Extension Factory Builder
26/09/2010 à 19:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Détail de la couverture de son livre 'Ma vie a un prix. Esclave en France au XXIe siècle', des éd Détail de la couverture de son livre "Ma vie a un prix. Esclave en France au XXIe siècle", des éd © DR

Tina Okpara a été séquestrée et maltraitée par "son père adoptif", l'ancien joueur nigérian du Paris-Saint-Germain Godwin Okpara, auquel elle avait été "confiée" par ses parents. Elle raconte sa triste expérience dans un livre, pour que "tous les Africains sachent ce qui peut arriver quand on confie son enfant à quelqu'un".

« À deux reprises elle pose la lame tranchante sur mon sexe et à deux reprises elle trace un sillon profond. Le sang gicle, coule sur mes jambes. […] Je ne veux pas voir de sang sur ma moquette, me dit-elle. Nettoie tout ça ! » Ce n’est pas de la fiction. Cela se passe dans la vraie vie. Celle de Tina Okpara, battue et torturée pendant cinq ans par ses parents adoptifs : le footballeur international nigérian Godwin Okpara et son épouse, Linda. Incarcérés en France, l’ex-défenseur du Paris-Saint-Germain (1999-2001) et sa femme purgent respectivement une peine de dix ans et de quinze ans de prison. Tina, elle, sort un livre, Ma vie a un prix. Esclave en France au XXIe siècle (éditions Michel Lafon), pour « vider son cœur » de toute la douleur.

« Malgré ce qu’elle a vécu, elle est lumineuse, témoigne le journaliste Cyril Guinet, coauteur et ami de Tina. C’est la jeune femme la plus enjouée et la plus courageuse qui soit. » Et il en faut du courage pour subir sans broncher la faim, les coups, les injures, lorsqu’on a 12 ans, âge auquel Tina est entrée dans la famille Okpara.

Sauvagement mutilée

En 2001, persuadé de lui « offrir un avenir meilleur », son père naturel la « confie » au footballeur et à son épouse en échange de 30 000 nairas (l’équivalent de 375 euros d’aujourd’hui). La petite Nigériane qui rêvait d’école et de devenir infirmière sera la « bonne à tout faire » de Linda Okpara, s’échinant dès l’aube à laver, repasser, récurer. Elle ne se doutait pas qu’elle coucherait sur un matelas miteux posé à même le sol d’une cave humide. Encore moins qu’elle subirait les assauts répétés de son « père », ce qui lui vaudra d’être sauvagement mutilée par sa « mère ». En 2005, « morte pour morte, fichue pour fichue », Tina quitte la maison. Terrifiée à l’idée d’être ramenée par la police, comme lors de sa première tentative d’évasion. Cette fois sera la bonne : les Okpara seront arrêtés, jugés et condamnés en 2007.

À 22 ans, Tina tente de se reconstruire. De reprendre confiance en elle et dans les autres. Ce livre, c’est un peu sa thérapie. « Replonger dans ces souvenirs a été très difficile : j’en ai fait des cauchemars, des crises d’angoisse. J’en ai tellement pleuré que je pensais ne plus m’arrêter. Mais il fallait que ça sorte, pour que tous les Africains sachent ce qui peut arriver quand on confie son enfant à quelqu’un, explique la jeune femme. Je ne peux pas effacer ce que j’ai vécu. Mais je veux aller de l’avant. » Tina a mis toutes les chances de son côté : elle a fait la paix avec Sophie Okpara, la fille de ses bourreaux. Depuis 2006, elle est auxiliaire de vie en gériatrie et travaille en région parisienne. Tout en espérant, dit-elle, rencontrer un « homme qui m’aimera telle que je suis »… et récupérer son véritable patronyme : Omaku.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

Nigeria : T.B. Joshua, prophète de malheur

Nigeria : T.B. Joshua, prophète de malheur

Sous le feu des critiques après l'effondrement d'un bâtiment abritant son Église, l'évangélique nigérian crie au complot.[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Nigeria : le pétrole, un espoir de développement étouffé par Boko Haram

Le pétrole découvert dans le nord-est du Nigeria pourrait apporter à cette région défavorisée le développement dont elle a un besoin vital, mais la rébellion du groupe[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Nigeria : les États-Unis ne croient pas à la mort de Abubakar Shekau

Un haut diplomate du département d'État américain a affirmé jeudi ne pas croire à la mort du chef du groupe islamiste Boko Haram, annoncée la veille par l'armée nigériane.[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir tué le "défunt Abubakar Shekau", chef de Boko Haram

L'armée nigériane a affirmé mercredi avoir tué le chef islamiste "qui se faisait passer dans des vidéos pour le défunt Abubakar Shekau", le chef de Boko Haram. L'information n'a[...]

Effondrement d'une église à Lagos : 5 questions sur un drame

Un nouveau bilan a porté à 115 le nombre de victimes de l’effondrement d'un immeuble appartenant à l'église évangélique Church of All Nations. La tragédie est entourée[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

"La torture fait partie du système de maintien de l'ordre au Nigeria", dénonce Amnesty

Selon un rapport Amnesty International rendu public jeudi, les cas de tortures au sein des forces de sécurités au Nigeria "vont  bien au-delà de ceux dont sont victimes les membres de Boko[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers