Extension Factory Builder
13/10/2010 à 08:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À l'actif d'Abdelhak Benchikha, un titre de champion de Tunisie avec le Club africain, en 2008. À l'actif d'Abdelhak Benchikha, un titre de champion de Tunisie avec le Club africain, en 2008. © Fethi Belaid/AFP

Abdelhak Benchikha, jusqu'alors entraineur de l'équipe nationale algérienne A', a été préféré à une foule de prétendants étrangers à la tête des Fennecs. Il lui faudra un peu plus que ses méthodes musclées, qui lui ont valu le surnom de "Général", pour s'imposer définitivement, comme l'a rappelé la cinglante défaite subie face à la Centrafrique.

Mohamed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football (FAF), n’a pas cédé à la tentation de nommer un sélectionneur étranger après la démission de Rabah Saadane, le 4 septembre. Le big boss de la FAF avait pourtant le choix. Les Français Philippe Troussier et Rolland Courbis, tous les deux sans club, s’étaient déclarés disponibles. Le nom d’Hervé Renard, sélectionneur de l’Angola, avait circulé sans que l’intéressé ne reçoive la moindre offre venue d’Alger. Et les CV d’autres étrangers, tels que le Serbe Bora Milutinovic et l’Allemand Lothar Matthäus, ont atterri sur le bureau présidentiel.

Première à être évoquée après le départ de Saadane, la piste menant à Abdelhak Benchikha (46 ans), qui vient de qualifier l’équipe nationale A’ pour le Championnat d’Afrique des nations (Chan) 2011, s’est finalement imposée. Benchikha, qui a également dirigé Umm Salal (Qatar), Zarzis et le Club africain de Tunis (2007-2009), est surnommé « le Général » pour son goût immodéré de la discipline. Une réputation qui aurait même incité certains cadres de la sélection, habitués à l’autodiscipline, à militer contre sa nomination. Lors de sa première conférence de presse, le nouveau patron des Fennecs a annoncé la couleur en insistant sur sa volonté de « changer les mentalités » et « de faire jouer la concurrence ». « J’aime les vedettes, mais les vedettes qui font du feu, pas de la fumée », a lancé le Général.

Pas de révolution, en tout cas, pour sa première liste : Benchikha a convoqué majoritairement des « expatriés », alors qu’une partie de l’opinion réclame plus de joueurs locaux. Le match à Bangui face à la Centrafrique lors de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2012 (10 octobre), dont l’importance était cruciale après le nul face à la Tanzanie (1-1), ne constituait sans doute pas le laboratoire idoine pour se lancer dans de grandes expérimentations.

Quoiqu'il en soit les Fennecs ont livré une prestation exécrable (0-2), ce qui laisse penser que la partie est loin d'être gagnée pour Benchika.

____

Retrouver notre enquête "Football : l'Algérie passe pro" dans le numéro 2596 de Jeune Afrique disponible en ligne et en kiosque du 10 au 16 octobre 2010.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers