Extension Factory Builder
20/09/2010 à 14:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Il y a deux ans, à Dakar, des milliers de personnes avaient protesté contre la vie chère. Il y a deux ans, à Dakar, des milliers de personnes avaient protesté contre la vie chère. © Seyllou/AFP

Les manifestations de Maputo, début septembre, font craindre une contagion régionale, comme en 2008. Entre sécheresse et flambée des prix, le risque d’explosion est réel.

Pierres contre balles réelles, les 1er et 2 septembre, à Maputo. Dans la capitale mozambicaine, les manifestations contre la vie chère ont tourné au drame (13 morts) et ont cruellement rappelé la crise alimentaire mondiale de 2008 : de Dakar à Douala, les populations avaient battu le pavé pour protester contre la flambée des prix sur les marchés. Deux ans plus tard, la sécheresse dans le bassin de la mer Noire, zone céréalière par excellence, donne de nouvelles sueurs froides.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agricul­ture se veut pourtant rassurante : « Il n’y a aucune raison de craindre la flambée des prix de 2007 et 2008 », selon l’institution, qui rappelle que le prix du pétrole – nécessaire à l’acheminement des denrées – ne crève pas le plafond et que les stocks de céréales culminent à 527 millions de tonnes, leur plus haut niveau depuis huit ans. Sans compter que, en dépit du gel des exportations de blé décrété par la Russie (troisième producteur mondial) et des inondations au Pakistan, la campagne 2010-2011 promet d’être excellente.

Pouvoir d’achat

Aussi optimistes soient-elles, ces prévisions ne suffisent pas à rassurer les pays africains, qui importent 85 % des denrées alimentaires. « Quels que soient les cours mondiaux, nous subissons la crise », ironise Momar Ndao, de l’Association des consommateurs du Sénégal : « Les commerçants ont bien compris comment faire du profit. Ils stockent les marchandises pour faire monter les prix. » En Côte d’Ivoire, la baisse de la TVA sur l’importation des produits de première nécessité – mesure décidée après les émeutes de 2008 – n’a rien changé. « Le sac de blé est passé de 19 000 à 8 500 F CFA [13 euros], mais la baguette de pain est toujours à 150 F », s’indigne Doukoua Godé, président de la Fédération des associations de consommateurs, en soulignant que le seul vrai problème c’est la baisse du pouvoir d’achat.

La situation est bien plus complexe dans les villages et montre les faiblesses des politiques agricoles : méthodes de production surannées, cultures vivrières abandonnées au profit de cultures de rente, tout cela ajouté aux aléas climatiques… « Malgré tout, il est possible de devenir autosuffisants », s’enthousiasme Lamissa Diakité, chercheur à l’Institut d’économie rurale du Mali, devant l’expérience conduite dans son pays. En trois ans, l’amélioration des méthodes agricoles a permis d’envisager pour 2010 une récolte de 7 millions de tonnes, bien supérieure à celle de 2007 et « suffisante pour couvrir les besoins du pays ».

Mécontentement

Du 20 au 22 septembre, à cinq ans de l’échéance des Objectifs du millénaire, un sommet de l’ONU réunissant chefs d’État et de gouvernement se tiendra à New York. « Peut-être qu’ils en profiteront pour bien analyser ce qui s’est passé au Mozambique et réfléchiront aux répercussions que cela peut avoir sur tout le continent », espère Moustapha Kadi, coordinateur du programme de gestion de la crise alimentaire de 2010 au Niger. Selon lui, le mécontentement est réel, et il y a un vrai risque d’explosion sociale. Car, « comme dit le proverbe, ventre affamé n’a point d’oreilles ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes nig&[...]

CAN 2015 : la RDC compte sur ses stars pour la qualification

Après deux matchs nuls face au Cap-Vert (0-0) et à la Zambie (1-1), les Léopards jouent leur place en quarts de finale de la CAN 2015 face à la Tunisie ce lundi (19h). Le sélectionneur Florent[...]

La première vraie polémique de la CAN 2015

Pour le sélectionneur du Gabon, Jorge Costa, le penalty accordée à la Guinée équatoriale était "imaginaire". "C'est une erreur arbitrale qui nous a coûté le[...]

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Une délégation de la société civile malienne est attendue lundi à Paris où elle doit avoir des échanges avec les autorités françaises, avant de se rendre en Allemagne[...]

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rescapée du génocide, la chorégraphe rwandaise multicarte Dorothée Munyaneza mêle tous les arts à sa disposition pour retranscrire ses souvenirs et confronter le spectateur à[...]

Afrique du Sud : nu au Parlement, l'étonnante menace de Julius Malema

Dans le numéro du quotidien "The Star" de ce lundi, Julius Malema, ancien enfant terrible de l'ANC, menace de siéger nu au Parlement si le nouveau règlement intérieur de l'hymicycle[...]

Ce qu'il faut savoir d'Edgar Lungu, le nouveau président zambien

Edgar Lungu a remporté ce week-end l’élection présidentielle zambienne avec une courte majorité, lors d'un scrutin qualifié de "simulacre" par l’opposition. [...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2592p035.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2592p035.xml0 from 172.16.0.100