Extension Factory Builder
16/11/2010 à 16:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Héraut du septième art africain, le fondateur des Journées cinématographiques de Carthage est mort le 4 novembre à l’âge de 83 ans.

Défenseur infatigable de la cause des jeunes cinémas du continent, de la nécessité vitale pour les Africains de défendre eux-mêmes leurs identités à travers le septième art, le Tunisien Tahar Cheriaa est mort le 4 novembre à l’âge de 83 ans. Ce professeur d’arabe, critique de cinéma et président des ciné-clubs tunisiens, est nommé directeur du cinéma au ministère de la Culture en 1962. Il finance alors le premier film tunisien, L’Aube, d’Omar Khlifi, et crée la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs, avant de fonder en 1966 les Journées cinématographiques de Carthage (JCC).

Ces dernières deviennent le lieu de l’élaboration d’une stratégie collective de décolonisation des écrans africains, portée par les théories de Tahar Cheriaa, lequel paiera de sa liberté son courageux combat contre les puissantes compagnies hollywoodiennes qui ont pignon sur rue à Tunis et dont il réclame la nationalisation des activités. Incarcéré en 1969 pour « subversion politique clandestine », il est libéré au bout de six mois à la suite d’un non-lieu… Il fonde en 1970, avec Sembène Ousmane, la Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci), dont il devient le président d’honneur, et est nommé la même année responsable de l’action culturelle de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT). Son intervention y sera décisive pour que le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) se crée en 1969. Cheriaa espère voir s’établir des connexions entre le nord et le sud du continent. Un rêve qui prend forme avec la création en 1979, à Ouagadougou, du Consortium interafricain de distribution cinématographique, qui réunit les marchés de quatorze pays d’Afrique subsaharienne francophone. Cinq années durant, ce réseau permet de distribuer et de financer des films, avant de disparaître prématurément à la suite de dissensions politiques entre plusieurs de ses États membres.

Cheriaa continue son combat et crée un festival à Mogadiscio en 1987. Ayant passé son existence au service des autres, affaibli par la maladie, Tahar Cheriaa est apparu en fauteuil roulant lors des dernières JCC, où il a été acclamé le 27 octobre, une semaine avant sa disparition. De la scène du Théâtre de la ville de Tunis, où on lui rendait hommage, il a exhorté les réalisateurs du continent à « rester sincères et honnêtes avec eux-mêmes dans leurs travaux, et d’impliquer leur existence et toutes leurs préoccupations dans des œuvres cinématographiques engagées selon leurs propres désirs, sans aucune soumission à une influence extérieure ou une intervention des autres ». Un grand homme, resté militant et fidèle à son idéal jusqu’à son dernier souffle… 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A la recherche du public perdu

Article précédent :
Visite de Kagamé à Cotonou

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex