Extension Factory Builder
10/01/2011 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
A la recherche de la perle rare A la recherche de la perle rare © Érick Ahounou pour J.A.

Il la caresse du regard, la fait rouler dans sa paume, l’effleure du bout du doigt, puis la suspend dans les airs. « Elle est unique. C’est une daoud de Mauritanie. Elle a plus de 5 000 ans. Avec ses alvéoles et ses couleurs, elle est totalement psychédélique », s’extasie Patrick devant sa pièce préférée. Intense moment de plaisir qu’il ne partage qu’en de très rares occasions. Ne méritent de poser les yeux sur ses perles que ceux à qui il accorde sa confiance. En général, des passionnés comme lui, qui ne voient pas en elles de simples objets pouvant rapporter de l’argent.

Troc et ornements

Cet après-midi de décembre, c’est sur la petite plage rocailleuse de l’ancienne prison de Gorée – il a grandi et vit depuis toujours sur l’île située au large de Dakar – qu’il reçoit Jeune Afrique. Et expose quelques-unes de ses pièces les plus rares. Ambre, amazonite, turquoise, agate, jaspe bleu… et même des ornements en argent ou en or massif dénichés en Afrique de l’Ouest. En Mauritanie et au Mali surtout. Mais pas question de photographier « sa daoud ». « Elle est précieuse. Je ne suis pas prêt à la montrer », explique le collectionneur « sénégalais d’origine française » né à Dakar en 1962 de parents français et dont le père a également vu le jour au pays de la Teranga.

Cette pièce de la taille d’une mandarine, Patrick Fievet – ou « Patrick de Gorée » – l’a achetée il y a quelques années auprès d’un de ses amis haoussa. Combien l’a-t-il payée ? « Le prix n’est pas une référence. Il n’y a aucun critère. Tout se passe entre le vendeur et l’acheteur. Et, pour moi, le plus important n’est pas la valeur marchande d’une perle, mais ce qu’elle me raconte. Chacune a une histoire et témoigne de l’évolution de l’humanité. » Il dit d’ailleurs avoir acquis il y a une quinzaine d’années de l’ambre verte pressée à 30 francs français (4,50 euros) l’unité et en avoir refusé 10 000 francs suisses (7 800 euros) dix ans plus tard car il ne se sépare jamais d’une perle s’il n’en a pas plusieurs exemplaires. Et son plus grand regret reste d’avoir laissé filer il y a vingt ans un jeu de 73 kifas de Mauritanie proposé à 15 000 F CFA (23 euros). De nos jours, la pièce vaut 60 euros !

Encore peu connues il y a une trentaine d’années, les perles et pierres que l’on trouve en Afrique subsaharienne, autrefois utilisées pour le troc et comme ornements, ont en effet pris de la valeur. Car elles sont aussi devenues plus difficiles à trouver. La publication de plusieurs ouvrages spécialisés aurait suscité l’intérêt de nouveaux collectionneurs, qui se retrouvent désormais dans des ventes aux enchères en Europe, aux États-Unis et en Asie.

« Chercheur autodidacte »

Patrick de Gorée, lui, les cherche le plus souvent sur le terrain, mais il n’en dit pas beaucoup sur ses « fournisseurs », qui sont parfois de simples compagnons de route arborant de jolies parures. Deux ou trois fois par an, il parcourt les marchés de la sous-région à bord de taxis-brousse. Sa collection compte, selon lui, des millions de pièces trouvées, achetées ou troquées depuis son adolescence. L’on y trouve des pièces qui servaient de contrepoids pour maintenir perruques et autres coiffes. Mais aussi des millefiori (perles de Venise) qui ont été offertes à certains chefs africains en échange d’esclaves lors de la traite. Ces perles, façonnées dans de la pâte de verre et produites en grande quantité en Italie à partir du XVe siècle, étaient déjà connues des Égyptiens.

Celui qui fut à ses débuts créateur de bijoux se définit comme un « chercheur autodidacte ». Aujourd’hui, son plus grand rêve est d’ouvrir à Gorée un musée des perles pour « montrer de façon exhaustive tout ce qui a pu exister en Afrique de l’Ouest, qu’il s’agisse de pièces faites sur place ou venues d’ailleurs ». Un projet qu’il mûrit depuis vingt-cinq ans, mais qui, selon lui a du mal à voir le jour en raison de difficultés familiales qui l’ont laissé sur le carreau… En attendant, il continue de cacher ses « merveilles ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Poussée d'adrénaline

Article précédent :
Chasseur de têtes

Réagir à cet article

Sénégal

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers