Extension Factory Builder
14/09/2010 à 08:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien chef d'état-major, Salimou Amiri, à Fomboni (île de Mohéli), en mars 2008. L'ancien chef d'état-major, Salimou Amiri, à Fomboni (île de Mohéli), en mars 2008. © José Cendon/AFP

Mis en cause pour son rôle présumé dans l’assassinat d’un haut gradé, en juin, Salimou Amiri, chef d’état-major, a été limogé et inculpé par la justice.

La disgrâce est totale pour l’ancien héros du débarquement d’Anjouan. Salimou Amiri, le colonel qui avait mené ses troupes à la victoire contre les hommes du président rebelle, Mohamed Bacar, en mars 2008 (puis été fait général en récompense), est aujourd’hui assigné à résidence à Moroni. Pis : le voici démis de ses fonctions et inculpé dans l’affaire de l’assassinat du lieutenant-colonel Ayouba Combo, criblé de balles devant son domicile le 13 juin dernier.

Tout est allé très vite le 31 août. Ce matin-là, le chef d’état-major se rend au tribunal, où le juge chargé de l’enquête l’a convoqué. Mi-août, les assassins présumés – des sous-officiers de l’armée – avaient été écroués. Mais les autorités judiciaires veulent trouver les commanditaires d’un crime que les collaborateurs du président Sambi ont qualifié de « politique ».

Médiation

À la fin de son audition, Salimou apprend qu’il est inculpé et proteste. Une dizaine de soldats font alors irruption, l’extraient du tribunal et fuient – d’abord vers le camps de Kandani, où ils trouvent porte close, puis vers l’École nationale des forces armées. Ils y resteront quelques heures avant qu’une médiation menée par des hauts gradés ne les convainque de rendre les armes.

Dans la soirée, le gouvernement annonce son limogeage et le déploiement des forces de sécurité dans la capitale. « On ne pouvait pas exclure une prise d’armes, même si nous étions sereins », indique le ministre des Affaires étrangères, Fahmi Saïd Ibrahim.

Le calme est revenu dès le lendemain, mais l’armée est une nouvelle fois dans la tourmente. En mai, Salimou avait dénoncé un complot fomenté contre lui par le chef du cabinet militaire à la présidence. La signature d’un « accord de réconciliation » avait ramené un semblant de sérénité jusqu’à l’assassinat de Combo, le chef de corps jugé proche de Sambi. « Toute cette agitation ne peut que nous inquiéter à l’approche de la présidentielle », reconnaît Abdourahmane Ben Cheikh Achiraf, le ministre chargé des élections.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Comores

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

1960-2013 : 53 ans d'interventions françaises en Afrique

Alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé, jeudi, la France à intervenir en République centrafricaine, Jeune Afrique revient sur les nombreuses interventions militaires de l'ancienne[...]

Comores : les ambitions du général Salimou

Après un exil volontaire de près de dix mois en France, le général Mohamed Amiri Salimou est de retour aux Comores.[...]

Comores - France : Dhoinine à l'Élysée ?

La perspective d'une rencontre entre Ikililou Dhoinine et François Hollande, les présidents comorien et français, se précise. Quelques détails restent à régler, mais Dhoinine[...]

Comores : les Abdallah, une affaire de famille

Chez les Abdallah, il y a le père, l'ex-président disparu en 1989. Mais, depuis vingt ans, ce sont ses fils qui s'invitent sur le devant de la scène politique. L'un d'eux vient d'être[...]

Tentative de coup d'État aux Comores : des associations portent plainte en France

Des associations et un parti politique comoriens ont annoncé vouloir déposer plainte à Paris. L’objet de la plainte : la tentative de coup d'Etat du 20 avril aux Comores à laquelle auraient[...]

Comores : un complot ourdi en France ?

Les autorités comoriennes qui enquêtent sur la récente tentative de coup d'État ont acquis la certitude qu'une partie du complot avait été ourdie en France.[...]

Comores : pieds nickelés, le retour

Une quinzaine de personnes suspectées de tentative de putsch ont été arrêtées. Mercenaires, militaires, hommes d'affaires... Sur l'archipel, le scénario n'est que trop connu.[...]

Salimou, un général comorien encombrant

L'entourage du président comorien, Ikililou Dhoinine, se méfie du général Mohamed Amiri Salimou. Bien que celui-ci ait été pourtant blanchi dans l'affaire de l'assassinat du colonel[...]

Sommet de la Francophonie : tête-à-tête à Kinshasa

Le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, le président français François Hollande a rencontré ses homologues comorien, camerounais, congolais, et béninois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces