Extension Factory Builder
22/09/2010 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Prison de Rebeuss, à Dakar. Prison de Rebeuss, à Dakar. © Mamadou Gomis/AFP

Tortures, sévices ou viols. Dans un rapport publié mi-septembre, l’organisation de défense des droits de l’homme dénonce le comportement des forces de sécurité.

« Sénégal, terre d’impunité ». Le titre du dernier rapport d’Amnesty International sur la situation des droits de l’homme au Sénégal est sans équivoque. Selon l’ONG, tortures, sévices et viols sont des pratiques courantes au pays de la Teranga. Et ils sont très – trop – souvent le fait des forces de sécurité, révèle le document rendu public le 15 septembre, qui dénonce aussi l’absence de poursuites contre les coupables présumés, même en cas de décès des victimes (au moins six depuis 2007).

« Ce rapport ne vise pas le régime du président Wade. La culture de l’impunité est quelque chose que nous observons depuis longtemps. En trente ans, le système judiciaire ne s’est pas amélioré », regrette Salvatore Saguès, l’un des rédacteurs du texte, interrogé par Jeune Afrique. Un avis que partagent bon nombre de Sénégalais qui gardent en mémoire les manifestations de Kédougou, en décembre 2008, au cours desquelles plusieurs jeunes ont été interpellés puis torturés, ou encore la mort en détention, au mois de juillet, d’Abdoulaye Wade Yinghou, 29 ans, battu à coups de crosse.

S’il ne nie pas l’existence de cas de maltraitance, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement estime que le Sénégal est un « État de droit, soucieux de la préservation et de la défense des libertés individuelles et des droits pour tous. Il est loin de constituer une terre d’impunité ». Moustapha Guirassy affirme que des enquêtes ont été ouvertes pour élucider certaines affaires et qu’il est arrivé que des agents incriminés soient suspendus de leurs fonctions. Une réponse qui ne rassure pas Amnesty International. « Ce n’est pas suffisant. Nous voulons des actes concrets et des enquêtes indépendantes sur tous les dossiers sensibles », déclare Salvatore Saguès, qui rappelle que le rapport a été envoyé au mois de juin au chef de l’État, mais que celui-ci n’a pas réagi, et que, toujours selon Amnesty, le texte n’a pas été transmis au ministre de la Justice.

En 1994, alors qu’il était encore dans l’opposition et qu’il était emprisonné, Abdoulaye Wade avait pourtant lui-même bénéficié du soutien de l’organisation de défense des droits de l’homme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
"Le Messager" a un nouveau patron

Article précédent :
Adieu Mohammed Arkoun

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers