Extension Factory Builder
26/09/2010 à 19:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Détail de la couverture de son livre 'Ma vie a un prix. Esclave en France au XXIe siècle', des éd Détail de la couverture de son livre "Ma vie a un prix. Esclave en France au XXIe siècle", des éd © DR

Tina Okpara a été séquestrée et maltraitée par "son père adoptif", l'ancien joueur nigérian du Paris-Saint-Germain Godwin Okpara, auquel elle avait été "confiée" par ses parents. Elle raconte sa triste expérience dans un livre, pour que "tous les Africains sachent ce qui peut arriver quand on confie son enfant à quelqu'un".

« À deux reprises elle pose la lame tranchante sur mon sexe et à deux reprises elle trace un sillon profond. Le sang gicle, coule sur mes jambes. […] Je ne veux pas voir de sang sur ma moquette, me dit-elle. Nettoie tout ça ! » Ce n’est pas de la fiction. Cela se passe dans la vraie vie. Celle de Tina Okpara, battue et torturée pendant cinq ans par ses parents adoptifs : le footballeur international nigérian Godwin Okpara et son épouse, Linda. Incarcérés en France, l’ex-défenseur du Paris-Saint-Germain (1999-2001) et sa femme purgent respectivement une peine de dix ans et de quinze ans de prison. Tina, elle, sort un livre, Ma vie a un prix. Esclave en France au XXIe siècle (éditions Michel Lafon), pour « vider son cœur » de toute la douleur.

« Malgré ce qu’elle a vécu, elle est lumineuse, témoigne le journaliste Cyril Guinet, coauteur et ami de Tina. C’est la jeune femme la plus enjouée et la plus courageuse qui soit. » Et il en faut du courage pour subir sans broncher la faim, les coups, les injures, lorsqu’on a 12 ans, âge auquel Tina est entrée dans la famille Okpara.

Sauvagement mutilée

En 2001, persuadé de lui « offrir un avenir meilleur », son père naturel la « confie » au footballeur et à son épouse en échange de 30 000 nairas (l’équivalent de 375 euros d’aujourd’hui). La petite Nigériane qui rêvait d’école et de devenir infirmière sera la « bonne à tout faire » de Linda Okpara, s’échinant dès l’aube à laver, repasser, récurer. Elle ne se doutait pas qu’elle coucherait sur un matelas miteux posé à même le sol d’une cave humide. Encore moins qu’elle subirait les assauts répétés de son « père », ce qui lui vaudra d’être sauvagement mutilée par sa « mère ». En 2005, « morte pour morte, fichue pour fichue », Tina quitte la maison. Terrifiée à l’idée d’être ramenée par la police, comme lors de sa première tentative d’évasion. Cette fois sera la bonne : les Okpara seront arrêtés, jugés et condamnés en 2007.

À 22 ans, Tina tente de se reconstruire. De reprendre confiance en elle et dans les autres. Ce livre, c’est un peu sa thérapie. « Replonger dans ces souvenirs a été très difficile : j’en ai fait des cauchemars, des crises d’angoisse. J’en ai tellement pleuré que je pensais ne plus m’arrêter. Mais il fallait que ça sorte, pour que tous les Africains sachent ce qui peut arriver quand on confie son enfant à quelqu’un, explique la jeune femme. Je ne peux pas effacer ce que j’ai vécu. Mais je veux aller de l’avant. » Tina a mis toutes les chances de son côté : elle a fait la paix avec Sophie Okpara, la fille de ses bourreaux. Depuis 2006, elle est auxiliaire de vie en gériatrie et travaille en région parisienne. Tout en espérant, dit-elle, rencontrer un « homme qui m’aimera telle que je suis »… et récupérer son véritable patronyme : Omaku.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

Largement consacré à Boko Haram, le sommet de l'UA s'est ouvert à Addis-Abeba

Largement consacré à Boko Haram, le sommet de l'UA s'est ouvert à Addis-Abeba

Le 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africain (UA) s'est ouvert ce vendredi matin à Addis-Abeba. Un de ses objectifs annoncé est la concrétisation d'une force multinationale cont[...]

"Time is now" : Youssou Ndour et J. Martins chantent pour le changement en Afrique

Annoncé depuis plusieurs mois, le titre Times is now de Youssou Ndour et J. Martins a été mis en ligne lundi. Visionné sur Youtube par plus de 30 000 personnes en seulement quatre jours, il appelle[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Nigeria : Goodluck Jonathan à la reconquête du sud, à deux semaines de la présidentielle

À deux semaines de la présidentielle, Goodluck Jonathan, candidat à sa réélection, a poursuivi mercredi sa campagne dans le sud du Nigeria, région où se concentre la production[...]

L'UA souhaite une force multinationale de 7500 hommes contre Boko Haram

Le conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine s'est fermement engagé jeudi soir en faveur de la création d'une force multinationale contre Boko Haram. Les dirigeants africains plaident aussi[...]

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

L'armée nigériane aurait été avertie à plusieurs reprises de l'imminence des attaques de Boko Haram contre Baga et Monguno, qui ont fait des centaines de morts début janvier. les[...]

Boko Haram : des survivants du massacre de Baga racontent

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Une percée qui n'est pas sans conséquence sur les populations civiles, principales victimes des exactions du groupe islamiste. Témoignages[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Les élections de février, un test décisif pour l'unité du Nigeria

Comfort Ero dirige le programme Afrique à Nairobi depuis janvier 2011 au sein de Crisis Group. À moins d’un mois d’élections qui sont déjà l’objet de vives controverses, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2593p014.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2593p014.xml1 from 172.16.0.100