Extension Factory Builder
06/07/2010 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le joueur Sani Kaita reçoit un carton rouge lors du match contre la Grèce. Le joueur Sani Kaita reçoit un carton rouge lors du match contre la Grèce. © AFP

Après leur élimination au premier tour de la Coupe du monde, les Super Eagles nigérians suspendus pour deux ans par leur président !

La France n’aura détenu le monopole du ridicule que pendant quinze jours, le temps d’exposer à la face du monde la médiocrité de son équipe nationale et la suffisance de certains de ses joueurs – sans parler de l’immixtion du pouvoir politique dans les affaires sportives. Le 30 juin, les hommes politiques français, dont le niveau est parfois proche de celui des Bleus, se sont en effet découvert un sérieux concurrent en la personne de Goodluck Jonathan, l’homme qui, depuis le 6 mai, préside officiellement aux destinées du Nigeria. Froidement, celui-ci a annoncé la suspension des Super Eagles de toute compétition internationale pour une durée de deux ans, afin de « remettre les choses en ordre ». Si le nouvel homme fort du pays va jusqu’au bout de son raisonnement, le Nigeria ne participera pas aux éliminatoires de la CAN 2012, dont le coup d’envoi sera donné au mois de septembre. Aux dernières nouvelles, la Guinée, Madagascar et l’Éthiopie, les trois adversaires des Eagles, se frottent les mains…

Jonathan n’a pas apprécié la performance de son équipe, pourtant placée par le hasard du tirage au sort dans un groupe a priori abordable (Argentine, Grèce et Corée du Sud). Plus grave, alors que Prudence, son épouse, est à tort ou à raison soupçonnée d’avoir détourné plus de 13 millions de dollars, il s’est publiquement interrogé sur l’utilisation des fonds alloués à la fédération nigériane. En mettant son nez dans les affaires de cette dernière, il ne peut ignorer qu’il va s’attirer les foudres de la Fifa, qui vient de rappeler à la France son opposition à toute ingérence étatique.

Ces dernières années, plusieurs pays ont été suspendus pour des durées plus ou moins longues. En Afrique, c’est le cas de Madagascar, du Kenya et de l’Éthiopie, privés de qualifications pour la CAN et la Coupe du monde 2010. Ils ne sont pas les seuls. D’autres pays dirigés par des humanistes reconnus (Irak, Iran), et même l’Albanie en 2008, sont passés par la case suspension. En novembre 2009, téléguidé par Dadis Camara, l’ancien ministre guinéen des Sports avait prononcé la dissolution de l’équipe nationale – ressuscitée depuis – après son échec lors des éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde 2010.

Avec sa décision populiste et autoritaire, dont on mesurera rapidement les conséquences désastreuses pour le football nigérian, Goodluck Jonathan a voulu montrer qui est le chef. Malgré le chapeau, le soleil doit vraiment taper fort à Abuja !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

L'armée nigériane aurait été avertie à plusieurs reprises de l'imminence des attaques de Boko Haram contre Baga et Monguno, qui ont fait des centaines de morts début janvier. les autorit[...]

Boko Haram : des survivants du massacre de Baga racontent

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Une percée qui n'est pas sans conséquence sur les populations civiles, principales victimes des exactions du groupe islamiste. Témoignages[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Les élections de février, un test décisif pour l'unité du Nigeria

Comfort Ero dirige le programme Afrique à Nairobi depuis janvier 2011 au sein de Crisis Group. À moins d’un mois d’élections qui sont déjà l’objet de vives controverses, le[...]

Nigeria : la ville de Maiduguri doit-elle craindre une nouvelle attaque de Boko Haram ?

Boko Haram s'approche dangereusement de Maiduguri. Après la prise d'une nouvelle localité dimanche dans le nord-est du Nigeria par le groupe islamiste, l'étau se resserre autour de la capitale de l'État[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Monguno, dernier verrou militaire avant Maiduguri

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Dimanche, le groupe terroriste a pris le contrôle de Monguno, une ville stratégique où se trouvait la dernière base militaire de[...]

Nigeria: Boko Haram s'empare de Monguno et attaque Maiduguri

De violents combats opposaient dimanche l'armée nigériane à des combattants de Boko Haram dans la ville de Maiduguri, fief historique des islamistes dans le nord-est du Nigeria, ainsi qu'à Monguno,[...]

Nigeria : Boko Haram tue 15 villageois dans le nord-est

Des combattants du groupe islamiste armé Boko Haram ont abattu vendredi 15 personnes dans un village proche de leur fief historique de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris samedi auprès d'un [...]

Nigeria : les élections maintenues au 14 février

La Commission électorale du Nigeria a réaffirmé vendredi que les élections présidentielle et législatives prévues le 14 février auraient bien lieu à la date[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2582p023.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2582p023.xml0 from 172.16.0.100