Extension Factory Builder
22/09/2010 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Prison de Rebeuss, à Dakar. Prison de Rebeuss, à Dakar. © Mamadou Gomis/AFP

Tortures, sévices ou viols. Dans un rapport publié mi-septembre, l’organisation de défense des droits de l’homme dénonce le comportement des forces de sécurité.

« Sénégal, terre d’impunité ». Le titre du dernier rapport d’Amnesty International sur la situation des droits de l’homme au Sénégal est sans équivoque. Selon l’ONG, tortures, sévices et viols sont des pratiques courantes au pays de la Teranga. Et ils sont très – trop – souvent le fait des forces de sécurité, révèle le document rendu public le 15 septembre, qui dénonce aussi l’absence de poursuites contre les coupables présumés, même en cas de décès des victimes (au moins six depuis 2007).

« Ce rapport ne vise pas le régime du président Wade. La culture de l’impunité est quelque chose que nous observons depuis longtemps. En trente ans, le système judiciaire ne s’est pas amélioré », regrette Salvatore Saguès, l’un des rédacteurs du texte, interrogé par Jeune Afrique. Un avis que partagent bon nombre de Sénégalais qui gardent en mémoire les manifestations de Kédougou, en décembre 2008, au cours desquelles plusieurs jeunes ont été interpellés puis torturés, ou encore la mort en détention, au mois de juillet, d’Abdoulaye Wade Yinghou, 29 ans, battu à coups de crosse.

S’il ne nie pas l’existence de cas de maltraitance, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement estime que le Sénégal est un « État de droit, soucieux de la préservation et de la défense des libertés individuelles et des droits pour tous. Il est loin de constituer une terre d’impunité ». Moustapha Guirassy affirme que des enquêtes ont été ouvertes pour élucider certaines affaires et qu’il est arrivé que des agents incriminés soient suspendus de leurs fonctions. Une réponse qui ne rassure pas Amnesty International. « Ce n’est pas suffisant. Nous voulons des actes concrets et des enquêtes indépendantes sur tous les dossiers sensibles », déclare Salvatore Saguès, qui rappelle que le rapport a été envoyé au mois de juin au chef de l’État, mais que celui-ci n’a pas réagi, et que, toujours selon Amnesty, le texte n’a pas été transmis au ministre de la Justice.

En 1994, alors qu’il était encore dans l’opposition et qu’il était emprisonné, Abdoulaye Wade avait pourtant lui-même bénéficié du soutien de l’organisation de défense des droits de l’homme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
"Le Messager" a un nouveau patron

Article précédent :
Adieu Mohammed Arkoun

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais [...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex