Extension Factory Builder
22/06/2010 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

2010 consacre le retour progressif à la normale de deux poids lourds de l'économie sénégalaise, non sans le soutien appuyé d'investisseurs étrangers, et surtout privés. Après deux années d'investissements, « nous approchons de 75 % des capacités de production, avec l'objectif de 100 % - 500 000 tonnes - à la fin de l'année, et 600 000 t d'ici à 2011, un niveau jamais atteint », s'enthousiasme Alassane Diallo, le directeur général des Industries chimiques du Sénégal (ICS). L'entrée dans le capital en 2008 de l'indien Iffco à hauteur de 85 % (44,5 milliards de F CFA, soit 67 millions d'euros) n'a pourtant pas été du goût de tout le monde. Certes, les ICS vendent l'ensemble de la production aux Indiens et leur stratégie est désormais guidée par les intérêts de New Delhi, accusé de piller le fleuron sénégalais. Mais pour Alassane Diallo, ce qui compte, c'est qu'« après la recapitalisation de 2008 et la réhabilitation de deux usines d'acide phosphorique - 35 milliards de F CFA ont été investis entre mai 2008 et décembre 2009 -, nous avons retrouvé une situation proche de la normale ». Et les devises d'approvisionner à nouveau les comptes de l'Etat.

L'entrée en fanfare du groupe saoudien Bin Ladin dans la Société africaine de raffinage (SAR), après deux ans de discussions, n'a pas fait autant de remous. La société, qu'une dette de 85 milliards de F CFA a obligée à stopper ses activités durant onze mois en 2006-2007, compte désormais trois actionnaires : l'Etat via Petrosen, Total avec 20 %, et PCMC, filiale de Saudi Bin Ladin Group, avec 34 % (et 51 % à terme). Le montant de l'opération, 7 milliards de F CFA, sera complété par des investissements estimés à 250 milliards de F CFA dont 30 % financés par PCMC. La SAR ambitionne d'approvisionner l'ensemble de la sous-région - Mali, Gambie, les deux Guinées. La capacité de production devrait donc être portée à 3 ou 4 millions de tonnes (contre 1,2 million aujourd'hui).

 

Hommes d'affaires locaux

Sénégal Airlines voudrait bien connaître le même décollage. Remontée sur les cendres d'Air Sénégal international, la compagnie aérienne a nommé en mai un directeur général, le Suisse Edgardo Badiali, et entend devenir, avec le nouvel aéroport Blaise-Diagne (construit par Saudi Bin Ladin Group) et l'accord passé avec Emirates, le catalyseur de la région. « Dakar pourrait attirer les voyageurs à destination de l'Asie et du Moyen-Orient, sans passer par Paris », assure Madior Sylla, porte-parole du ministère des Transports. Le boom des investissements en provenance de ces régions justifierait ces espoirs. Démarrage en septembre. Là aussi, l'Etat a largement eu recours au soutien des investisseurs privés, et détiennent 64 % du capital. Parmi eux, les hommes d'affaires Ousmane Joseph Diop (Senbus), Serigne Mboup (CCBM) ou Baïdy Agne (président du Conseil national du patronat). « Il faut des champions dans tous les secteurs », estime celui-ci. Et le secteur privé entend bien en profiter.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment [...]

Francophonie - Sénégal : retour à la case Dakar

Un quart de siècle après avoir été l'hôte du 3e sommet de la Francophonie, la capitale sénégalaise s'apprête à accueillir sa quinzième édition.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie[...]

Sénégal : questions sur le débarquement d'Alioune Ndao

Figure emblématique de la lutte contre l'enrichissement illicite, le procureur spécial a été remplacé au pied levé le 11 novembre. Sans explication.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Afrique francophone : et les meilleures business schools en 2014 sont...

Engagées dans une course à la reconnaissance, les écoles de commerce s'internationalisent et se diversifient. Jeune Afrique a passé au crible les établissements d'Afrique francophone,[...]

Sénégal - Procès Karim Wade : le procureur spécial Alioune Ndao limogé

Alors que le procès de Karim Wade pour enrichissement illicite est en cours depuis trois mois et demi, le procureur spécial Alioune Ndao, qui portait l'accusation depuis deux ans, a été brutalement[...]

Nouvelle découverte de pétrole au large du Sénégal

Cairn Energy a annoncé une deuxième découverte de pétrole au large des côtes du Sénégal. Les réserves récupérables de ce puits sont estimées à 150[...]

Livres - Sénégal : Abdou vu par Diouf

L'ancien président sénégalais et "fils politique" de Léopold Sédar Senghor, sur le point de rendre son siège à la tête de l'Organisation internationale de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces