Extension Factory Builder
28/07/2010 à 15:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Conférence internationale sur le sida. Conférence internationale sur le sida. © Glez/afronline.org

« Cette découverte est une grande satisfaction », se réjouit Carole Nawina Nyirenda, coordinatrice de Citam, une association zambienne. Présentée lors de la Conférence internationale sur le sida, du 18 au 23 juillet, à Vienne (Autriche), la découverte en question est un gel microbicide destiné à prévenir la maladie. Les chercheurs y travaillaient depuis longtemps. En vain jusqu’ici.

Plus importante découverte depuis trente ans

La nouveauté de l’essai baptisé « Caprisa 004 » est que le gel mis au point contient du tenofovir, un antirétroviral utilisé dans les trithérapies. Les tests ont été menés en Afrique du Sud sur 889 femmes réparties en deux groupes, l’un bénéficiant du gel au tenofovir et l’autre d’un placébo (sans principe actif). Le gel doit être appliqué dans les douze heures précédant et suivant un rapport sexuel. Respecté scrupuleusement, ce protocole permet de réduire de 54 % le risque d’infection. En moyenne, les contaminations sont réduites de 39 %.

« C’est la découverte la plus importante depuis trente ans », confirme Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida. « Pour la première fois, les femmes pourront choisir de se protéger », renchérit le Pr Papa Salif Sow, du CHU de Fann, à Dakar. Bien sûr, il ne s’agit que de ce que, dans le jargon médical, on appelle une « preuve de concept ». Il faudra du temps avant qu’un tel gel puisse être produit et distribué. Mais on sait désormais avec certitude que la solution est efficace, sans résistance ni effets secondaires à trente mois.

« Pour cinq infections, on recense seulement deux personnes mises sous traitement. Et 33,4 millions de porteurs du VIH. Une révolution en matière de prévention est indispensable », explique encore Michel Sidibé. Selon lui, les États doivent s’efforcer de mieux connaître les caractéristiques locales de l’épidémie afin de mettre en place des moyens de prévention adaptés aux besoins ; et, bien sûr, s’investir davantage dans la prise en charge. 

Traitement simplifié

En matière de traitements, des progrès considérables ont été réalisés. Plus de 5,2 millions de personnes sont aujourd’hui traitées, soit un tiers des malades. Mais, pour beaucoup de patients des pays en développement, la question se pose désormais du passage en deuxième et troisième lignes thérapeutiques, traitements encore fort coûteux. Une première ligne coûte en effet 80 dollars par an et par patient ; et une troisième, 19000 dollars. Selon Sidibé, la solution passe par l’élaboration d’un traitement simplifié, facile à prendre et non toxique, qui pourrait être produit par une coalition de firmes pharmaceutiques.

En attendant, comme le rappelle Michel Kazatchkine, directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, « il manque, pour l’exercice 2011-2013, entre 17 milliards et 20 milliards de dollars pour assurer le budget du fonds ».

Or les gouvernements ont plutôt tendance à réduire le montant de leurs contributions. À cause de la crise, bien sûr. Le Fonds finançant la moitié des traitements dans le monde, il faut absolument une reconstitution budgétaire en octobre 2010. Faute de quoi, ce sont les malades qui paieront.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le retour du faucon noir

Article précédent :
Obiang Nguema fils prend du galon

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage en Afrique de l'Ouest, avec un bilan de [...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

Le foot n'est pas la guerre, vous êtes sûr ?

Il n'y a pas qu'en Afrique que les questions politiques font irruption sur les terrains de football.[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers