Extension Factory Builder
22/06/2010 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

2010 consacre le retour progressif à la normale de deux poids lourds de l'économie sénégalaise, non sans le soutien appuyé d'investisseurs étrangers, et surtout privés. Après deux années d'investissements, « nous approchons de 75 % des capacités de production, avec l'objectif de 100 % - 500 000 tonnes - à la fin de l'année, et 600 000 t d'ici à 2011, un niveau jamais atteint », s'enthousiasme Alassane Diallo, le directeur général des Industries chimiques du Sénégal (ICS). L'entrée dans le capital en 2008 de l'indien Iffco à hauteur de 85 % (44,5 milliards de F CFA, soit 67 millions d'euros) n'a pourtant pas été du goût de tout le monde. Certes, les ICS vendent l'ensemble de la production aux Indiens et leur stratégie est désormais guidée par les intérêts de New Delhi, accusé de piller le fleuron sénégalais. Mais pour Alassane Diallo, ce qui compte, c'est qu'« après la recapitalisation de 2008 et la réhabilitation de deux usines d'acide phosphorique - 35 milliards de F CFA ont été investis entre mai 2008 et décembre 2009 -, nous avons retrouvé une situation proche de la normale ». Et les devises d'approvisionner à nouveau les comptes de l'Etat.

L'entrée en fanfare du groupe saoudien Bin Ladin dans la Société africaine de raffinage (SAR), après deux ans de discussions, n'a pas fait autant de remous. La société, qu'une dette de 85 milliards de F CFA a obligée à stopper ses activités durant onze mois en 2006-2007, compte désormais trois actionnaires : l'Etat via Petrosen, Total avec 20 %, et PCMC, filiale de Saudi Bin Ladin Group, avec 34 % (et 51 % à terme). Le montant de l'opération, 7 milliards de F CFA, sera complété par des investissements estimés à 250 milliards de F CFA dont 30 % financés par PCMC. La SAR ambitionne d'approvisionner l'ensemble de la sous-région - Mali, Gambie, les deux Guinées. La capacité de production devrait donc être portée à 3 ou 4 millions de tonnes (contre 1,2 million aujourd'hui).

 

Hommes d'affaires locaux

Sénégal Airlines voudrait bien connaître le même décollage. Remontée sur les cendres d'Air Sénégal international, la compagnie aérienne a nommé en mai un directeur général, le Suisse Edgardo Badiali, et entend devenir, avec le nouvel aéroport Blaise-Diagne (construit par Saudi Bin Ladin Group) et l'accord passé avec Emirates, le catalyseur de la région. « Dakar pourrait attirer les voyageurs à destination de l'Asie et du Moyen-Orient, sans passer par Paris », assure Madior Sylla, porte-parole du ministère des Transports. Le boom des investissements en provenance de ces régions justifierait ces espoirs. Démarrage en septembre. Là aussi, l'Etat a largement eu recours au soutien des investisseurs privés, et détiennent 64 % du capital. Parmi eux, les hommes d'affaires Ousmane Joseph Diop (Senbus), Serigne Mboup (CCBM) ou Baïdy Agne (président du Conseil national du patronat). « Il faut des champions dans tous les secteurs », estime celui-ci. Et le secteur privé entend bien en profiter.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2579p065-067.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2579p065-067.xml2 from 172.16.0.100