Extension Factory Builder
23/11/2010 à 12:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Russe et fin connaisseur du continent, celui que les Bambaras appelaient N’Tji Coulibaly est décédé le 30 octobre.

C’est un des meilleurs spécialistes russes des affaires africaines qui s’est éteint le 30 octobre à Saint-Pétersbourg. Vladimir Romanovitch Arseniev a été foudroyé par une hémorragie cérébrale, tandis qu’il prononçait un petit discours joliment tourné, comme il savait si bien le faire, en hommage à l’un de ses collègues disparu quelques années auparavant.

Pour sa famille bien sûr, pour ses innombrables amis, pour ses élèves et ses disciples, la perte est atroce, mais elle est irréparable aussi pour l’ensemble de la communauté scientifique russe, dans laquelle Vladimir occupait une place tout à fait originale. Bien qu’issu de façon archiclassique du monde universitaire soviétique, Vladimir Arseniev sut mener sa carrière de façon totalement atypique.

 

À peine sorti de l’université d’État de Leningrad (la ville où il est né en août 1948), il est expédié à Bamako en tant qu’interprète militaire grâce à sa bonne connaissance de la langue française. La coopération entre le Mali et l’Union soviétique est alors à son apogée.

Pour le jeune Arseniev, alors âgé d’à peine 23 ans, l’Afrique est une révélation. Il apprend les langues locales, profite de ses moindres moments de liberté pour partir en brousse et se faire admettre des chefs de village, avec lesquels il noue des liens profonds. Il s’intéresse aux coutumes et traditions, aux contes et légendes, et commence à entasser un bric-à-brac d’objets usuels, d’amulettes, de poteries, de statuettes, qui finira par constituer une prodigieuse collection. Laquelle enrichira, bien des années plus tard, les grands musées russes, dont le musée d’Anthropologie et d’Ethnographie de Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), où il est nommé à son retour du Mali, en 1977.

Visiter les salles de ce musée consacrées à l’Afrique avec Vladimir Arseniev pour guide était une expérience inoubliable. Avec cet enthousiasme qui ne l’abandonnait jamais, Vladimir mimait devant les vitrines les artisans au travail, racontait des histoires, en russe et en français, ou chantait en bambara – une langue qu’il maîtrisait parfaitement.

 

Docteur ès sciences, ethnologue, chercheur, conférencier, enseignant, dessinateur talentueux, chroniqueur dans l’un des principaux quotidiens de Saint-Pétersbourg, membre du conseil Afrique de la fameuse Académie des sciences de Russie, Vladimir Arseniev était aussi membre de divers cercles savants en France, telles l’Académie des sciences d’outre-mer (depuis 1999) et la Société des africanistes (depuis 2004). Mais le titre dont il était le plus fier était celui qui lui avait été accordé au Mali : après de longues années d’initiation, il avait été admis au sein de la caste des chasseurs bambaras, sous le nom de N’Tji Coulibaly.

Ces dernières années, il s’était défait de ses fabuleuses collections d’objets bambaras, dogons, sénoufos ou ashantis pour les confier aux principaux musées de Russie. Mille trois cents pièces sont allées ainsi à la Kunstkamera, deux cents à l’Ermitage et une centaine au musée des Religions : le trésor d’une longue mais trop courte vie, entièrement tournée vers l’Afrique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers