Extension Factory Builder
15/12/2010 à 17:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Johannesburg. Un message via Mxit coûte 75 fois moins cher qu'un SMS. Johannesburg. Un message via Mxit coûte 75 fois moins cher qu'un SMS. © Stéphane de Sakutin/AFP

Lancé en 2005, le réseau social Mxit a trouvé son public : 28 millions d’abonnés reliés grâce au téléphone portable. Encore dépendante de la publicité, la start-up veut diversifier ses revenus et s’ouvrir à de nouveaux marchés.

Avec plus de 500 millions de membres actifs, le géant Facebook est sans conteste le réseau social le plus populaire au monde… sauf en Afrique du Sud. Pour la jeunesse de la nation Arc-en-Ciel, l’outil incontournable pour se connecter à sa tribu se nomme Mxit et passe par le téléphone portable. Une solution imaginée par une start-up « 100 % sud-af » basée à Stellenbosch, à 50 km du Cap.

Lancée en mai 2005, elle revendique plus de 28 millions d’abonnés, dont plusieurs millions à l’international : Mxit est disponible dans 190 pays et son succès résonne jusqu’au États-Unis. Le président Obama l’a même adopté pour dialoguer avec les jeunes Africains lors de son premier voyage officiel sur le continent, à l’été 2009. « Chaque jour, entre 38 000 et 45 000 personnes grossissent les rangs de nos utilisateurs », indique la direction. D’ici à cinq ans, la compagnie, qui emploie 130 salariés, vise la barre des 200 millions d’aficionados.

Pourquoi un tel engouement ? Parce que Mxit est, sur le marché sud-africain, le premier logiciel de messagerie instantanée créé pour être utilisé depuis un téléphone portable. Une approche idéale dans les pays où internet et les ordinateurs sont encore peu accessibles. Autre avantage : quand un SMS est facturé autour de 0,75 rand (0,08 euro), un message via Mxit ne coûte que 0,01 rand à son expéditeur. Entre les échanges privés et les forums thématiques, ce sont 350 millions de messages qui sont désormais échangés quotidiennement.

À l’origine de cette invention, Herman Heunis, un ingénieur de 50 ans à la tignasse de rocker sur le retour… C’est grâce au développement de solutions informatiques pour les télécoms que ce descendant de colon hollandais, né en Namibie, a financé son aventure. Son credo : ne pas grossir trop vite, « garder un esprit commando, une agilité qui permette de capter l’air du temps ».

Mi-2005, le logiciel, compatible avec 2 000 modèles de portables, trouve son public lorsqu’il est mis en accès libre. Presque sans budget marketing, Mxit devient le fer de lance d’une forme de contre-culture. Honni par les religieux et la presse pour des échanges parfois contraires aux bonnes mœurs, il attise le feu de la critique. La publicité est inespérée, et la croissance exponentielle. Devenue une véritable institution, l’entreprise, accusée d’avoir une mauvaise influence sur la jeunesse, tente désormais de se défaire de cette image. Elle multiplie les actions en faveur de la protection des mineurs et modère scrupuleusement ses forums.

Appui du géant Naspers

Dès sa deuxième année d’existence, la start-up devient rentable grâce à la valorisation de son audience auprès des annonceurs, selon son fondateur. Aujourd’hui, si la publicité représente encore la moitié de ses rentrées financières, d’autres sources de revenus montent en puissance : téléchargement de musique, de livres (moins de 1,50 euro l’unité) et même de jeux en ligne. Début novembre, Mxit a lancé un projet pour donner plus d’outils aux développeurs extérieurs. Objectifs : imaginer de nouvelles applications et constituer une librairie de logiciels en partie payants, à l’image d’Apple.

Pour financer le développement de Mxit, Herman Heunis a vendu, en 2007, 30 % du capital au géant des médias Naspers. Le montant de la transaction, comme tout ce qui touche aux aspects financiers de l’entreprise, reste secret. Cet appui a permis à la start-up de s’étendre à l’international. En Afrique (Nigeria, Kenya) bien sûr, mais aussi en Amérique latine, en Europe et en Asie (déjà 2,5 millions d’utilisateurs en Indonésie). Une réussite hors du continent qui passe, selon les analystes, par la nécessité pour Mxit de « désafricaniser » ses contenus. Sans oublier de donner la priorité au divertissement et non aux services à but social (soutien scolaire, etc.). La loi du marché est décidément impitoyable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était.[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Soudan du Sud : le chef d'état major limogé après les revers de l'armée face à la rébellion

Le général James Hoth Mai, chef d'état-major de l'armée sud-soudanaise, a été démis de ses fonctions mercredi par le président Salva Kiir. Aucune raison officielle n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces