Extension Factory Builder
26/01/2011 à 14:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Sur son dos, imprimé sur son long voile jaune, elle arbore avec fierté le visage d’Ismaïl Omar Guelleh. Cette Djiboutienne rejoint en souriant les quelque 10 000 personnes – cadres de l’État, militants, sympathisants et membres de la société civile – rassemblées le 20 janvier dans l’ancien club hippique de Djibouti. Tous sont venus assister à la convention de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP), soirée au cours de laquelle Ismaïl Omar Guelleh va officiellement devenir le candidat de l’alliance au pouvoir en vue de l’élection présidentielle du 8 avril. À la tête de l’État depuis 1999, réélu en 2005, il avait exclu de briguer un troisième mandat. Puis s’est ravisé : en avril dernier, le Parlement a adopté une réforme constitutionnelle lui permettant de se représenter.

Effervescence

Une immense scène, une vingtaine de projecteurs, quatre écrans géants, une mer de drapeaux et de banderoles… L’investiture de Guelleh prend des allures de show à l’américaine, retransmis en direct sur la Radio Télévision de Djibouti (RTD) et à l’étranger. L’organisation aurait coûté 50 000 dollars (37 000 euros), « essentiellement des dons de militants », confie-t-on du côté de la présidence. Pendant que des clips célèbrent les douze années au pouvoir d’Omar Guelleh et que des groupes de musique investissent la scène, la foule en effervescence scande « IOG, président ! »

Oumalkaire est venue avec des amis. À 18 ans, cette étudiante en lettres modernes va voter pour la première fois le 8 avril. « Notre président a fait beaucoup pour les jeunes en créant l’université de Djibouti et des emplois à l’issue de nos études », s’enthousiasme-t-elle. Quelques rangs plus loin, Barrah Hassan, casquette « IOG 2005 » sur la tête, est catégorique : « L’opposition ne fait pas son travail, nous le regrettons car nous sommes une démocratie. Seul le président Guelleh a montré une vraie volonté de développer le pays. » Soudain, il se redresse : son héros vient de faire son entrée, sous une salve d’applaudissements. Saluant ses partisans, Ismaïl Omar Guelleh rejoint le premier rang, son Premier ministre, Dileita Mohamed Dileita, à sa droite et le président du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (Frud), Ali Mohamed Daoud, à sa gauche.

« Victoire du peuple »

Après quarante-cinq minutes de chansons spécialement conçues pour l’occasion – en somali et en afar – qui mettent le feu à l’assemblée, le Premier ministre (qui préside aussi l’UMP) ouvre le concert des louanges, avant que ne se succèdent au micro les présidents des quatre partis formant la coalition gouvernementale (RPP, UPR, PSD et Frud). Tous contestent avec virulence l’image dictatoriale que l’opposition cherche, selon eux, à donner du pouvoir.

À 23 heures, sous une pluie fine, Guelleh prononce deux discours, l’un en français, l’autre en somali. « Des débats de fond entraîneront la défaite de la démagogie et la victoire du peuple », lance-t-il, avant de se présenter comme l’incarnation du changement et de l’avenir. Un avenir tout tracé en ce qui le concerne, puisqu’en l’absence d’une opposition crédible rien ne semble pouvoir empêcher sa réélection…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le discret M. Dhoinine

Article précédent :
Tchad : la première séance

Réagir à cet article

Djibouti

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Ismaïl Omar Guelleh : "Encore deux ans et je m'en irai, mission accomplie"

Il se fait construire un nouveau palais, mais affirme qu'il effectue son dernier mandat. Sur ce sujet comme sur Al-Qaïda, l'affaire Borrel ou les bases militaires, le chef de l'État répond à sa[...]

Cinéma : Elie Chouraqui à Djibouti pour son film sur Boko Haram

Le producteur et réalisateur français Elie Chouraqui était attendu le 16 mars à Djibouti pour s'entretenir avec les autorités de ce pays des conditions de tournage de son prochain[...]

"Jeunes talents", l'émission de télé-réalité qui a passionné Djibouti

"Jeune talents" est la première émission de télé-réalité diffusée à Djibouti. Lassés des sempiternels débats houleux entre le pouvoir et[...]

Djibouti : accord en vue entre Guelleh et l'opposition

Après un an de crise entre les partis d'opposition et le pouvoir, une issue pourrait se dessiner. Le président Ismaïl Omar Guelleh a ouvert la porte à des négociations.[...]

Lula Ali Ismaïl, la First Lady du cinéma djiboutien

Lula Ali Ismaïl tournera en octobre le premier long-métrage djiboutien, Dhalinyaro, qui évoque le quotidien et les espoirs des jeunes filles de son pays.[...]

1960-2013 : 53 ans d'interventions françaises en Afrique

Alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé, jeudi, la France à intervenir en République centrafricaine, Jeune Afrique revient sur les nombreuses interventions militaires de l'ancienne[...]

Carte interactive : ces chefs d'État africains qui s'accrochent (ou pas) au pouvoir

C'est souvent la règle du "j'y suis, j'y reste" qui s'applique au sommet de la plupart des États africains. Une fois au pouvoir, les présidents excluent toute éventualité de retraite.[...]

L'OTAN débarque à Djibouti

Le président Ismaïl Omar Guelleh a donné son feu vert. L'Otan devrait enfin ouvrir un bureau à Djibouti.[...]

Le Premier ministre nippon en visite à Djibouti

Le Premier ministre nippon rend visite à l'unique base de son armée à l'étranger, à Djibouti. Une première...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces