Extension Factory Builder
22/12/2010 à 10:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Jouant avec les genres littéraires, Mia Couto décrit la mélancolie d’êtres abandonnés à la recherche d’un peu d’attention. Dans un langage toujours aussi fécond.

La missanga, c’est une perle de verre, en portugais. On en fait des colliers, des bracelets, si bien que, seule, elle n’a guère de valeur. C’est assemblée aux autres qu’elle prend tout son sens, qu’elle révèle sa beauté. Dans Le Fil des missangas, dont la traduction en français paraît aux éditions Chandeigne six ans après sa sortie en portugais, il en va des hommes et des femmes comme des perles. Au fil d’une vingtaine de courtes nouvelles, l’écrivain mozambicain Mia Couto décrit la saudade d’êtres abandonnés, à la recherche de ce qui les reliera aux autres, leur donnera une existence : un peu d’attention.

Il y a par exemple cet homme qui refuse la présence de son petit-fils : « Je ne suis pas grand-père, je suis moi, Zedmundo Constante », explique-t-il à son épouse, qui finira par comprendre que « le vieux, son vieux mari, voulait, en définitive, être son unique attention ». Il y a ce mendiant qui, venant confier son corps meurtri aux soins d’un médecin, avoue : « Être malade est ma seule façon de prouver que je suis vivant. » Et cette vieille qui, alors qu’elle demande une télévision neuve à ses enfants présents à l’enterrement du père, se voit reprocher de ne se soucier que des héros de séries : « Oui, mais eux au moins nous rendent visite », rétorque-t-elle.

Si le malaise est perceptible chez ces personnages, l’écriture de Mia Couto est, elle, réjouissante. L’auteur de, entre autres, Terre somnambule (1992), fils d’une famille portugaise né en 1955 à Beira, sur la côte mozambicaine, est connu pour la fécondité de son langage : chacune de ses nouvelles est l’occasion d’inventer de nouveaux mots. Dans un univers parfois onirique, il met en scène ici une « fille élancégante », là un « contrebandit malguenillé », ailleurs des « bêtes vitaminimes » et des « plantes malingrelettes ». Autant d’êtres qui se « quadrupédisent », se « liquidéfont », se « bouchebéifient »… Mia Couto joue aussi avec les genres littéraires, ayant tour à tour recours à la confession (comme dans le premier récit « Faute avouée à demi pardonnée »), à la fable (« Le Poisson et l’homme ») ou à la légende (« Le Fleuve des quatre lumières »).

Ancien militant du Front de libération du Mozambique (Frelimo) passé par la poésie et le journalisme, le romancier situe certaines de ces histoires sous l’ère coloniale (le pays n’a acquis son indépendance qu’en 1975), mais cela importe peu. Il reste avant tout sur le territoire, universel, du conte. Un domaine où il excelle.  

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
À la découverte du Tassili

Article pr�c�dent :
Dix bougies et un prix

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Mozambique : Afonso Dhlakama, le trouble-fête

Mozambique : Afonso Dhlakama, le trouble-fête

Afonso Dhlakama, c'est un pilier de la politique mozambicaine. Candidat pour la cinquième fois à la présidentielle, en octobre, il en a contesté les résultats. Pour obtenir plus de conces[...]

Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, officiellement élu président

La Commission électorale nationale du Mozambique (NEC) a annoncé jeudi les résultats officiels de l'élection présidentielle du 15 octobre. Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, en sort[...]

Qui est vraiment Filipe Nyusi, le prochain président du Mozambique ?

D'après les décomptes finaux des votes publiés hier, jeudi 23 octobre, Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, remporterait dès le premier tour la présidentielle du 15 octobre au[...]

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

La prudence est de mise au Mozambique. Le gouvernement a annoncé mercredi que des observateurs militaires étrangers allaient être déployés afin de s'assurer que la période[...]

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Afonso Dhlakama, le chef du parti d'opposition Renamo au Mozambique, estime que les élections de mercredi n'ont pas été honnêtes, mais a promis samedi de ne pas recourir à la violence.[...]

Mozambique : la Renamo rejette les résultats partiels des élections présidentielle et législatives

Au vu des résultats très partiels des élections présidentielle et législatives du 15 octobre, la Renamo a annoncé jeudi qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire du candidat du[...]

Mozambique : avec "Txeka", les blogueurs se mobilisent pour la transparence des élections

Mercredi 15 octobre, les électeurs mozambicains se sont rendus aux urnes pour choisir leur président et leurs assemblées nationale et provinciales. Sur l’exemple kényan d’Ushahidi, le[...]

Présidentielle au Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, en tête

Pas de surprise au Mozambique. Après un décompte très partiel, le candidat du pouvoir arrive en tête avec plus de 60% des voix.[...]

Mozambique : la fin du déminage... si loin, si proche

Vingt ans de guerre d’indépendance puis seize ans de guerre civile ont fait du Mozambique l’un des pays les plus minés de la planète. Alors que les élections générales se sont[...]

Présidentielle au Mozambique : et si rien n'était joué d'avance pour le Frelimo ?

Le président Guebuza devra céder sa place à l'issue de l'élection du 15 octobre. Mais la bataille s'annonce serrée pour son dauphin, Filipe Nyusi, et pour le Frelimo, au pouvoir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers