Extension Factory Builder
19/10/2010 à 10:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le système électoral tunisien est particulièrement compliqué. Explications.

« Le pluralisme est devenu dans notre pays une réalité politique bien enracinée dans les textes comme dans la pratique, tant nous nous préoccupons de la raffermir et de la promouvoir à chaque nouvelle étape, en vue d’élargir l’aire de participation et de renforcer la présence des partis nationaux et des composantes de la société civile dans la vie publique. » Ces propos ont été tenus le 25 juillet 2010 par le président Ben Ali à l’occasion du 53e anniversaire de la proclamation de la République.

La Constitution énonce le « pluralisme » en tant que fondement de l’État de droit et reconnaît expressément le rôle des partis dans « l’encadrement des citoyens en vue d’organiser leur participation à la vie politique ». La loi de 1988 organisant les partis interdit qu’ils soient constitués sur la base de la religion, de la langue, de la race ou du sexe, barrant ainsi la route à tout parti islamiste.

Deux particularités singularisent le modèle tunisien. La première est l’introduction dans le code électoral, en 1993, d’un système fondé sur la répartition des sièges à deux niveaux : le niveau du scrutin majoritaire dans les circonscriptions favorables au parti au pouvoir, et le niveau national, où un pourcentage de sièges – 25 % – est réservé aux partis de l’opposition et répartis à la proportionnelle des voix obtenues. Lors des législatives de 2009, le RCD a remporté 161 sièges sur 214 avec 84,59 % des suffrages. Les partis d’opposition, avec 15,41 % des voix, se sont partagé 53 sièges, dont 51 sont allés aux partis de la mouvance présidentielle, les deux autres revenant à Ettajdid. Sans doute certains petits partis n’auraient-ils pas eu autant de députés sans cette formule des 25 %. Mais l’opposition démocratique préfère l’instauration d’un système électoral à la proportionnelle.

Avantages en nature

La deuxième particularité est celle du financement des partis représentés au Parlement et de leur presse. Pour les partis, la subvention annuelle est calculée sur la base d’un montant fixe, puis majorée pour chaque député supplémentaire. Pour les journaux, la subvention varie selon que la publication est hebdomadaire ou mensuelle. À titre d’exemple, le PSL, qui compte 8 députés, reçoit une subvention annuelle de 270 000 dinars (137 000 euros) plus une allocation de 60 000 dinars au titre de la publication de son mensuel Al-Oufok (« L’Horizon »).

À cela s’ajoutent d’autres avantages, souvent accordés de façon discrétionnaire, comme la manne publicitaire (notamment les appels d’offres) pour les journaux, l’accès aux salles publiques ou des nominations à des postes d’ambassadeur.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex