Extension Factory Builder
03/12/2010 à 11:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le rapprochement entre la deuxième banque du pays, la STB, et la quatrière, BH, est à l'étude. Le rapprochement entre la deuxième banque du pays, la STB, et la quatrière, BH, est à l'étude. © Hichem

Avec 29 banques en Tunisie, le secteur, qui a bien résisté à la crise, demeure trop fragmenté. Les autorités veulent marier STB et BH, pour faire naître un champion.

Tout irait bien si… « Assurément, le secteur bancaire tunisien est en train de réussir sa mue vers plus de solidité et de maturité, il a pu réaliser un renforcement considérable de ses assises financières ainsi qu’une amélioration graduelle de sa rentabilité. » Le dernier bilan, établi en cette mi-novembre par la société d’intermédiation Maxula Bourse, analyse ainsi la capacité de résistance de l’ensemble des vingt-neuf banques tunisiennes face à la crise mondiale.

« On a assisté à une amélioration considérable des principaux fondamentaux durant l’année 2009 », expliquent les analystes de la société. Selon eux, le produit net bancaire cumulé de l’ensemble des établissements a augmenté de 120,6 millions de dinars tunisiens (DT, 63,3 millions d’euros), en hausse de 7,2 % par rapport à 2008, pour atteindre 1,8 milliard de DT l’an passé. Pour renforcer leurs fondations financières, les banques ont relevé leurs fonds propres de 431,3 millions de DT pour les porter à un total de 4,3 milliards de DT. Concernant la gestion du risque et la fiabilité de leur portefeuille, les vingt-neuf banques du pays ont continué à traquer les créances douteuses, qui ne représentent plus « que » 13,2 % de leurs engagements, contre 15,5 % à la fin 2008.

Dans ce contexte plutôt favorable, une redistribution des cartes a pourtant eu lieu parmi les onze banques cotées. Avec un total de bilan de 6,1 milliards de DT, la Banque internationale arabe de Tunisie (Biat) a évincé de la première place la Société tunisienne de banque (STB), à 5,9 milliards de DT, grâce, notamment, au dynamisme de sa politique de crédit, surtout auprès des particuliers (+ 17,7 %). Très bien placées, les trois banques publiques – STB, avec la Banque nationale agricole (BNA) et la Banque de l’habitat (BH), respectivement au 3e et au 4e rang – accaparent à elles seules 40,8 % du total de bilan du secteur.

Ecart de taille gigantesque

De bons résultats qui se sont reflétés à la Bourse de Tunis. Véritables piliers de la Place, les onze banques cotées représentent 49 % de la capitalisation. L’indice bancaire, qui regroupe les performances des valeurs du secteur, a progressé de 23,4 % au cours des neuf premiers mois de l’année 2010.

 

Il n’empêche. Les fragilités chroniques du secteur demeurent. « L’écart de taille entre les banques tunisiennes, leurs voisines et les établissements africains est tout simplement gigantesque. Le total des actifs des banques tunisiennes ne pèse que 2,76 % du total des banques africaines », relève Maxula Bourse. Et dans le classement 2010 de Jeune Afrique sur les 200 premières banques africaines, les premiers établissements tunisiens (Biat, STB et BNA) pointent entre la 42e et la 47e place.

Sur un marché de plus en plus concurrentiel et avec la convertibilité du dinar annoncée pour 2014, les banques tunisiennes doivent se regrouper pour se muscler. Le refrain est connu depuis des années. Un champion national naîtra-t-il enfin ? Jaloux de leur indépendance, les états-majors des banques ont toujours freiné des quatre fers. Mais sur l’insistance du chef de l’État, Zine el-Abidine Ben Ali, la deuxième banque du pays, STB, et la quatrième, BH, devront fusionner. Une étude est en cours dans ce sens. Le nouvel ensemble réaliserait un produit net bancaire de 431 millions de DT et disposerait de 207 agences. « L’opération, si elle devait se conclure, serait la plus importante fusion bancaire jamais réalisée en Tunisie. Au grand dam des banques privées, cette grosse opération tuniso-tunisienne donnerait naissance à un géant dont la capitalisation boursière avoisinerait 1,1 milliard de DT », se réjouit Maxula Bourse. Et dans le classement des 200 premières banques africaines de Jeune Afrique, celui-ci se classerait au 22e rang. Un sacré bon en avant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Hommage à Edmond Amran El Maleh

Article pr�c�dent :
La colonisation en images

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Libye : 172 Tunisiens pris en otages par une milice islamiste du groupe Fajr Libya

Les autorités tunisiennes ont annoncé lundi l’existence de négociations en vue de la libération de 172 ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices islamistes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers