de dollars) et d’Attijariwafa­ Bank (le renforcement du holding royal SNI).

En Afrique subsaharienne francophone, ce sont les mines qui ont, cette année encore, rythmé l’activité. Chinalco a ainsi acquis auprès de Rio Tinto 47 % de la mine de fer du Simandou, en Guinée, pour 1,35 milliard de dollars. Au Gabon, l’État et le français Eramet ont conclu un accord qui permettra l’augmentation sur plusieurs années de la participation publique au capital de la Comilog (de 25,4 % à 35,4 %), un deal valorisé à plus de 400 millions de dollars.

Le groupe kazakh ENRC – repreneur, en 2009, de la Camec pour 955 millions de dollars – a réitéré son engagement sur le continent en injectant 771 millions de dollars dans trois opérations, dont une en RD Congo. Quelques accords sont à noter dans les autres secteurs. Le marocain Saham s’est adjugé le contrôle de l’assureur Colina pour environ 140 millions de dollars. Dans l’agro-industrie, Castel est entré dans le capital de Somdiaa, rachetant des parts– pour un montant non communiqué – à la famille Vilgrain et apportant ses actifs dans le sucre. En 2011, dans le même secteur, la privatisation par lots du géant cotonnier malien CMDT devrait être un temps fort.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers