Extension Factory Builder
15/12/2010 à 17:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Johannesburg. Un message via Mxit coûte 75 fois moins cher qu'un SMS. Johannesburg. Un message via Mxit coûte 75 fois moins cher qu'un SMS. © Stéphane de Sakutin/AFP

Lancé en 2005, le réseau social Mxit a trouvé son public : 28 millions d’abonnés reliés grâce au téléphone portable. Encore dépendante de la publicité, la start-up veut diversifier ses revenus et s’ouvrir à de nouveaux marchés.

Avec plus de 500 millions de membres actifs, le géant Facebook est sans conteste le réseau social le plus populaire au monde… sauf en Afrique du Sud. Pour la jeunesse de la nation Arc-en-Ciel, l’outil incontournable pour se connecter à sa tribu se nomme Mxit et passe par le téléphone portable. Une solution imaginée par une start-up « 100 % sud-af » basée à Stellenbosch, à 50 km du Cap.

Lancée en mai 2005, elle revendique plus de 28 millions d’abonnés, dont plusieurs millions à l’international : Mxit est disponible dans 190 pays et son succès résonne jusqu’au États-Unis. Le président Obama l’a même adopté pour dialoguer avec les jeunes Africains lors de son premier voyage officiel sur le continent, à l’été 2009. « Chaque jour, entre 38 000 et 45 000 personnes grossissent les rangs de nos utilisateurs », indique la direction. D’ici à cinq ans, la compagnie, qui emploie 130 salariés, vise la barre des 200 millions d’aficionados.

Pourquoi un tel engouement ? Parce que Mxit est, sur le marché sud-africain, le premier logiciel de messagerie instantanée créé pour être utilisé depuis un téléphone portable. Une approche idéale dans les pays où internet et les ordinateurs sont encore peu accessibles. Autre avantage : quand un SMS est facturé autour de 0,75 rand (0,08 euro), un message via Mxit ne coûte que 0,01 rand à son expéditeur. Entre les échanges privés et les forums