Extension Factory Builder
07/12/2010 à 12:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Affaire de détournement de fonds, ou nouvel épisode dans la lutte de clans qui fait rage au sein du pouvoir libyen ? Le mandat d’arrêt lancé par les autorités de Tripoli qui a entraîné l’arrestation, le 28 novembre, en France, de Nouri Mesmari, le chef du protocole de Mouammar Kaddafi, alimente les rumeurs les plus contradictoires. Le « Guide » aurait, dit-on, giflé et insulté Mesmari lors du sommet arabo-africain qui s’est tenu à Syrte les 9 et 10 octobre. Ce fut en tout cas la dernière apparition publique de l’intéressé avant que ne filtre, le 22 octobre, l’information selon laquelle il aurait fui pour la France.

Seules certitudes : le mandat d’arrêt s’appuie sur une accusation de détournement de fonds – sans plus de précisions –, et la police française a interpellé puis écroué Mesmari afin de le mettre à la disposition du parquet de Versailles.

Les médias proches des « réformateurs » et de Seif el-Islam, le fils du « Guide », assurent de leur côté que Mesmari se trouve dans la capitale française pour y recevoir des soins, et qu’il compte rentrer au pays dès qu’il sera rétabli. À l’appui de leur thèse, ils citent des proches du « malade », qui soutiennent que les accusations lancées contre lui sont destinées à l’éloigner du dirigeant libyen, dont il demeure le « soldat ».

Manière de signifier que la rupture entre le « Guide » et son chef du protocole n’est pas consommée et que, une extradition étant improbable, la seule solution serait que Mesmari regagne Tripoli de son plein gré ? Ce qui n’est pas exclu, d’autant qu’il en sait long sur le régime. Lui et Kaddafi ont le même âge et se connaissent depuis une quarantaine d’années. Certes, Mesmari est le fils d’un ancien ministre de la monarchie, mais il a rompu avec son passé en troquant son nom de Ben Chaabane pour celui de sa tribu. En revanche, nul n’a oublié l’assassinat par balle de son fils, en 2007, camouflé en suicide par les autorités.

En public du moins, Kaddafi et Mesmari semblaient s’entendre parfaitement. Le « Guide » acceptait même que cet homme, qui n’est pas un militaire, apparaisse en uniforme d’apparat, le torse bardé de décorations. Mesmari, qui a fait des études de communication et travaillé dans l’hôtellerie, s’acquittait de ses fonctions protocolaires avec une aisance étonnante, participant d’autant plus facilement aux conversations secrètes avec les chefs d’État qu’il maîtrise plusieurs langues, dont le français et l’anglais.

Personnage haut en couleur, il se distingue par ses cheveux et son bouc teints en blond, et par des costumes de satin portant la griffe de grands couturiers. Officiellement directeur général du protocole – fonction qui dépend, en théorie, du ministère des Affaires étrangères –, il était bien plus que cela. C’est lui qui avait la haute main sur l’organisation des séjours en Libye des chefs d’État étrangers, et notamment africains, ainsi que sur les fréquents déplacements de Kaddafi à l’étranger. « Il connaît toutes les habitudes du “Guide”, explique l’une de ses connaissances ­libyennes. Ses préférences, ses maladies, ses ­médicaments, ses humeurs, qui sont ses amis et ses réseaux secrets, ses ennemis et les bénéficiaires des valises bourrées de dollars ou d’euros dont il est la courroie de transmission. » C’était aussi par lui que transitaient les frais de représentation prélevés chaque mois sur le budget de l’État au profit des enfants de Kaddafi. Il gérait enfin les nombreux palais qui servent de résidences aux chefs d’État de passage en Libye, ainsi que la flottille d’avions VIP destinée aux missions spéciales et, parfois, aux voyages d’agrément dans des capitales européennes ou africaines. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Kabila fait sa cour à l'Europe

Article précédent :
Place au business !

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces