Extension Factory Builder
15/12/2010 à 17:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Johannesburg. Un message via Mxit coûte 75 fois moins cher qu'un SMS. Johannesburg. Un message via Mxit coûte 75 fois moins cher qu'un SMS. © Stéphane de Sakutin/AFP

Lancé en 2005, le réseau social Mxit a trouvé son public : 28 millions d’abonnés reliés grâce au téléphone portable. Encore dépendante de la publicité, la start-up veut diversifier ses revenus et s’ouvrir à de nouveaux marchés.

Avec plus de 500 millions de membres actifs, le géant Facebook est sans conteste le réseau social le plus populaire au monde… sauf en Afrique du Sud. Pour la jeunesse de la nation Arc-en-Ciel, l’outil incontournable pour se connecter à sa tribu se nomme Mxit et passe par le téléphone portable. Une solution imaginée par une start-up « 100 % sud-af » basée à Stellenbosch, à 50 km du Cap.

Lancée en mai 2005, elle revendique plus de 28 millions d’abonnés, dont plusieurs millions à l’international : Mxit est disponible dans 190 pays et son succès résonne jusqu’au États-Unis. Le président Obama l’a même adopté pour dialoguer avec les jeunes Africains lors de son premier voyage officiel sur le continent, à l’été 2009. « Chaque jour, entre 38 000 et 45 000 personnes grossissent les rangs de nos utilisateurs », indique la direction. D’ici à cinq ans, la compagnie, qui emploie 130 salariés, vise la barre des 200 millions d’aficionados.

Pourquoi un tel engouement ? Parce que Mxit est, sur le marché sud-africain, le premier logiciel de messagerie instantanée créé pour être utilisé depuis un téléphone portable. Une approche idéale dans les pays où internet et les ordinateurs sont encore peu accessibles. Autre avantage : quand un SMS est facturé autour de 0,75 rand (0,08 euro), un message via Mxit ne coûte que 0,01 rand à son expéditeur. Entre les échanges privés et les forums thématiques, ce sont 350 millions de messages qui sont désormais échangés quotidiennement.

À l’origine de cette invention, Herman Heunis, un ingénieur de 50 ans à la tignasse de rocker sur le retour… C’est grâce au développement de solutions informatiques pour les télécoms que ce descendant de colon hollandais, né en Namibie, a financé son aventure. Son credo : ne pas grossir trop vite, « garder un esprit commando, une agilité qui permette de capter l’air du temps ».

Mi-2005, le logiciel, compatible avec 2 000 modèles de portables, trouve son public lorsqu’il est mis en accès libre. Presque sans budget marketing, Mxit devient le fer de lance d’une forme de contre-culture. Honni par les religieux et la presse pour des échanges parfois contraires aux bonnes mœurs, il attise le feu de la critique. La publicité est inespérée, et la croissance exponentielle. Devenue une véritable institution, l’entreprise, accusée d’avoir une mauvaise influence sur la jeunesse, tente désormais de se défaire de cette image. Elle multiplie les actions en faveur de la protection des mineurs et modère scrupuleusement ses forums.

Appui du géant Naspers

Dès sa deuxième année d’existence, la start-up devient rentable grâce à la valorisation de son audience auprès des annonceurs, selon son fondateur. Aujourd’hui, si la publicité représente encore la moitié de ses rentrées financières, d’autres sources de revenus montent en puissance : téléchargement de musique, de livres (moins de 1,50 euro l’unité) et même de jeux en ligne. Début novembre, Mxit a lancé un projet pour donner plus d’outils aux développeurs extérieurs. Objectifs : imaginer de nouvelles applications et constituer une librairie de logiciels en partie payants, à l’image d’Apple.

Pour financer le développement de Mxit, Herman Heunis a vendu, en 2007, 30 % du capital au géant des médias Naspers. Le montant de la transaction, comme tout ce qui touche aux aspects financiers de l’entreprise, reste secret. Cet appui a permis à la start-up de s’étendre à l’international. En Afrique (Nigeria, Kenya) bien sûr, mais aussi en Amérique latine, en Europe et en Asie (déjà 2,5 millions d’utilisateurs en Indonésie). Une réussite hors du continent qui passe, selon les analystes, par la nécessité pour Mxit de « désafricaniser » ses contenus. Sans oublier de donner la priorité au divertissement et non aux services à but social (soutien scolaire, etc.). La loi du marché est décidément impitoyable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu [...]

RDC : l'opposition exige un nouveau calendrier électoral

Des élus de l'opposition congolaise ont déposé mardi à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de la République démocratique du Congo une proposition de[...]

RDC - Rwanda : "Rumeurs du lac", ou quand les eaux du Kivu se racontent

Dans un documentaire de 52 minutes dont la diffusion en avant-première est prévue le 10 mars en Belgique, la journaliste congolaise Wendy Bashi interroge le lac Kivu, témoin séculaire de la situation[...]

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine Forbes a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en 2014), dont[...]

Centrafrique : Sant'Egidio s'implique dans la résolution de la crise

Quatre anciens Premiers ministres et plusieurs futurs candidats à l'élection présidentielle en Centrafrique ont lancé vendredi à Rome un appel au peuple centrafricain et à la[...]

Jean-Louis Borloo présente un plan de 200 milliards d'euros pour l'électrification de l'Afrique

 L'ancien ministre français Jean-Louis Borloo a présenté ce mardi en présence du président François Hollande son plan pour l'électrification de l'Afrique, qui[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

"My Fairy Tales" : Nneka, à foi haute

Habitée, la chanteuse nigériane Nneka sort un cinquième album aux accents mystiques qui entend servir de caisse de résonance aux souffrances de la diaspora africaine.[...]

Côte d'Ivoire : 10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo

Le parquet général a requis mardi une peine de 10 ans de prison contre l'ancienne Première dame ivoirienne Simone Gbagbo.[...]

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un "plan Marshall" pour se relever

Alors que l'épidémie d'Ebola s'éternise en Afrique de l'Ouest, une conférence des acteurs de la lutte contre le virus se tient ce mardi à Bruxelles. Les trois pays les plus touchés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2603p086.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2603p086.xml0 from 172.16.0.100