Extension Factory Builder
25/08/2010 à 11:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Omar Khadr, peu avant son arrestation en 2002. Omar Khadr, peu avant son arrestation en 2002. © AP/THE CANADIAN PRESS

Images de déjà-vu… Un homme à la barbe fournie, accusé de terrorisme, comparaît devant un parterre d’officiers américains sur la base de Guantánamo Bay. Jugé en catimini par un tribunal d’exception, il nie les faits et entend profiter de son procès pour dénoncer les tortures qu’il dit avoir subies depuis sa capture. Rien que de très banal depuis que les États-Unis ont déclaré « la guerre au terrorisme »…

C’est pourtant un procès unique qui s’est ouvert le 10 août (avant d'être suspendu pour au moins un mois vendredi 20 août). Pas seulement parce qu’il s’agit de la première affaire jugée dans l’enclave cubaine depuis que Barack Obama a imposé de nouvelles dispositions censées améliorer les droits de la défense des détenus étrangers. Pas seulement non plus parce que l’accusé est le dernier Occidental détenu à Guantánamo ­­­­– son pays, le Canada, n’ayant jamais réclamé son extradition.

Aveux sous la torture

À 23 ans, Omar Khadr est un adulte. Mais quand il a été arrêté, dans la ville de Khost (sud-est de l’Afghanistan), le 27 juillet 2002, à la suite d’une offensive de l’armée américaine contre une base d’Al-Qaïda, il n’avait que 15 ans. Lors de ces affrontements, Khadr aurait tué un sergent américain en jetant une grenade, d’où son inculpation pour « meurtre », qui s’ajoute à celle d’« espionnage » et de « soutien logistique au terrorisme ». Soigné – il venait de perdre un œil et avait la poitrine criblée de balles –, puis interrogé sur un brancard dans la sinistre prison de Bagram, il a été envoyé à Guantánamo quelques mois plus tard.

Les preuves de sa culpabilité sont fragiles. Ses aveux le sont tout autant. Selon ses avocats, ils lui ont été arrachés sous la torture – huit années durant, le garçon aurait même eu le « privilège » de tester les différentes techniques d’interrogatoire américaines. Mais le plus révoltant dans cette affaire, clament de nombreuses voix (ONG, médias), c’est que cela faisait des décennies qu’un pays occidental n’avait jugé un homme pour des crimes de guerre commis alors qu’il était encore un enfant. « C’est le premier procès d’un enfant-­soldat dans l’histoire moderne », dénonce l’un de ses avocats, qui déplore que Khadr ne bénéficie pas de ce statut.

Fils d’un Canadien d’origine égyptienne soupçonné d’avoir frayé avec Oussama Ben Laden dans les années 1990 et financé Al-Qaïda jusqu’à sa mort, en 2003, Omar, né à Toronto en 1986, puis régulièrement baladé entre le Canada et le Pakistan, aurait été envoyé dès l’âge de 11 ans dans des camps d’entraînement islamistes. Il y aurait appris le maniement des armes et été soumis à une intense propagande djihadiste. Une vidéo utilisée par l’accusation le montre, adolescent, posant des mines sur une route, quelque part entre le Pakistan et l’Afghanistan. Sur une autre vidéo, qui a fait le tour du web en 2008, on le voit dans sa cellule de Guantánamo, suppliant des agents canadiens de le faire sortir. Il y apparaît comme un gamin effrayé et épuisé.

Dans sa grande bonté, le tribunal a autorisé les officiers américains qui auront à juger Khadr à tenir compte de son âge lors de sa capture.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La fausse note de Mohsen Cherif

Article pr�c�dent :
Fièvre médiatique

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Santiago Zannou : un rôle à jouer

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du cin[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le même jour où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Brésil : un cyclone nommé Petrobras

L'argent du groupe pétrolier public a-t-il servi à acheter des dizaines de responsables politiques de toutes obédiences ? Depuis plusieurs mois, un scandale de corruption d'une ampleur sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2588p020.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2588p020.xml1 from 172.16.0.100