Extension Factory Builder
13/10/2010 à 09:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo d'Armand Tungulu tirée d'une 'page' en sa mémoire sur Facebook. Photo d'Armand Tungulu tirée d'une "page" en sa mémoire sur Facebook. © Dailymotion

Armand Tungulu Mudiandambu, mort dans des circonstances mystérieuses en détention début octobre, après avoir caillassé le véhicule du président congolais Joseph Kabila, faisait partie de l'opposition congolaise en Belgique.

Tout commence le 30 septembre. Le véhicule du chef de l’État, Joseph Kabila, est caillassé en pleine rue, à Kinshasa. L’auteur du jet de pierres est Armand Tungulu Mudiandambu, un Congolais d’une trentaine d’années qui vivait en Belgique depuis une dizaine d’années. Immédiatement arrêté, il est emmené au camp Tshatshi. Trois jours plus tard, la télévision nationale annonce sa mort.

Suicide, comme l’affirment les autorités, ou exécution extrajudiciaire, comme le craignent les organisations de défense des droits de l’homme ? La question n’est pas tranchée, mais le geste d’Armand Tungulu Mudiandambu suscite toujours beaucoup d’interrogations. À Bruxelles, ce père de famille était considéré comme « un homme responsable, pas du tout excité, stable ». Henri Muke, du Haut Conseil pour la libération du Congo (plate­forme d’associations congolaises), se souvient de quelqu’un « de nature calme, mais déterminé ».

D’après lui, Armand Tungulu Mudiandambu « cherchait par tous les moyens à rencontrer Kabila pour lui demander de démissionner ». Proche du mouvement Bana Congo, radicalement opposé à Kabila, et membre de l’association Un euro pour sauver le Congo, Tungulu Mudiandambu « était un vrai militant, toujours ponctuel à toutes les manifestations », affirme Marie-José Likembe, une Congolaise de Bruxelles. Il était de ceux qui, en mai dernier, avaient manifesté contre le voyage du roi des Belges à Kinshasa.

D’après ses amis, il voulait mener un combat pour le changement sur le terrain, « et son geste ne doit pas être pris à la légère, car ce n’était pas un coup de sang ». C’est parce qu’il voulait militer sur place, et affronter le pouvoir sur son terrain, qu’il avait monté, en 2009, une petite société de transport à Kinshasa. Mais elle ne marchait pas très fort.

__

Précision : Armand Tungulu est né le 6 juin 1970. Il n’était donc pas âgé d’une trentaine d’années mais bien de quarante ans au moment de sa mort. Nous vous prions de nous excuser pour cette erreur.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

La loi électorale à l'origine de violences meurtrières en République démocratique du Congo devait être adoptée dimanche par le Parlement, où le camp du président Jose[...]

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale congolaise a dénoncé samedi un "dérapage" de la police, qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières[...]

Répression en RDC : le président de l'Assemblée reconnaît un "dérapage"

Le président de l'Assemblée nationale en République démocratique du Congo (RDC) a reconnu samedi sur Twitter un "dérapage" lorsque la police a tiré à "balles[...]

RDC : Katumbi attaqué sur tous les fronts

Rien ne va plus au Katanga pour Moïse Katumbi depuis que celui-ci a pris ses distances vis à vis d'un éventuel 3e mandat du président Kabila. Lequel vise là où ça fait mal : au[...]

RDC 

RDC : le Sénat impose la tenue de la présidentielle en 2016 dans les délais constitutionnels

Lors du vote article par article du projet de loi controversé modifiant la loi électorale en RDC, les sénateurs congolais ont supprimé vendredi l'incise contenue dans le texte initial qui liait[...]

RDC : pourquoi le vote de la loi électorale a été reporté

Après trois jours de violences meurtrières à Kinshasa et à Goma, le vote de la loi électorale, intialement prévu jeudi, aura lieu vendredi matin.[...]

CAN 2015 : les Léopards sans imagination face au Cap-Vert

Le choc entre les Lépopards et les Requins a tourné à la soupe soporifique jeudi à Ebebiyin (0-0). Le gardien congolais Kidiaba a sauvé son camp à deux reprises dans les dix[...]

RDC 

RDC : deuxième journée de violences à Goma, au moins trois morts

Pour la deuxième journée consécutive, des heurts ont éclaté jeudi à Goma, dans l'est de la RDC, entre les policiers et des étudiants qui exigent la libération de leurs[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Loi électorale en RDC : les 10 nouveautés qui pourraient tout changer

Depuis le dépôt du projet de loi modifiant la loi électorale en RDC, on assiste à une levée de boucliers au sein de l'opposition congolaise. Cette dernière appelle la population à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2596p044-045.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2596p044-045.xml0 from 172.16.0.100