Extension Factory Builder
16/11/2010 à 16:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Héraut du septième art africain, le fondateur des Journées cinématographiques de Carthage est mort le 4 novembre à l’âge de 83 ans.

Défenseur infatigable de la cause des jeunes cinémas du continent, de la nécessité vitale pour les Africains de défendre eux-mêmes leurs identités à travers le septième art, le Tunisien Tahar Cheriaa est mort le 4 novembre à l’âge de 83 ans. Ce professeur d’arabe, critique de cinéma et président des ciné-clubs tunisiens, est nommé directeur du cinéma au ministère de la Culture en 1962. Il finance alors le premier film tunisien, L’Aube, d’Omar Khlifi, et crée la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs, avant de fonder en 1966 les Journées cinématographiques de Carthage (JCC).

Ces dernières deviennent le lieu de l’élaboration d’une stratégie collective de décolonisation des écrans africains, portée par les théories de Tahar Cheriaa, lequel paiera de sa liberté son courageux combat contre les puissantes compagnies hollywoodiennes qui ont pignon sur rue à Tunis et dont il réclame la nationalisation des activités. Incarcéré en 1969 pour « subversion politique clandestine », il est libéré au bout de six mois à la suite d’un non-lieu… Il fonde en 1970, avec Sembène Ousmane, la Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci), dont il devient le président d’honneur, et est nommé la même année responsable de l’action culturelle de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT). Son intervention y sera décisive pour que le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) se crée en 1969. Cheriaa espère voir s’établir des connexions entre le nord et le sud du continent. Un rêve qui prend forme avec la création en 1979, à Ouagadougou, du Consortium interafricain de distribution cinématographique, qui réunit les marchés de quatorze pays d’Afrique subsaharienne francophone. Cinq années durant, ce réseau permet de distribuer et de financer des films, avant de disparaître prématurément à la suite de dissensions politiques entre plusieurs de ses États membres.

Cheriaa continue son combat et crée un festival à Mogadiscio en 1987. Ayant passé son existence au service des autres, affaibli par la maladie, Tahar Cheriaa est apparu en fauteuil roulant lors des dernières JCC, où il a été acclamé le 27 octobre, une semaine avant sa disparition. De la scène du Théâtre de la ville de Tunis, où on lui rendait hommage, il a exhorté les réalisateurs du continent à « rester sincères et honnêtes avec eux-mêmes dans leurs travaux, et d’impliquer leur existence et toutes leurs préoccupations dans des œuvres cinématographiques engagées selon leurs propres désirs, sans aucune soumission à une influence extérieure ou une intervention des autres ». Un grand homme, resté militant et fidèle à son idéal jusqu’à son dernier souffle… 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A la recherche du public perdu

Article précédent :
Visite de Kagamé à Cotonou

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers